Le téléphone intelligent pourrait créer une dépendance

Une jeune femme se prend en photo à l’aide de son cellulaire lors d’un défilé à Pékin, en Chine.
Photo: Agence France-Presse (photo) Wang Zhao Une jeune femme se prend en photo à l’aide de son cellulaire lors d’un défilé à Pékin, en Chine.

Souffrez-vous de « nomophobie » ? C’est le terme désormais admis pour désigner les gens qui sont incapables de renoncer, ne serait-ce que momentanément, à leur cellulaire.

 

Le professeur américain James A. Roberts, de l’Université Baylor, au Texas, s’intéresse de près au phénomène. Il a même publié une étude consacrée au sujet dans le Journal of Behavioral Addictions.

 

Cet expert pense qu’il est étonnamment facile de tomber dans une dépendance au téléphone intelligent puisque ses fonctions se multiplient à la vitesse de l’éclair. Il est donc devenu tentant pour l’utilisateur avide de rechercher des options potentiellement utiles pour chacun des pans de son existence.

 

En outre, selon le Dr Roberts, l’époque où le téléphone portable n’était qu’un vulgaire objet de consommation est révolue. Il se veut désormais le reflet du statut social de son propriétaire.

 

Vide et anxiété

 

Dans un pareil contexte, Brigitte Vincent, qui oeuvre au sein du Centre de réadaptation en dépendance de Montréal - Institut universitaire, ne s’étonne guère d’observer des symptômes troublants chez des gens particulièrement attachés à leur cellulaire.

 

Elle soutient que certains d’entre eux présentent des symptômes qui s’apparentent à ceux des alcooliques ou encore des joueurs compulsifs c’est-à-dire que lorsqu’ils sont privés de leur cellulaire, ils ressentent un sentiment de vide et d’anxiété.

 

Mme Vincent note que le recours au portable est « toxique » lorsqu’on ne peut littéralement plus s’en passer et que son utilisation devient une entrave à l’accomplissement de nos responsabilités quotidiennes.

4 commentaires
  • Denis Marseille - Abonné 12 août 2013 00 h 29

    Le téléphone intelligent abrutit les gens!

    Une chance qu'on court à notre perte avec le réchauffement de la planête et la désertification de l'océan parce qu'à ce rythme, nous allons redevenir des amibes.

  • Pascal Jacquinot - Inscrit 12 août 2013 03 h 23

    L'avenir radieux

    Tout ceci n'est guère étonnant et je pense que nous sommes nombreux à être tous les jours témoins de la "nomophobie" de tant de nos contemporains, qui semblent avoir trouvé dans l'écran de leur "smartphone" un exutoire au vide sidéral de leur existence.
    Après les psychologues et les addictologues, il est en outre à prévoir que les orthopédistes auront bientôt à s'occuper des cas de déformation de la colone vertébrale et de l'épaule, pour cette armée de zombies connectés qui hante nos villes...

  • Francois Parent - Inscrit 12 août 2013 08 h 29

    Tout le monde est averti

    Maintenant aucune chance de poursuivre les télécom on est averti. Le gouvernement va t-il exiger qu'un écritaux mentionnant que ce se produit peut causer une dépendance ? Un homme averti en vaut deux.

  • Alice Mascarenhas - Abonné 12 août 2013 11 h 00

    Ne pas juger

    Plutôt que de juger, essayons de comprendre. Pourquoi les gens sont-ils si attachés à leur téléphone intelligent (pour ne pas dire iPhone)? Eh bien, ouvrons notre regard à l'évidence : c'est tout simplement parce qu'il leur permet de demeurer en tout temps en contact avec les êtres chers. Croyez-vous vraiment que les gens l'apprécient pour ses «apps»? Non, ce qu'ils apprécient, c'est tout simplement de pouvoir demeurer en contact avec leurs parents, amis et amant(e)s. Et ce, tout le temps, et non plus seulement lors des rencontres physiques, comme avant.

    Bref, encore une fois, c'est l'Amour qui est le moteur de tout.

    Enfin, une petite prédiction : jamais cette tendance ne s'inversera.Mais jamais. Elle ne peut que croître.

    Raymond @beloamig_ Roy