Grande victoire collective pour les victimes d’agressions

La bataille judiciaire que mènent les 75 victimes des pères rédemptoristes du Séminaire Saint-Alphonse est enfin terminée, et c’est avec des larmes de joie que l’initiateur des procédures judiciaires, Frank Tremblay, a accueilli le jugement, déposé jeudi à la Cour supérieure du Québec. Agressé à plus de 80 reprises par le prêtre Raymond-Marie Lavoie alors qu’il n’avait que 13 ans, M. Tremblay est catégorique : « C’est la première fois qu’une telle décision est rendue au Québec. Le juge Claude Bouchard nous a crus, et il a rejeté le témoignage des pères. Non seulement ils vont devoir payer, mais ce jugement va créer un précédent pour tous les prochains procès. »

 

Au terme de ce tout premier recours collectif autorisé contre une congrégation religieuse dans la province, le tribunal ordonne aux Rédemptoristes de verser un dédommagement pouvant atteindre jusqu’à 150 000 $ par victime. Cette somme représente la plus haute indemnité pour agression sexuelle jamais versée au Québec, faisant croire à l’avocat des victimes, Me Robert Kugler, qu’il s’agit bien là d’un important précédent. Décortiquant le jugement, ce dernier se dit soulagé de voir que le magistrat a « clairement décrété qu’il a cru tous les témoignages des victimes qu’il a entendus ». Selon Me Kugler, une telle déclaration encouragera les victimes d’agression sexuelle à témoigner en grand nombre et participera à « les mettre en confiance avec le système de justice ».

  

Des victimes appelées à se multiplier

 

Le recours amorcé en 2010 visait tous les élèves du Séminaire Saint-Alphonse, à Sainte-Anne-de-Beaupré, ayant été victimes de sévices sexuels infligés par l’un des prêtres membres de la congrégation catholique des Rédemptoristes entre 1960 et 1987. À l’heure actuelle, 75 anciens élèves se sont inscrits au recours collectif, mais selon Me Kugler, leur nombre pourrait exploser. « Je ne serais pas surpris de voir leur nombre doubler, voire tripler dans les prochains jours et les prochaines semaines. » Pour sa part, Frank Tremblay admet connaître au moins dix victimes n’ayant pas souhaité joindre le recours collectif jusqu’à présent.

 

Si le témoignage livré par M. Tremblay lui permet de recevoir l’indemnité maximale de 150 000 $, les autres victimes agressées par les pères rédemptoristes pourront réclamer 75 000 $ chacun comme montant de base. Ce montant pourrait être doublé si la victime prouve avec son témoignage qu’elle y a droit. M. Tremblay ne cache pas son soulagement de voir que six des neufs pères — trois étant décédés — qui se seraient livrés à des agressions devront payer. « C’est pas parce que tu fais le bien à midi que les cochonneries que tu fais à minuit doivent être occultées », lance-t-il.

 

La congrégation montrée du doigt

 

Dans son jugement de 85 pages, le juge Bouchard a longuement insisté sur les séquelles physiques et psychologiques des victimes, accusant les Rédemptoristes et les autorités du séminaire (maintenant appelé collège Saint-Alphonse) de grave négligence. « S’agit-il d’aveuglement volontaire, de négligence grossière ou de camouflage de comportements répréhensibles de père rédemptoristes ? Peu importe la qualification qu’on peut donner, il est inconcevable que le défendeur n’ait pas été au courant de ces agissements ou n’ait pas pris les moyens pour en savoir davantage […] », peut-on lire dans le jugement.

 

Tout au long du procès, qui avait débuté en septembre dernier, les avocats des Rédemptoristes avaient plaidé que seulement la direction du Séminaire Saint-Alphonse et le prêtre Raymond-Marie Lavoie, coupable d’avoir agressé 13 élèves — devaient endosser le blâme. Les juristes des Rédemptoristes soutenaient que la congrégation n’avait pas l’emprise sur les événements qui se produisaient dans l’établissement scolaire. Selon Carlos Tarini, directeur de l’Association des victimes de prêtres, le juge a complètement rejeté les arguments des prêtres. « Le juge a décrété que la congrégation était au courant et n’a rien fait. Elle savait qu’il y avait un cancer qui grugeait l’organisation. C’est une grande victoire de voir que le tribunal a tenu la congrégation responsable », soutient-il. Celui qui a assisté au procès affirme que les Rédemptoristes ont tout fait « pour défendre des gestes indéfendables », en infligeant notamment un sévère examen psychiatrique à Frank Tremblay. M. Tarini se dit « complètement choqué » par la manière dont les experts ont été manipulés pour décrédibiliser le témoignage des victimes.

  

Des dommages à déterminer

 

« Les Rédemptoristes vont remplir leur obligation dans la mesure de leurs moyens », a affirmé leur avocat, Me Pierre Baribeau, lors d’une entrevue sur les ondes de Radio-Canada. La congrégation a déjà rapatrié près de 17 millions de dollars qu’elle avait placés dans une fiducie. Quand les victimes auront reçu leurs indemnités, la Cour déterminera par la suite le montant que les Rédemptoristes devront payer en dommages punitifs.

