Parodier les magazines «pipoles» pour lutter contre la pauvreté

L’ingénieuse initiative de l’agence de services communautaires Woodgreen vise à sensibiliser l’opinion publique et à amasser des fonds pour son programme HomewardBound, qui aide des femmes monoparentales à retourner aux études, se trouver un logement ou se réinsérer sur le marché du travail.  
Photo: L’ingénieuse initiative de l’agence de services communautaires Woodgreen vise à sensibiliser l’opinion publique et à amasser des fonds pour son programme HomewardBound, qui aide des femmes monoparentales à retourner aux études, se trouver un logement ou se réinsérer sur le marché du travail.  

Combattre l’indifférence par l’absurde? Ça marche. Un organisme de charité torontois fait un tabac sur les réseaux sociaux et a réussi à l’attirer l’attention de médias de l’autre bout de la planète en pastichant la Une de journaux à potins et d’émissions «pipole» avec des photos de vraies mères pauvres et monoparentales.

«Vivre sans eau chaude», clame en gros titres le faux Truth, affichant à sa Une, une femme noire, sans argent. Ou encore «Tanya tente d’éviter l’éviction: voyez l’intérieur de sa maison», clame, photos à l’appui, la manchette jaune fluo du fictif Real, un avatar des Star, US Weekly et autres Closer de ce monde, qui font leurs choux gras des déboires vécus par les starlettes mondiales, montés en épingle.

La caricature astucieuse est le cœur de la campagne-choc lancée par l’agence de services communautaires Woodgreen à Toronto qui fait un malheur sur le Web en opposant de façon cynique l’intérêt cupide du public pour les cancans de magazines à sensations aux vrais drames qui se jouent dans leurs cours, dans l’indifférence générale.
 
Imaginé par l’agence BDD Canada, le coup publicitaire, placardé dans le métro de la ville Reine, comporte aussi un volet télévisuel cinglant intitulé «Gossip Tonight» (voir la vidéo au bas de cet article), un clone des Entertainment Tonight et consorts, qui met en vedette deux animateurs à l’allure botoxée, gloussant en rapportant les moindres faits et gestes de femmes confrontées à la pauvreté quotidienne.

Un succès extraordinaire

L’ingénieuse initiative, qui s’est attiré un maximum de visibilité, vise à sensibiliser l’opinion publique et à amasser des fonds pour son programme HomewardBound, qui aide des femmes monoparentales à retourner aux études, se trouver un logement ou se réinsérer sur le marché du travail.  

Ann Babcock, chef des opérations à l’organisme Woodgreen, était dépassée mardi de l’impact engendré par cette campagne.

«Cela a créé un mouvement extraordinaire. Nous n’avons jamais reçu autant d’appels de médias, ni obtenu un tel achalandage sur notre site. Nous avons eu des appels de partout, même d’une station de télévision australienne», s’étonnait-elle mardi.  

Les annonces, qui invitent la population à supporter le programme HomewardBound, ont eu un impact immédiat. Plus de 1000 personnes ont apposé dans la journée de mardi leurs noms à une pétition affichée sur le site de l’organisme, réclamant à la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, une augmentation du financement de l’organisme communautaire.

«Et si nous portions autant d’intérêt à ceux qui vivent dans la pauvreté qu’aux célébrités des médias?», lance l’organisme sur son site internet.

Denise Rossetto, la directrice de création de l’agence de pub BDD, a expliqué au site spécialisé en publicité FastCompany que singer les médias hollywoodiens «était une façon de faire les gros titres avec la pauvreté et de parler des dures réalités quotidiennes rencontrées par des mères en difficulté». «Le but est de montrer au public ce que serait un monde où l’on porterait autant attention à ces femmes qu’aux célébrités.»

4 commentaires
  • Michel Vallée - Inscrit 21 janvier 2014 22 h 12

    Excellent ! Dénoncer les injustices sociales par le biais du sarcasme, de la dérision et de la parodie…


    En espérant que cela porte fruit, en décoiffant les inconditionnels du potinage digne d’Écho-vedettes et consort

  • Bernard Terreault - Abonné 22 janvier 2014 08 h 05

    La question

    Mais est-ce que ça a amené autre chose que de la "visibilité pour un jour", comme des des dons concrets à l'organisme ou fait changer quelquechose au niveau politique et économique ?

    • France Marcotte - Inscrite 22 janvier 2014 09 h 03

      «L’ingénieuse initiative de l’agence de services communautaires Woodgreen vise à sensibiliser l’opinion publique et à amasser des fonds pour son programme HomewardBound, qui aide des femmes monoparentales à retourner aux études, se trouver un logement ou se réinsérer sur le marché du travail.»

  • France Marcotte - Inscrite 22 janvier 2014 09 h 07

    Génial

    Il fallait y penser et surtout, le vouloir.