​Geneviève Sabourin a été reconnue coupable d'avoir harcelé Alec Baldwin

New York — La comédienne québécoise Geneviève Sabourin a été reconnue coupable dans l'affaire de harcèlement l'opposant à l'acteur américain Alec Baldwin.

Un juge de Manhattan a rendu son verdict jeudi, déclarant Sabourin coupable de traque, de harcèlement, de tentative de harcèlement grave et de tentative d'outrage au tribunal.

Au cours du procès, Baldwin avait déclaré que sa vie était tournée au cauchemar à cause de Sabourin. Il avait raconté qu'après l'avoir rencontrée pour un dîner professionnel, la Québécoise s'est mise à le bombarder d'appels téléphoniques et de courriels, en plus de se présenter à ses domiciles et à des événements publics où il se trouvait.

Dans son plaidoyer final, l'avocat de la défense Todd Spodek a déclaré que Sabourin avait entretenu une relation amoureuse brève mais légitime avec Baldwin, déplorant que l'acteur se serve de la cour «pour démêler ses relations personnelles».

Le juge a condamné Sabourin à six mois de prison, en plus des 30 jours qui lui avaient déjà été imposés pour avoir interrompu à maintes reprises les procédures au cours de son procès.

À voir en vidéo