8 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 11 juillet 2014 09 h 17

    Enfin !

    Pour une fois que ces débordements des ecclésiastiques ne sont pas traités en régie interne comme tend à le faire le clergé.

    J'attends que le Pape mette entre les mains des policiers les intervenants qui dérogent de la plus basique décence humaine de respecter les enfants. Ça peut être long.

    Au moins rendons-nous compte, qu'encore une fois, nous précédons la parade. C'est pas toujours négatif d'être québécois.

    PL

  • Damien Tremblay - Inscrit 11 juillet 2014 09 h 33

    La direction a pudiquement et gravement fermé les yeux

    Il n’est jamais trop tard pour rendre justice à de nombreux enfants victimes d’agressions sexuelles. Le tribunal a reconnu qu’il y avait de la part de la direction rédemptoriste une manière de conspiration du silence afin de ne pas faire de vagues et surtout de ne pas faire baisser la « clientèle ».

    Il était temps que l’Église du Québec passe au confessionnal de la justice afin d’être démasquée officiellement et que les enfants victimes de ces agressions sexuelles voient le tribunal mettre un baume sur leurs souffrances. La faute des agresseurs est d’autant plus grave qu’ils étaient en situation d’autorité.

    Il reste à espérer que les victimes de cette grande noirceur ecclésiastique sortent en grande nombre du placard afin que la justice les aide à opérer une catharsis salutaire. Même si elle arrive tard dans leur vie, il n’est jamais trop tard pour panser les plaies d’enfants devenus adultes et sanctionner les agresseurs qui étaient jusqu’à présent préservés de la nécessité de rendre compte de leurs actes grâce à quelque « opération du Saint-Esprit ».

    Ce tribunal vient donc étoffer une jurisprudence à l’effet que la « Sainte soutane » ne préserve plus les pédophiles contre ce genre de poursuite. Ce jugement va forcer plus que jamais l’Église catholique romaine a faire un sérieux examen de conscience et un mea culpa de ses instances supérieures; car qui ne dit mot consent, en plus d’être solidairement responsable des abus sexuels perpétrés par ses représentants sur les enfants de Dieu…

    Après une telle confession à l’arraché, il est tout à fait normal que les agresseurs reçoivent une pénitence exemplaire avant que l’Église ne prononce l’Ego te absolvo de circonstance : « je t'absous de tes péchés au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen. » Formule utilisée par le prêtre lors de la confession dans la liturgie catholique.

    • Brian Monast - Abonné 11 juillet 2014 10 h 02

      Très bon commentaire Monsieur Tremblay. D’autre part, la « conspiration du silence », nous pourrions appeler ça aussi un « esprit de corps » mal placé — suprêmement mal placé dans le cas présent —, et un tel esprit de corps mal placé me semble sévir à bien d’autres endroits encore dans notre société, pour ne pas dire partout.

      C’est comme refuser d’admettre qu’on est atteint d’un cancer, donc se laisser tuer, pour protéger sa réputation. Erreur grave beaucoup, beaucoup trop commune.

    • Yvette Lapierre - Inscrite 11 juillet 2014 10 h 22

      Les dirigeants, les décideurs de l'Église catholique, finiront t'ils par voir que le célibat est un état pathogène pour les religieux et religieuses?

      Votre commentaire est bien agréable à lire suite à cette décision du tribunal en faveur des victimes, en faveur de la Justice!

  • Jean-Yves Marcil - Inscrit 11 juillet 2014 09 h 45

    « C’est pas parce que tu fais le bien à midi que les cochonneries que tu fais à minuit doivent être occultées » . J'aime beaucoup cette affirmation de M. Tremblay.

  • Jacques Pruneau - Inscrit 11 juillet 2014 10 h 26

    Enfin une bonne nouvelle!

    Ma première pensée admirative va à M. Frank Tremblay, qui a prouvé qu'il faut se battre, même si c'est contre une Big Company de Rome. Il est à peu près temps que ces pédoliques se fassent remettre à leur place, mais ce n'est qu'un grain de sable dans le désert de leurs actions.

    Je souhaite de tout coeur que d'autres victimes se manifestent et que le ménage continue. Mais il faut un grand courage et un soutient de la famille et amis.

    À noter également la qualité du jugement du Juge Bouchard.

    Jacques Pruneau.

  • Dora Pérusse - Inscrite 11 juillet 2014 11 h 40

    Bravo!!!!

    Bravo Monsieur Frank Tremblay, vous avez parlé avec votre coeur pour vous et les victimes de ces actes criminelles commises par ces hommes de soutanes qui ne sont que des sépulcres blanchis, il faut que les autres victimes des mêmes actes qui ne se sont pas encore pointés le fassent sans hésité, ces monstres là doivent être exposés et punis, tant qu'à moi ils ne le seront jamais assez...
    Merci et bonne journée à vous Monsieur Frank !!!