Lac-Mégantic réinventée: verte et sans voie ferrée

La rue Frontenac à Lac-Mégantic. Plusieurs commerçants et résidants de la zone rouge ne savent toujours pas ce que l’avenir leur réserve.
Photo: Jacques Nadeau le devoir La rue Frontenac à Lac-Mégantic. Plusieurs commerçants et résidants de la zone rouge ne savent toujours pas ce que l’avenir leur réserve.

De la verdure, beaucoup de verdure. Un mémorial sur les lieux de l’ancien Musicafé, un jardin des étoiles pour honorer l’ouverture vers le ciel, une plage élargie tout près du parc des Vétérans. La vue facilitée vers le lac, un marché public et un complexe hôtelier, avec des promenades pour cyclistes et piétons.

 

Voilà la nouvelle vision de Lac-Mégantic « réinventée », présentée mardi soir aux citoyens dans un centre sportif bondé. Les Méganticois ont accueilli avec ouverture ce plan vert et rassembleur, mais ils ont formulé quelques réserves de taille : sans la disparition de la voie ferrée, qui traverse toujours le coeur de la ville en trois zones, la sérénité ne sera jamais retrouvée. Ils ont aussi demandé qu’on évite le plus possible la destruction des bâtiments qui tiennent toujours debout, et qu’on permette aux résidants qui le souhaiteraient de retourner vivre dans leur demeure.

 

Après trois mois de consultation des citoyens pour « Réinventer la ville », Lac-Mégantic a présenté quelque 16 consensus qui lui ont permis de dessiner une ébauche de ce nouveau centre-ville. Le maire suppléant Jean-Guy Bouffard recevait les gens en l’absence de la mairesse Colette Roy-Laroche, qui a dû annuler lundi tous ses engagements de la semaine en raison de l’état de santé de son conjoint.

 

Difficile de rallier 6000 habitants à la recette parfaite de reconstruction, particulièrement lorsque les plaies sont encore vives : non seulement les deuils marquent encore les âmes ici, mais plusieurs commerçants et résidants dont les bâtisses sont — ou étaient — dans la zone rouge ne savent toujours pas ce que l’avenir leur réserve.

 

Penchés par groupes de huit autour d’immenses cartes dévoilant l’allure de ce possible centre-ville, les discussions sont allées bon train toute la soirée. La verdure abondante a récolté ça et là d’excellentes notes, même si certains s’inquiètent du peu d’espace accordé aux commerces. D’autres veulent le retour des familles en ville : « J’échangerais bien un arbre pour un voisin », note un résidant du boulevard des Vétérans.

 

Si la voie ferrée a été enlevée du plan final, la Ville a toutefois dû prévoir une solution temporaire puisqu’elle traverse encore Lac-Mégantic, qui a demandé une voie de contournement mais n’a pas la certitude encore de l’obtenir. « C’est sûr que la voie ferrée est un enjeu, dit un citoyen au micro. Si on la garde comme vous la présentez, on triple les traverses dans le centre-ville finalement. »

 

Outre ce corridor vert généralement très apprécié, la Ville a souhaité créer un « lieu identitaire » fort dans le coeur de la ville avec un espace-terrasse sur le bord du lac, là où jadis était le Citron vert, un marché public sis sur Frontenac, un jardin des étoiles avec des bancs orientés vers le ciel, et un lieu de commémoration sobre destiné à la mémoire des 47 victimes de la tragédie du 6 juillet dernier.

 

« Je trouve que c’est trop éparpillé et que ça manque de oumpf, dit Jean Gauthier, un résidant de Fatima. Avant, on stationnait, on marchait sur la rue, on faisait toutes nos affaires : Dollarama, Jean-Coutu, Métro, bibliothèque. On rencontrait des gens. Là, il va falloir prendre notre voiture à chaque arrêt. C’est plus un pôle, c’est pas un centre ! »

 

Gilles Fluet, lui, est encouragé par ce qu’il a vu. « Je suis confiant. Ça devrait donner quelque chose qui a de l’allure. C’est sûr qu’on avait nos petites habitudes, mais il faut changer avec la ville qui change. » Comme d’autres, M. Fluet se pose des questions sur l’affluence en plein hiver, lorsque les grands vents souffleront à plein dans le corridor « vert » devenu blanc.

