Marois aurait bénéficié de financement illégal

Les échanges de courriel entre M. Murray et le témoin A. démontrent que l’ingénieur de Roche a graduellement trouvé les 10 000 $ nécessaires, avant et après l’élection de Mme Marois, lors du scrutin du 8 décembre 2008.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Les échanges de courriel entre M. Murray et le témoin A. démontrent que l’ingénieur de Roche a graduellement trouvé les 10 000 $ nécessaires, avant et après l’élection de Mme Marois, lors du scrutin du 8 décembre 2008.
L’ex-première ministre Pauline Marois aurait bénéficié de 10 000 $ de financement illégal de la firme de génie-conseil Roche lors de la campagne de 2008, en toute connaissance de cause.

L’ancien attaché politique et responsable de bureau dans la circonscription de Charlevoix, Ernest Murray, a précisé que Pauline Marois avait été mise au courant de l’implication de Roche dans sa campagne après coup. « Mme Marois est plus allumée que moi dans ces domaines-là », a dit M. Murray, lundi à la commission Charbonneau. « Je lui ai mentionné, parce que c’était quelque chose qui était important », a-t-il ajouté. Mme Marois ne l’a pas réprimandé pour sa conduite.

De 1994 à 2010, M. Murray fut tour à tour directeur du bureau de Charlevoix pour Rosaire Bertrand et Pauline Marois.

Il a demandé et obtenu 10 000 $ d’un ingénieur de Roche parce qu’il était incapable d’atteindre ses objectifs de financement. « Moi, je suis orgueilleux, je veux atteindre mes objectifs », a-t-il dit.

L’identité de l’ingénieur en question est frappée d’une ordonnance de non-publication. Aux fins des travaux, il est présenté comme le « Témoin A. » L’ingénieur de Roche était disposé à aider M. Murray dans l’espoir d’obtenir des contrats en retour. Il lui a cependant demandé de trouver des prête-noms afin de justifier les dons.

Les échanges de courriel entre M. Murray et le témoin A. démontrent que l’ingénieur de Roche a graduellement trouvé les 10 000 $ nécessaires, avant et après l’élection de Mme Marois, lors du scrutin du 8 décembre 2008.

« On prend tout »

Le témoin A. a réussi à récolter 8000 $ de contributions illégales, faites par chèques au moyen de prête-noms, avant l’élection. Le 16 décembre, le témoin A. informe M. Murray qu’il a trouvé encore 1500 $. Puisque l’élection est passée, il lui demande s’il doit acheminer les chèques « au central ». « Il n’y a pas d’excès dans Charlevoix, on prend tout. Nous apprécions ce que vous nous avez déjà accordé, cela nous a vraiment facilité la tâche. Pour la victoire, nous sommes très satisfaits des résultats dans Charlevoix et, au Québec, ce n’est qu’un début », répond M. Murray, au témoin A.

Le témoin A. a manifesté une générosité intéressée. Il s’attendait à un échange de bons procédés. En février et en mars 2009, il a écrit à Ernest Murray pour s’enquérir de l’avancement de deux projets à venir dans Charlevoix pour la réfection d’un cégep et du musée de Charlevoix, à La Malbaie. « Peux-tu faire quelque chose pour nous : j’aimerais bien avoir au moins un des deux. J’aurai le reste du don sous peu : excuse le retard même si ce n’est pas de ma faute », écrit le témoin A.

Ernest Murray l’a dirigé vers les bons interlocuteurs pour le dossier du musée. Il assure cependant qu’il n’y a aucune adéquation entre les dons de Roche et l’octroi de contrats. « On n’était pas là pour que les firmes d’ingénieurs se nourrissent de la sueur du peuple », a-t-il lancé.

La commission entendra mardi Pierre Bibeau, un ancien vice-président de Loto-Québec mis en cause dans le financement illégal du PLQ et dans le trafic de billets de faveur au profit des donateurs du parti.

Place à Pierre Bibeau

Lors de son témoignage, l’entrepreneur Lino Zambito a relaté que M. Bibeau, un organisateur libéral de longue date, avait exigé de lui 30 000 $ pour la campagne de son ancienne épouse, la ministre libérale Line Beauchamp.

L’ancienne secrétaire de M. Bibeau, Jocelyne Truchon, a confirmé lundi qu’elle avait déjà accueilli M. Zambito au bureau de Pierre Bibeau, sans plus.

Lors de sa nomination à titre de vice-président aux communications et affaires publiques, en 2003, Pierre Bibeau avait centralisé la gestion des centaines de billets de faveur reçus par Loto-Québec. À titre indicatif, la société d’État recevait environ 300 billets pour le Grand Prix de Formule 1, l’événement touristique le plus couru, en plus de billets pour les grandes manifestations artistiques que sont le Festival de jazz, les FrancoFolies, le Festival d’été de Québec, etc. M. Bibeau distribuait la plupart des billets à l’interne, mais il en gardait pour les membres de sa famille immédiate, ses amis et des supporters du PLQ.

Selon la théorie du procureur Paul Crépeau, la distribution de billets de faveur par M. Bibeau relevait de l’échange de bons procédés entre la famille libérale et ses généreux donateurs.

Au fil des ans, Mme Truchon a notamment géré des demandes de billets de Bernard Trépanier («monsieur 3 %»), Violette Trépanier (responsable du financement au PLQ) et Marc Bibeau (argentier bénévole et administrateur de Schokbéton). Les trois ont été montrés du doigt pour le financement sectoriel au PLQ. Des élus tels que Sam Hamad, David Whissell, Jacques Dupuis, Lise Thériault et Norman MacMillan passaient des coups de fil à M. Bibeau.

Mme Truchon a aussi révélé qu’elle avait découvert de mystérieuses inscriptions de rendez-vous, indéchiffrables, dans l’agenda de Pierre Bibeau. Elle l’a questionné à ce sujet, pensant qu’il s’agissait d’erreurs de frappe. Son patron lui a dit de laisser les rendez-vous à l’agenda.

Bédard reste sceptique

Le chef intérimaire du Parti québécois, Stéphane Bédard, a banalisé le témoignage de l’attaché politique Ernest Murray, en invitant les médias à la prudence avant de tirer des conclusions.

Selon lui, Mme Marois n’était pas au courant du financement illégal de 10 000 $ par Roche, lors de sa campagne de 2008 dans Charlevoix. « Mme Marois n’en avait pas besoin, elle n’en a [pas] exprimé le souhait. C’est plutôt celle qui a déposé les lois les plus sévères en matière de réforme des lois électorales », a dit M. Bédard.

« Jamais Mme Marois n’a été impliquée de quelque façon que ce soit », a-t-il réitéré.
Piqué au vif, M. Bédard a accusé les médias de « faire du mélange des genres » en comparant la situation du PQ à celle du PLQ en matière de financement illégal. « Une perquisition, savez-vous c’est quoi ? » a demandé M. Bédard.

Le PQ a l’intention de faire des vérifications à l’interne. « On s’assure toujours d’être conformes à la loi. […] S’il y a des sommes à rembourser, on va le faire », a-t-il assuré.