Pont Champlain: un mois de circulation pénible en vue

La société des ponts Jacques-Cartier et Champlain encourage l’usage du transport collectif et du covoiturage pendant la durée des travaux.
Photo: - Le Devoir La société des ponts Jacques-Cartier et Champlain encourage l’usage du transport collectif et du covoiturage pendant la durée des travaux.

Les automobilistes de la région de Montréal devront prendre leur mal en patience. L’importante fissure découverte mardi sur l’une des poutres du pont Champlain force la fermeture d’une voie pour une durée d’un mois, ce qui oblige les sociétés de transport à bonifier leur offre de service.

 

Au cours des prochaines semaines, des travaux seront effectués sept jours sur sept pour sécuriser la poutre fissurée à l’aide de panneaux de fibre de carbone.

 

La patience sera de mise lors des heures de pointe. Le matin, la voie réservée sera fermée et les autobus devront intégrer la circulation dans les trois voies en direction de Montréal, tandis que deux voies mèneront vers la Rive-Sud. Le soir, il y aura deux voies en direction de Montréal, une voie réservée aux autobus en contresens et deux voies vers la Rive-Sud.

 

La société des ponts Jacques-Cartier et Champlain encourage l’usage du transport collectif et du covoiturage pendant la durée des travaux.

 

Avoir l’heure juste

 

« Évidemment, le maire de Montréal n’est pas content », a lancé mercredi Denis Coderre. Il comprend la nécessité des travaux d’urgence et en accepte les conséquences, mais veut que la société des ponts Jacques-Cartier et Champlain fasse preuve de transparence. « Si on est obligés de fermer une voie pendant un mois, c’est correct, on ne met pas de vies en danger, mais ce que je veux, c’est avoir l’heure juste sur le statut réel du pont […] Qu’est-ce qui est à risque, c’est quoi la réalité ? »

 

Pour sa part, le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, a tenu à rassurer la population au sujet de la sécurité du pont. Il a convoqué vendredi matin une réunion du comité Mobilité Montréal, qui regroupe notamment les maires et les sociétés de transport de la région métropolitaine, pour faire le point sur la situation.

 

Le Réseau de transport de Longueuil n’a pas encore déterminé de quelle manière il ajustera son offre de service. « [La société des ponts] a déjà pris des décisions au niveau des voies réservées, alors nous, on est en train de voir comment on peut organiser notre offre de service à partir de ces balises-là », a expliqué mercredi soir la porte-parole Nadia Goyer.

 

Du côté de la Société de transport de Montréal (STM), on indique que la ligne jaune du métro de Montréal pourra accueillir davantage d’usagers « au plus tard lundi ». Quatre trains de neuf voitures seront alors en service, plutôt que cinq trains de six voitures, comme c’est le cas actuellement. L’ajout de ces voitures se fera aux heures de pointe et « à toute heure jugée nécessaire », selon les analyses de l’achalandage qu’effectuera la STM.

 

L’Agence métropolitaine de transport n’a pas répondu aux appels du Devoir.

 

La configuration temporaire des voies du pont Champlain est par ailleurs critiquée par l’Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec (TRANSIT). Celle-ci juge que la décision de fermer la voie réservée lors de l’heure de pointe du matin est « contre-productive » et elleexige sa réintroduction.

À voir en vidéo