Science et religion font bon ménage

Une enquête montre que près de 60 % des évangéliques pensent que « les scientifiques devraient être ouverts à l’idée de considérer les miracles comme une explication possible dans leur théorie ».
Photo: Agence France-Presse (photo) David McNew Une enquête montre que près de 60 % des évangéliques pensent que « les scientifiques devraient être ouverts à l’idée de considérer les miracles comme une explication possible dans leur théorie ».

Chicago — Science et religion aux États-Unis, un pays religieux, font bon ménage, révélait dimanche un sondage effectué auprès de 10 000 Américains, parmi lesquels des scientifiques et des protestants évangéliques, et qui contraste avec d’autres études.

 

« Nous avons constaté que près de 50 % des évangéliques [un mouvement influent aux États-Unis] pensent que la science et la religion peuvent travailler ensemble et se soutenir mutuellement », a indiqué Elaine Howard Ecklund, professeure de sociologie à l’Université Rice au Texas (sud) qui a mené cette enquête.

 

Elle a présenté les résultats à la conférence annuelle de l’Association américaine pour l’avancement de la science réunie ce week-end à Chicago.

 

« Ce score contraste avec le fait que seulement 38 % des Américains pensent généralement que la science et la religion peuvent oeuvrer de concert », a-t-elle souligné.

 

Selon le sondage, 27 % des Américains estiment que la science et la religion sont en conflit, et parmi eux 52 % prennent le parti de la religion.

 

Cette nouvelle enquête de l’Université Rice montre que les scientifiques et le reste de la population sont tout aussi pratiquants.

 

Ainsi, 18 % des scientifiques assistent à des services religieux toutes les semaines, une proportion similaire au reste de la population (20 %).

 

De plus, 15 % des scientifiques se déclarent très religieux, contre 19 % pour la population générale.

 

Enfin, 19 % des scientifiques américains disent prier plusieurs fois par jour, comparativement à 26 % dans le reste de la population, et près de 36 % disent n’avoir aucun doute quant à l’existence de Dieu.

 

Selon le professeur Ecklund, l’idée fausse selon laquelle science et religion sont en conflit s’explique par une couverture médiatique qui met surtout en avant des sujets très controversés, comme l’enseignement du créationnisme dans les écoles.

 

« Il y a d’énormes stéréotypes au sujet de ces questions… et une partie de ces deux groupes — partisans de la théorie de l’évolution et créationnistes — va probablement camper sur ses positions », selon elle.

 

L’enquête montre aussi que près de 60 % des évangéliques (protestants) et 38 % de toutes les personnes interrogées pensent que « les scientifiques devraient être ouvert à l’idée de considérer les miracles comme une explication possible dans leur théorie ».

 

Par ailleurs, selon une enquête de l’institut indépendant Pew Research Center, seulement un quart des Américains souscrivent totalement à la théorie de l’évolution.

7 commentaires
  • Pierre Couture - Inscrit 17 février 2014 05 h 50

    Il y a scientifique et scientifique

    «15 % des scientifiques se déclarent très religieux, contre 19 % pour la population générale. Enfin, 19 % des scientifiques américains disent prier plusieurs fois par jour, comparativement à 26 % dans le reste de la population, et près de 36 % disent n’avoir aucun doute quant à l’existence de Dieu.»

    Tout dépend de ce que l'on entend par «scientifique».

    Il se trouve des gens, aux États-Unis, pour prétendre que le créationnisme est une théorie scientifique. Si les tenants de cette thèse sont comptés parmi les scientifiques, tout s'explique.

    Sinon, il y a beaucoup à s'inquiéter...

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 17 février 2014 07 h 04

    … savoir !

    « Selon le professeur Ecklund, l’idée fausse selon laquelle science et religion sont en conflit s’explique … . » (AFP)

    Idée fausse ou non, religion et science peuvent évoluer dans la mesure où le domaine des « vérités » se donne à être attesté par des théories susceptibles de faits, hors de tout doute, raisonnables ou … pas !

    Cependant, et présentement, ni science ni religion n’existent en dehors de cette formule « croire-voir » ; une formule pop universelle qui ose, parfois et avec élégance, parcourir et connaître plusieurs mondes-univers accessibles, compréhensibles, solvables, ou :

    Ni religion ni science, sauf du …

    … savoir ! - 17 fév 2014 -

  • Josette Allard - Inscrite 17 février 2014 07 h 35

    Au Canada

    Le même sondage serait mené auprès des électeurs qui votent Conservateur donnerait sans doute le même résultat.

  • André Michaud - Inscrit 17 février 2014 08 h 12

    Foi et sciences

    La foi c'est croire sans preuves, la science c'est prouver ce qu'on affirme de façon rationelle et concrète.

    Pour la science une vérité est vraie jusqu'à la preuve du contraire, pour les religions une vérité est immuable et éternelle.

    Un scientifique peut avoir des croyances religieuses ou politiques irrationelles, mais elles ne doivent pas intervenir dans son travail.

  • Robert Bernier - Abonné 17 février 2014 08 h 17

    Et à quelle sorte de dieu croient-ils?

    Une question intéressante à poser, surtout aux scientifiques qui se déclarent croyants, eût été de leur demander de décrire le dieu auxquels ils croient. Mon avis est que les évangéliques s'y seraient bien peu retrouvés. Peu de scientifiques croient encore à un dieu personnel, un dieu qui répond à vos prières personnelles.

    Le dieu d'Einstein, celui de Spinoza, peut-être. Mais certainement plus le dieu des chrétiens ordinaires. Certainement plus le dieu moraliste qui vous écrit les 10 commandements sur une table de pierre. Certainement plus le dieu qui vous menace d'enfer si vous ne lui obéissez pas. Ce dieu-là, c'est celui que les intégristes du monde entier appellent de leurs voeux pour "dresser" le monde, comme on dresse un animal.

    Ce dieu-là, je l'ai appelé le dieu chiquenaude, celui qui a lancé le monde en mouvement à l'origine, d'une chiquenaude, et qui ne peut plus que le regarder aller, les bras croisés. Je m'en suis expliqué longuement dans mon ouvrage: "L'enfant, le lion, le chameau: une pensée pour l'homme sans dieu".

    Robert Bernier
    Mirabel

    • François Dugal - Inscrit 17 février 2014 12 h 03

      In God we trust (nous croyons en Dieu). Voilà la devise qui figure les les billets verts de nos amis américains. Leur Dieu est par conséquent l'argent.