Grande victoire collective pour les victimes d’agressions

La bataille judiciaire que mènent les 75 victimes des pères rédemptoristes du Séminaire Saint-Alphonse est enfin terminée, et c’est avec des larmes de joie que l’initiateur des procédures judiciaires, Frank Tremblay, a accueilli le jugement, déposé jeudi à la Cour supérieure du Québec. Agressé à plus de 80 reprises par le prêtre Raymond-Marie Lavoie alors qu’il n’avait que 13 ans, M. Tremblay est catégorique : « C’est la première fois qu’une telle décision est rendue au Québec. Le juge Claude Bouchard nous a crus, et il a rejeté le témoignage des pères. Non seulement ils vont devoir payer, mais ce jugement va créer un précédent pour tous les prochains procès. »

 

Au terme de ce tout premier recours collectif autorisé contre une congrégation religieuse dans la province, le tribunal ordonne aux Rédemptoristes de verser un dédommagement pouvant atteindre jusqu’à 150 000 $ par victime. Cette somme représente la plus haute indemnité pour agression sexuelle jamais versée au Québec, faisant croire à l’avocat des victimes, Me Robert Kugler, qu’il s’agit bien là d’un important précédent. Décortiquant le jugement, ce dernier se dit soulagé de voir que le magistrat a « clairement décrété qu’il a cru tous les témoignages des victimes qu’il a entendus ». Selon Me Kugler, une telle déclaration encouragera les victimes d’agression sexuelle à témoigner en grand nombre et participera à « les mettre en confiance avec le système de justice ».

  

Des victimes appelées à se multiplier

 

Le recours amorcé en 2010 visait tous les élèves du Séminaire Saint-Alphonse, à Sainte-Anne-de-Beaupré, ayant été victimes de sévices sexuels infligés par l’un des prêtres membres de la congrégation catholique des Rédemptoristes entre 1960 et 1987. À l’heure actuelle, 75 anciens élèves se sont inscrits au recours collectif, mais selon Me Kugler, leur nombre pourrait exploser. « Je ne serais pas surpris de voir leur nombre doubler, voire tripler dans les prochains jours et les prochaines semaines. » Pour sa part, Frank Tremblay admet connaître au moins dix victimes n’ayant pas souhaité joindre le recours collectif jusqu’à présent.

 

Si le témoignage livré par M. Tremblay lui permet de recevoir l’indemnité maximale de 150 000 $, les autres victimes agressées par les pères rédemptoristes pourront réclamer 75 000 $ chacun comme montant de base. Ce montant pourrait être doublé si la victime prouve avec son témoignage qu’elle y a droit. M. Tremblay ne cache pas son soulagement de voir que six des neufs pères — trois étant décédés — qui se seraient livrés à des agressions devront payer. « C’est pas parce que tu fais le bien à midi que les cochonneries que tu fais à minuit doivent être occultées », lance-t-il.

 

La congrégation montrée du doigt

 

Dans son jugement de 85 pages, le juge Bouchard a longuement insisté sur les séquelles physiques et psychologiques des victimes, accusant les Rédemptoristes et les autorités du séminaire (maintenant appelé collège Saint-Alphonse) de grave négligence. « S’agit-il d’aveuglement volontaire, de négligence grossière ou de camouflage de comportements répréhensibles de père rédemptoristes ? Peu importe la qualification qu’on peut donner, il est inconcevable que le défendeur n’ait pas été au courant de ces agissements ou n’ait pas pris les moyens pour en savoir davantage […] », peut-on lire dans le jugement.

 

Tout au long du procès, qui avait débuté en septembre dernier, les avocats des Rédemptoristes avaient plaidé que seulement la direction du Séminaire Saint-Alphonse et le prêtre Raymond-Marie Lavoie, coupable d’avoir agressé 13 élèves — devaient endosser le blâme. Les juristes des Rédemptoristes soutenaient que la congrégation n’avait pas l’emprise sur les événements qui se produisaient dans l’établissement scolaire. Selon Carlos Tarini, directeur de l’Association des victimes de prêtres, le juge a complètement rejeté les arguments des prêtres. « Le juge a décrété que la congrégation était au courant et n’a rien fait. Elle savait qu’il y avait un cancer qui grugeait l’organisation. C’est une grande victoire de voir que le tribunal a tenu la congrégation responsable », soutient-il. Celui qui a assisté au procès affirme que les Rédemptoristes ont tout fait « pour défendre des gestes indéfendables », en infligeant notamment un sévère examen psychiatrique à Frank Tremblay. M. Tarini se dit « complètement choqué » par la manière dont les experts ont été manipulés pour décrédibiliser le témoignage des victimes.

  

Des dommages à déterminer

 

« Les Rédemptoristes vont remplir leur obligation dans la mesure de leurs moyens », a affirmé leur avocat, Me Pierre Baribeau, lors d’une entrevue sur les ondes de Radio-Canada. La congrégation a déjà rapatrié près de 17 millions de dollars qu’elle avait placés dans une fiducie. Quand les victimes auront reçu leurs indemnités, la Cour déterminera par la suite le montant que les Rédemptoristes devront payer en dommages punitifs.

À voir en vidéo