Les visiteurs affluent en l’honneur de sainte Anne

Pèlerinage à la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré (photo d'archives).
Photo: Yan Doublet Archives Le Devoir Pèlerinage à la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré (photo d'archives).

Dans les rues de Sainte-Anne-de-Beaupré, il est présentement possible d’entendre des conversations se déroulant dans une multitude de langues, alors que la communauté d’un peu moins de 3000 âmes vit le moment fort de sa saison touristique avec la tenue de la grande neuvaine en l’honneur de sainte Anne.

 

Cette série d’actes de dévotion a commencé jeudi et elle se poursuivra jusqu’à vendredi. Le lendemain, ce sera la fête de sainte Anne, qui est reconnue comme la patronne civile de la province de Québec.

 

Le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré, Jean-Luc Fortin,a indiqué que, bon an mal an, pendant cette période, des gens des quatre coins du globe s’amènent dans sa municipalité. Il a affirmé qu’ils proviennent de près de 40 pays différents. Il pense évidemment que la foi motive la plupart des visiteurs, mais il estime également que de nombreux curieux veulent tout simplement admirer la basilique, qu’il considère comme une « beauté architecturale incroyable ».

 

Il s’est montré avare de commentaires lorsque La Presse canadienne lui a demandé si le scandale ayant éclaboussé les pères rédemptoristes était, à son avis, susceptible de refroidir l’enthousiasme de certains pèlerins.

 

Récemment, les Rédemptoristes ont été blâmés pour avoir fermé les yeux sur des agressions contre d’anciens élèves qui ont duré quasiment trente ans au séminaire Saint-Alphonse, à Sainte-Anne-de-Beaupré, en plus d’être condamnés à indemniser les victimes.

1 commentaire
  • Marcel Dubien - Inscrit 22 juillet 2014 06 h 33

    Legenda aurea

    Aucun texte du Nouveau Testament ne mentionne le nom d' "Anne".
    Son culte s' est propagé à partir du livre, "La Légende dorée".
    La "Legenda aurea" fut écrite entre 1261 et 1266 par Jacques de Voragine, un dominicain italien, archevêque de Gênes.