Allaitement à la piscine : aucun risque sanitaire, tranche le ministère

La semaine dernière, l’arrondissement de Rosemont—La Petite-Patrie a justifié sa demande aux mères d’allaiter en bordure de la pataugeoire, et non pas dans l’eau, en invoquant les risques que les bébés régurgitent.
Photo: Annik MH De Carufel - Le Devoir La semaine dernière, l’arrondissement de Rosemont—La Petite-Patrie a justifié sa demande aux mères d’allaiter en bordure de la pataugeoire, et non pas dans l’eau, en invoquant les risques que les bébés régurgitent.

Le règlement sur la qualité de l’eau des piscines publiques ne restreint pas l’allaitement, confirme le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. « Le règlement ne touche pas à l’allaitement », dit la porte-parole du ministère, Audrée Lamothe-Cloutier.


De plus, le fait qu’un bébé allaité puisse régurgiter ne pose pas de risque pour la salubrité de l’eau, ajoute le ministère. « Le responsable n’est pas tenu de fermer la piscine et de désinfecter à la suite de la régurgitation d’un bébé », confirme Mme Lamothe-Cloutier. Le règlement force la désinfection des pataugeoires s’il y a présence de vomi ou de matières fécales seulement.


La ville de Gatineau a aussi confirmé au Devoir que c’est après consultation auprès d’un inspecteur du ministère de l’Environnement, en 2013, que le règlement interdisant l’allaitement à la piscine a été abandonné.


La semaine dernière, l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie a justifié sa demande aux mères d’allaiter en bordure de la pataugeoire, et non pas dans l’eau, en invoquant les risques que les bébés régurgitent.


À la lumière de l’interprétation du règlement fournie par le ministère, l’arrondissement dit être « satisfait et soulagé », car cela « tranche ainsi le dilemme et réduit la confusion entre les propres normes de salubrité du ministère et la liberté d’allaiter ». Les directives aux sauveteurs ne seront pas nécessairement changées immédiatement, a dit le responsable des communications, Serge Fortin mardi, mais, a-t-il assuré, « nous allons nous ajuster ».


Après deux avertissements la semaine dernière alors qu’elle allaitait son enfant à la pataugeoire Lafond, Mélodie Nelson a porté plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.


La Commission dit recevoir « très peu » de plaintes en lien avec l’allaitement en public. Restreindre le droit d’une femme d’allaiter son enfant est considéré comme une discrimination basée sur le sexe.

7 commentaires
  • Francois Parent - Inscrit 9 juillet 2014 08 h 02

    Belle initiative

    Bravo Mélodie Nelson belle initiative

  • Réjean Guay - Inscrit 9 juillet 2014 10 h 06

    Cet allaitement doit se faire discrètement . A quoi sert-il de se dénuder la poitrine
    au complet , comme semble l' avoir fait cette blogueuse . La modération a bien meilleur goût . On dirait que certaines mères nous disent un -< regarde , j'allaite >.
    Il n'est pas toujours bon d'imposer .

    • Sylvain Auclair - Abonné 9 juillet 2014 14 h 33

      Ne regardez pas, tout simplement.

  • Michel Vallée - Inscrit 9 juillet 2014 11 h 58

    << L’arrondissement dit être ''satisfait et soulagé'' >>

    Ne reste plus qu'à règler l’épineux problème des bambins (et des adultes) qui se soulagent (i.e. qui font pipi mine de rien) dans l'eau des piscines publiques...

    • Véronique Lévis - Inscrite 9 juillet 2014 14 h 24

      Les adultes qui ne veulent pas se baigner dans le pipi des enfants peuvent aller dans la piscine normale... Un bébé qui n'est pas propre, ya des chances qu'il s'échappe dans la pataugoire! (et non on ne peut pas mettre une vraie couche dans une piscine)

    • Michel Vallée - Inscrit 9 juillet 2014 21 h 55

      @Véronique Lévis

      <<Les adultes qui ne veulent pas se baigner dans le pipi ...>>

      Pour ce faire, il existe une substance qui réagit à l’urine, et qui rajoutée à l’eau de la piscine colore vivement le pourtour ainsi que le maillot du baigneur malappris.

    • Jean-Pierre Bédard - Inscrit 10 juillet 2014 12 h 29

      Du lait maternel au colorant réactif en passant par le pipi, certains lecteurs du Devoir ont ont un sens aigu de l'association d'idées... Au moins autant que Mélodie Nelson qui ameute la communauté des nourrices à la moindre interpellation...