Allaitement à la piscine : aucun risque sanitaire, tranche le ministère

La semaine dernière, l’arrondissement de Rosemont—La Petite-Patrie a justifié sa demande aux mères d’allaiter en bordure de la pataugeoire, et non pas dans l’eau, en invoquant les risques que les bébés régurgitent.
Photo: Annik MH De Carufel - Le Devoir La semaine dernière, l’arrondissement de Rosemont—La Petite-Patrie a justifié sa demande aux mères d’allaiter en bordure de la pataugeoire, et non pas dans l’eau, en invoquant les risques que les bébés régurgitent.

Le règlement sur la qualité de l’eau des piscines publiques ne restreint pas l’allaitement, confirme le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. « Le règlement ne touche pas à l’allaitement », dit la porte-parole du ministère, Audrée Lamothe-Cloutier.


De plus, le fait qu’un bébé allaité puisse régurgiter ne pose pas de risque pour la salubrité de l’eau, ajoute le ministère. « Le responsable n’est pas tenu de fermer la piscine et de désinfecter à la suite de la régurgitation d’un bébé », confirme Mme Lamothe-Cloutier. Le règlement force la désinfection des pataugeoires s’il y a présence de vomi ou de matières fécales seulement.


La ville de Gatineau a aussi confirmé au Devoir que c’est après consultation auprès d’un inspecteur du ministère de l’Environnement, en 2013, que le règlement interdisant l’allaitement à la piscine a été abandonné.


La semaine dernière, l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie a justifié sa demande aux mères d’allaiter en bordure de la pataugeoire, et non pas dans l’eau, en invoquant les risques que les bébés régurgitent.


À la lumière de l’interprétation du règlement fournie par le ministère, l’arrondissement dit être « satisfait et soulagé », car cela « tranche ainsi le dilemme et réduit la confusion entre les propres normes de salubrité du ministère et la liberté d’allaiter ». Les directives aux sauveteurs ne seront pas nécessairement changées immédiatement, a dit le responsable des communications, Serge Fortin mardi, mais, a-t-il assuré, « nous allons nous ajuster ».


Après deux avertissements la semaine dernière alors qu’elle allaitait son enfant à la pataugeoire Lafond, Mélodie Nelson a porté plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.


La Commission dit recevoir « très peu » de plaintes en lien avec l’allaitement en public. Restreindre le droit d’une femme d’allaiter son enfant est considéré comme une discrimination basée sur le sexe.

À voir en vidéo