La conférence islamiste controversée est annulée

La conférence islamiste « Entre ciel et terre » qui devait avoir lieu les 7 et 8 septembre au Palais des congrès de Montréal a été annulée.

 

C’est le comité de direction de la Société du Palais des congrès qui a pris la décision, invoquant des raisons de sécurité. Aucun porte-parole n’est disponible d’ici mardi pour expliquer plus en détail cette décision. Entre 1000 et 2000 personnes devaient y assister.

 

Les organisateurs de la conférence, le Collectif 1ndependance qui se présente sur son site Internet comme un groupe de « jeunes musulmans montréalais », ont d’abord indiqué cette fin de semaine sur leur page Facebook qu’ils tentaient de trouver un nouvel endroit pour accueillir l’événement. Ils ont toutefois indiqué lundi sur le site de réseautage que la procédure de remboursement des billets serait expliquée prochainement, laissant présager une annulation définitive de la conférence.

 

Propos controversés

 

Plusieurs manifestations étaient prévues pour protester contre la présence de prédicateurs islamistes français controversés à cette conférence. Parmi ces derniers, le jeune conférencier de la mosquée du Bourget, en banlieue de Paris, Nader Abou Anas était plus particulièrement visé. Dans ses vidéos et ses conférences, il plaide pour que les femmes sortent voilées. Il est connu pour marteler que la femme est la « servante d’Allah » et qu’elle doit « raser les murs » lorsqu’elle est autorisée à sortir de chez elle, qu’elle « n’est pas libre de faire ce qu’elle veut dans ce monde ».

 

Dans une autre de ses vidéos, il dénonce aussi la série télévisée Desesperate Housewives, la qualifiant de « série empoisonnée » qui tend à présenter comme « normal un couple gai ou de lesbiennes ».

 

Diabolisation

 

Vendredi, les organisateurs de la conférence s’étaient dits victimes d’une « campagne de diabolisation ». Ils ont insisté sur le fait qu’ils n’ont jamais encouragé la haine envers les femmes, ou envers tout autre groupe de la société.

 

Agnès Maltais, ministre responsable de la condition féminine du gouvernement indépendantiste du Québec, avait publiquement interpellé le gouvernement fédéral en dénonçant les propos sexistes et contre l’égalité homme-femme des conférenciers.

 

Le ministre canadien de la Sécurité publique, Steven Blaney, avait confirmé à La Presse, samedi, que plusieurs ministères fédéraux avaient été saisis du dossier. Des fonctionnaires en poste à l’ambassade du Canada à Paris avaient notamment été mis à contribution pour vérifier les antécédents des conférenciers.

 

Par voie de communiqué samedi, les organisateurs ont dit regretter la décision du Palais des congrès d’annuler la conférence. « Le Collectif 1ndépendance déplore la campagne de diabolisation effectuée par certains médias à son égard » et « n’a jamais encouragé la haine ni la violence envers les femmes ».

 

Ce groupe de jeunes musulmans dénonce « la position réactionnaire de la ministre Agnès Maltais ».

 

 

Avec La Presse canadienne et l’Agence France-Presse

À voir en vidéo