Ontario - Des familles de victimes réclament un virage dans les interventions policières

Des policiers surveillaient la manifestation mardi à Toronto.
Photo: La Presse canadienne (photo) Galit Rodan Des policiers surveillaient la manifestation mardi à Toronto.
Toronto — Des familles de victimes d’interventions policières en Ontario affirment que la mort d’un jeune homme ayant été tué par balle dans un tramway à Toronto le mois dernier amplifie le besoin d’un réel virage.

Elles appellent à une rencontre avec l’ombudsman de l’Ontario afin de trouver une « meilleure solution » de rechange à la manière avec laquelle la police aborde les gens en crise, dans le but d’éviter d’autres incidents meurtriers comme celui de Sammy Yatim.
 
Ces propos ont été tenus lors d’une conférence de presse mardi organisée par la Fédération du travail de l’Ontario et l’Alliance urbaine sur les relations interraciales.
 
La Fédération du travail a indiqué qu’elle a demandé une enquête indépendante sur la formation policière, les politiques et les pratiques à travers la province, « des plus hauts niveaux de prises de décision jusqu’à la première ligne ». Irwin Nanda, vice-président exécutif, a soutenu que l’organisme de surveillance de la police en Ontario - l’Unité des enquêtes spéciales (UES) - devrait aussi faire l’objet d’une enquête.
 
Des centaines de manifestants brandissaient mardi des affiches et bannières dans les rues à l’extérieur des bureaux de la police municipale, réclamant justice pour le jeune de 18 ans mort après avoir été atteint par des balles et avoir reçu des décharges électriques de Taser le mois dernier. Lundi, la police de Toronto a nommé l’ancien juge Denis O’Connor à la tête d’une enquête chargée d’évaluer les pratiques policières, dont l’usage de la force.

À voir en vidéo