Arthur Porter réplique depuis sa prison du Panama

Arthur Porter, l’ancien directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), réplique aux témoignages entendus récemment à la commission Charbonneau.

De sa prison panaméenne où il attend une décision concernant son éventuelle extradition au Canada pour répondre à des accusations de fraude, Arthur Porter critique la Commission pour son examen du contrat de construction de 1,3 milliard de dollars du méga-hôpital anglophone montréalais.

Le contrat lucratif, conclu en 2010, est sous la loupe de la commission Charbonneau pour une fraude alléguée de 22,5 millions, qui aurait impliqué Porter et sept autres personnes, dont d’anciens administrateurs du géant montréalais de l’ingénierie SNC-Lavalin.

Ces anciens administrateurs de SNC-Lavalin sont accusés d’avoir acheminé de l’argent aux dirigeants du CUSM, Arthur Porter et Yanaï Elbaz, en échange de l’obtention du contrat.

Porter, âgé de 57 ans, est notamment accusé de fraude, de complot en vue de commettre une fraude et d’abus de confiance. L’ancien président du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) nie toute malversation dans cette affaire.

La commission Charbonneau s’est attardée ce mois-ci au processus d’octroi des contrats au Centre universitaire de santé McGill, ce que l’enquêteur de la commission André Noël a qualifié « d’un des cas allégués de corruption les plus importants dans l’histoire contemporaine du Québec ».

Porter a qualifié ce dernier commentaire de « l’une des déclarations les plus diffamatoires » qu’il lui ait été donné d’entendre. « Il n’y a pas eu de processus judiciaire, pas de procès, pas de jugement — bien que ces étapes soient peut-être désormais considérées comme superficielles », s’est interrogé Arthur Porter, soutenant n’avoir été impliqué dans aucune fraude.

Il n’a pas commenté directement l’octroi du contrat du CUSM, disant simplement que le gouvernement avait désigné un vérificateur ayant remis deux rapports déterminant que le processus avait été juste et équitable.

Il a tenu ces propos dans le cadre d’une entrevue accordée à son biographe la semaine dernière, et publiée lundi par la famille Porter sur un site Web en soutien à l’ancien directeur général du CUSM.


Par SIdharta Barnejee
9 commentaires
  • Josette Allard - Inscrite 26 mai 2014 14 h 18

    Pourquoi pas au Canada

    Il se garde bien de répliquer à partir du Canada.

    • Guy Vanier - Inscrit 26 mai 2014 16 h 26

      Je crois que personne ici veulent le voir revenir témoigner! Il connaît trop de choses incriminantes sur beaucoups de personnes politiques fédérale et provinciale et autres.

    • Gilles Théberge - Abonné 27 mai 2014 13 h 01

      Je suis entièrement d'accord avec monsieur Vanier, il y a plusieurs personnes au pouvoir présentement qui ont intérêt à ce que Porter ne soit pas ici en train de subir son procès.

      Il y a probablement un ex associé, pour ne pas dire un grand ami de Porter qui est très à l'aise avec l'absence de Porter.

      Et autrement quelqu'un pourrait-il dire qui doit procéder pour le ramener ici et où en sont les procédures...?

  • Guy Desjardins - Inscrit 26 mai 2014 17 h 43

    Pamela doit savoir quelque chose!

    À quand son procès? Et Porter si il est innocent pourquoi ne vient'il pas de lui même au Canada pour critiquer la Commission? Il serait intéressent de le voir témoigner et à savoir si il était seul dans ce magouillage et corruption. Il y en a qui ne souhaitent certainement pas qu'il devrait venir au Canada. Car marcher les fesses serrées, ça constipe. Oû en est rendu l'extradition de ce coucou?

    • Jean-Marc Simard - Abonné 27 mai 2014 05 h 50

      D'accord avec vous... Vous m'enlevez les mots de la bouche...S'il est aussi innocent qu'il le prétend qu'il vienne se défendre au Canada au lieu de se cacher au Panama...

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 27 mai 2014 06 h 20

    Proportion

    « d’un des cas allégués de corruption les plus importants dans l’histoire contemporaine du Québec ».

    Porter a qualifié ce dernier commentaire de « l’une des déclarations les plus diffamatoires »

    Bon si ce n'est qu'une question de proportion, pourrait-il nous informer de laquelle est plus grosse que la sienne ? Après être passé à tant d'organisation, il a peut-être des informations juteuses.

    PL

  • François Dugal - Inscrit 27 mai 2014 07 h 55

    Rétablir sa réputation

    Si monsieur Arthur Porter voulait rétablir sa réputation, il pourrait le faire en venant témoigner à la commission Charbonneau.
    Pourquoi fuir à tout prix le "plusse meilleur" pays du monde?

  • Robert Henri - Inscrit 27 mai 2014 10 h 10

    Voir si ce gars là est crédible.

    Voir si ce gars là est crédible. On a témoigné contre, il est reconnu comme le «penseur» de la plus grande fraude du Canada et il se «défend» de l'étranger après avoir fui en coupable le pays. Ce gars là me donne ennvie de vômir. C'est un bon Libéral.

    • Gilles Théberge - Abonné 27 mai 2014 13 h 03

      Oui, il ne faut pas l'oublier, c'est aussi un libéral, et un ami de Couillard que le peuple vient d'élire avec une légèreté qui fait peur.