 

Jacques Cloutier, enseignant et membre de la communauté d’affaires, n’a pas été impressionné. « C’est un manque flagrant d’audace et de vision ! J’ai pas vu le wow pour aller là. Fais pas juste me bâtir un hôtel, donne-moi une vraie raison d’y aller ! Un hôtel, c’est un service, ce n’est pas un attrait. » Le groupe des trente, ces gens d’affaires qui ont proposé en parallèle une vision destinée à faire de Lac-Mégantic une destination touristique de choix, est donc resté sur son appétit. Il souhaite pouvoir retravailler cette approche d’ici la fin de 2014.

 

Ce plan présenté doit faire l’objet de discussions encore à l’automne. La Ville de Lac-Mégantic doit statuer de manière finale d’ici la fin de 2014, a-t-on indiqué mardi. Les plans présentés mardi, de même que la vidéo d’une maquette en trois dimensions, ne seraient donc que préliminaires et pourraient subir d’importants changements au gré des discussions.

7 commentaires
  • Marthe Pouliot Duval - Inscrit 18 juin 2014 06 h 53

    Indignez-vous!

    Gens de Lac Megantic indignez-vous, défendez-vous, restez fermes. Refusez de vous faire imposer à nouveau des voies ferrées qui défigureront votre centre-ville et seront source d'angoisse et d'éternels mauvais souvenirs. Vous avez droit de vivre en paix.
    Bonne chance!

    • Jacques Moreau - Inscrit 19 juin 2014 02 h 54

      Un peu drôle, parce que je crois avoir appris dans mon histoire que les chemins de fer ont servie au développement du pays. Les villes et village se son développées du long des voies ferrés. Pas nécessairement le contraire, ou il fut un temps, une municipalité aurait été "insultée" si le chemin de fer l'avait contourné. Les temps changent!

  • Damien Tremblay - Inscrit 18 juin 2014 09 h 41

    Résilience à l'ordre du jour

    Toutes nos sympathies et voeux de renaissance à une population victime d'un mélange de laxisme gouvernemental et de mercantilisme irresponsable et coupable à la fois.

  • Simon Vallée - Inscrit 18 juin 2014 10 h 13

    Trop d'espaces tampons verts inutiles

    Un centre-ville est supposé être un endroit qui concentre les activités à proximité l'une de l'autre. Le fait d'entourer le centre-ville d'une zone tampon verte est complètement absurde, si les gens veulent du vert, ce n'est pas ça qui manque dans la région, ils n'ont qu'à aller dans l'autre direction. En éloignant le centre-ville des habitations, on nuit à l'attrait principal de celui-ci.

    Par contre, c'est une bonne chose de faire en sorte que les bâtiments flanquent la rue et de mettre les stationnements en arrière de ceux-ci, plutôt que la pratique habituelle de mettre les stationnements entre les bâtiments et la rue, ce qui nuit grandement aux piétons.

    Je crois également qu'ils devraient favoriser la construction de plusieurs petits bâtiments plutôt que de gros et longs bâtiments. Des bâtiments plus étroits offrent des façades plus intéressantes sur la rue, chaque bâtiment ayant sa propre identité et sa propre entrée sur la rue.

  • Alexie Doucet - Inscrit 18 juin 2014 10 h 55

    O Canada

    Que fait le fédéral?
    Il me semble que quelque part dans l'hymne de notre pays il y a une promesse :
    "protégera nos foyers et nos droits"...

  • Jean-Philipe Tanguay - Abonné 18 juin 2014 23 h 29

    Mon pays ce n'est pas un pays, c'est une compagnie

    Soyons honnêtes, le Canada en a rien à foutre des gens de Lac-Mégantic. Ce qui compte, c’est le pétrole, et qu’il circule. Reste à voir si notre classe politique travaille pour ses citoyens ou pour les entreprises.