Orchestre symphonique de Montréal - Le dynamisme d’un Nagano a changé la donne

Martine Letarte Collaboration spéciale
L’OSM a donné cet été un concert sur l’esplanade du Parc olympique.
Photo: François Pesant Le Devoir L’OSM a donné cet été un concert sur l’esplanade du Parc olympique.

Ce texte fait partie du cahier spécial Grands Montréalais 2013

L’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) a réussi un coup de maître en allant chercher le chef Kent Nagano, directeur musical depuis 2006. L’organisation le voit cette année nommé Grand Montréalais, secteur culturel, par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

 

L’OSM et Kent Nagano ont donné un concert à Lac-Mégantic au début du mois et sur l’esplanade du Parc olympique en août. Kent Nagano a aussi visité plusieurs organismes communautaires montréalais depuis son arrivée. Comme grands projets, il a développé récemment la série de concerts « L’OSM éclaté », puis le festival La Virée classique. Tout cela alors qu’il passe seulement 14 semaines par année à Montréal.

 

« J’imagine qu’on nomme Kent Nagano Grand Montréalais parce qu’il réussit à être très proche de la communauté montréalaise et très engagé même s’il ne réside pas à Montréal, affirme Madeleine Careau, chef de la direction de l’OSM. Il est devenu un Montréalais de coeur. »

 

On a annoncé la venue du maestro Nagano en mars 2004 et, déjà en septembre, il donnait une conférence à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. « Il a tout de suite voulu aller à la rencontre des gens, là où ils sont, en espérant qu’un jour quelques-uns souhaiteraient venir écouter l’OSM en salle, raconte Mme Careau. Tout ce qu’il a fait par la suite a été guidé par cette volonté. Il n’est pas arrivé en prétendant que les gens allaient mourir d’envie soudainement d’assister à des concerts symphoniques. Il m’a aussi tout de suite dit qu’il voulait faire une tournée pancanadienne pour se présenter et remercier le pays de l’accueillir. Cela traduit un état d’esprit. »

 

Cette tournée a eu lieu au printemps 2007. « Nous avons fait des concerts dans plusieurs villes canadiennes et en plus nous avons réalisé des activités dans les communautés, affirme Mme Careau. Par exemple, on a visité des écoles, des organismes qui aident les jeunes en difficulté et on a rencontré des étudiants en musique. »

 

Kent Nagano a fait la même chose à Montréal.

 

« Il a demandé, à son arrivée, quels étaient les organismes montréalais importants pour les jeunes, pour les démunis, etc. On est allé les rencontrer et, rapidement, les demandes ont afflué, parce que ce genre d’activité donne beaucoup de visibilité aux organismes », indique Madeleine Careau, précisant qu’une visite du Centre de détention Tanguay est prévue prochainement.

 

OSM éclaté

 

L’OSM avait dans ses objectifs l’intention de conquérir un public plus jeune. « C’est bien d’avoir des objectifs, mais encore faut-il trouver des façons de les atteindre, et Kent Nagano est un chef qui a eu des idées très innovantes, affirme Madeleine Careau. Par exemple, il a développé la série de concerts “ L’OSM éclaté ”, où on présente la musique d’artistes comme Frank Zappa et Champion en version symphonique. »

 

La chef de la direction de l’OSM souligne que les résultats sont au rendez-vous. « Nous avons maintenant 2000 abonnés de 34 ans ou moins, précise-t-elle. Ces jeunes viennent en moyenne voir trois concerts par année, à des prix accessibles. L’OSM va ainsi à l’encontre des tendances, alors que tous les grands orchestres perdent du public puisqu’il est vieillissant. »

 

L’OSM a l’intention de s’adapter à ce nouveau public. Notamment à travers La Virée classique, un festival créé en 2012. « Nous avons commencé modestement, avec une journée où on présentait 20 concerts de 45 minutes, qui ont rejoint 16 000 personnes, indique Mme Careau. Nous avons ajouté l’été dernier 10 événements et un volet pour les enfants avec ateliers et démonstrations. Nous sommes en train d’étudier ce qu’on présentera à l’été 2014 et il est question d’ajouter un volet pour les 34 ans ou moins. Ce serait plus près de “ L’OSM éclaté ”, avec un concert puis une soirée qui se poursuivrait. Il faut suivre notre public. »

 

L’OSM a également maintenu sa tradition d’une tournée estivale de concerts dans les parcs. « Ce sont souvent des chefs invités qui dirigent ces concerts, mais Kent Nagano était présent cet été pour celui donné sur l’esplanade du Parc olympique, située dans un milieu populaire, indique Mme Careau. C’est une belle façon d’aller chercher un public qui ne vient pas nécessairement voir nos concerts en salle. On y trouve par exemple de jeunes parents avec des poussettes. »

 

L’effet Kent Nagano

 

Si Montréal a finalement sa nouvelle salle de concert symphonique, Madeleine Careau est convaincue que Kent Nagano y est pour beaucoup. « Devant les gens d’affaires, il avait dit que construire une salle de concert n’était pas un projet pour l’élite, mais que cela allait faire battre le coeur de la ville, indique-t-elle. On parlait de cette salle depuis 30 ans et, finalement, le gouvernement est allé de l’avant. Les gens y ont cru. Kent Nagano a joué un grand rôle. Sans cette croissance de la popularité de l’OSM, je ne crois pas que nous serions arrivés à mettre tous ces gens derrière nous. »

 

Elle souligne aussi le rôle de Kent Nagano pour l’arrivée du Grand-Orgue-Pierre-Béique, qui sera inauguré le 28 mai à la Maison symphonique de Montréal. « Il a su motiver les donateurs : Jacqueline Desmarais a donné cinq millions de dollars pour la construction de cet orgue mécanique par Casavant Frères (à Saint-Hyacinthe), un leader mondial. Montréal est d’ailleurs une plaque tournante dans le monde pour former des organistes, avec l’Université McGill et l’Université de Montréal. »

 

L’OSM souhaite ensuite faire découvrir l’orgue aux Montréalais par une série de concerts l’an prochain. « L’orgue est l’un des instruments les plus anciens, mais on ne sait pas à quel point c’est aussi un instrument d’une modernité incroyable, affirme Mme Careau. On l’associe à l’église au Québec, mais on l’entend aussi beaucoup dans les films, dans le jazz. Nos concerts permettront aux gens de découvrir le potentiel extraordinaire de cet instrument. Je crois que ce sera une belle découverte. »

 

L’OSM annonçait cette semaine que Kent Nagano serait toujours son directeur musical au moins jusqu’à la fin de la saison 2019-2020.

À voir en vidéo