​Un pesticide serait la cause de la mort d’Audrey et Noémie Bélanger

Audrey et Noémie Bélanger, deux touristes québécoises retrouvées sans vie dans un hôtel thaïlandais en juin 2012, ont vraisemblablement été tuées par un pesticide, a indiqué Radio-Canada, mercredi.

Un porte-parole du ministère de la Santé de la Thaïlande a indiqué que l’explication la plus plausible du décès des deux soeurs est une intoxication sévère à un produit chimique qui appartient à la famille des pesticides.

Le produit aurait été utilisé pour tuer des punaises dans les chambres de l’hôtel.

Les deux sœurs originaires de Pohénégamook, au Bas-Saint-Laurent, sont mortes deux jours après leur arrivée sur l’île de Phi Phi en Thaïlande.

Le père des victimes, Carl Bélanger, a toujours soupçonné les pesticides, a ajouté la télévision d’État.

Les enquêteurs thaïlandais auraient rejeté les autres hypothèses comme l’empoisonnement alimentaire, l’intoxication au DEET, un insecticide mélangé dans un cocktail.

Selon Radio-Canada, les deux jeunes Québécoises ont probablement été intoxiquées par du phosphure d’aluminium, un produit qui, au contact de l’air ou de l’humidité, dégage un gaz mortel, la phosphine.

Le gouvernement thaïlandais aurait offert un montant de 20 000 $ aux parents des soeurs Bélanger. L’offre a été refusée, M. et Mme Bélanger préférant que l’hôtel où sont mortes leurs deux filles soit sanctionné.
3 commentaires
  • Emmanuel Denis - Inscrit 13 mars 2014 11 h 49

    Le danger des pesticides...

    Une raison de plus de promouvoir l'alimentation saine et biologique sans pesticides dangereux pour la santé humaine !!!

    Au Québec, combien de cancers croyez-vous sont provoqués par les pesticides dans notre alimentation ?

    Nous savons au moins une chose: il y a beaucoup plus de cancers en proportion de nos jours qu'à l'époque...

    Il serait grandement temps que le gouvernement québécois adopte une nouvelle loi plus sévère sur l'utilisation des pesticides dans l'agriculture, sur les terrains de golf, les pelouses et sur les aménagements paysagistes !

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 13 mars 2014 12 h 49

    Triste destin

    Triste fin pour ces deux Québécoises. Se rendre dans une île paradisaque pour mourir au mileu des punaises. Le père de ces victimes a raison. L'hôtel doit être sanctionné. D'autant plus qu'elles ne seraient pas les seules. L'incurie du gouvernement Thailandais crève les yeux. Probablement pour sauver son industrie touristique, il a délibérément caché les faits. Ce gouvernement doit payer pour ses crimes, même si ces entreprises utilisent de façon illégale cette saloperie d'insecticide, les journalistes n'ont eu aucun mal à en trouver en caméra cachée. Les instances internationales doivent agir afin de prévenir d'autres drames.

    Toutes mes sympathies aux parents et amis de ces jeunes filles.

  • Georges LeSueur - Inscrit 14 mars 2014 23 h 30

    Il faut agir !

    L'émission télévisée nous a fait voir nos enquêteurs enregistrer le témoignage d'une gérante d'hôtel expliquant comment elle utilisait le phosphure d'aluminium comme pesticide contre les punaises. Efficace contre les insectes en 48 heures mais mortel pour les humains et autres mammifères en 2 heures seulement sans laisser de trace à l'autopsie. Une aération parfaite devait être faite avant d'occuper les lieux.
    Or, ce pesticide était parfois laissé sous les lits selon le témoignage entendu (à caméra cachée)
    Il est donc criminel de prendre ces risques en utilisant un tel produit.
    Le nombre de touristes victimes, justifie une action d'envergure internationale pour en éradiquer l'usage et intenter des actions envers les responsables thaïlandais.