Des locomotives de Rail World chez l'AMT

Des milliers de Montréalais ont été transportés à bord de wagons tirés par des locomotives appartenant à une filiale de Rail World, la compagnie-mère à qui appartient la MMA.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Des milliers de Montréalais ont été transportés à bord de wagons tirés par des locomotives appartenant à une filiale de Rail World, la compagnie-mère à qui appartient la MMA.

Rail World, la compagnie d’Ed Burkhardt, ne déplace pas seulement des wagons de pétrole brut. L’entreprise a aussi transporté des milliers de Montréalais, par l’intermédiaire des locomotives qu’elle loue à l’Agence métropolitaine de transport (AMT) depuis 2008, a appris Le Devoir.

 

Ainsi, la Rail World Locomotive Leasing (RWLL) a régulièrement loué ses locomotives à l’AMT, depuis cinq ans. La RWLL se décrit sur son site Internet comme « une compagnie soeur » de Rail World. Ed Burkhardt est le président de l’entreprise de location de locomotives. Le contrat le plus récent signé entre l’AMT et la RWLL est d’une valeur de 2,18 millions et comprend la location de 12 locomotives, pour la période comprise entre 2011 et 2013. « Nous avons loué 12 locomotives à Rail World, dont trois F-59 et neuf F-40. Nous avons retourné à ce jour quatre F-40 », indique Brigitte Léonard, la porte-parole de l’AMT, par courriel.

 

Deux locomotives ont notamment été rendues le 22 juillet dernier à la RWLL. Les machines en location ont principalement circulé sur « la ligne Mont-Saint-Hilaire », indique Mme Léonard.

 

« Aucune de ces locomotives n’est en service actuellement. Elles demeurent en réserve pour des besoins opérationnels », ajoute-t-elle. Les dernières locomotives ont été retirées de la circulation au printemps 2013. Elles seront toutes rendues à leur propriétaire d’ici la fin du mois d’août, sauf une qui sera retournée en novembre, car son contrat vient à échéance un peu plus tard, indique Mme Léonard.

 

Fin des ententes

 

L’AMT ne compte pas signer de nouvelle entente avec la RWLL, étant donné que les locomotives louées servaient surtout à assurer le transport des passagers en attendant l’arrivée des nouvelles locomotives bimodes. Onze d’entre elles circulent déjà sur quatre des lignes de trains de banlieue.

 

L’AMT semblait compter parmi les clients importants de la RWLL, à en juger par les indications fournies sur le site Internet de la compagnie ferroviaire. Celle-ci possède notamment une cinquantaine de locomotives généralement destinées aux transports de passagers, qu’elle a acquises auprès de la compagnie américaine de transport ferroviaire Amtrak, en 2002. La RWLL loue environ un quart de ces locomotives à l’AMT, depuis 2011. L’AMT et la Montreal, Maine and Atlantic (filiale de Rail World) semblent être les deux seules compagnies au Canada qui louent des locomotives de la RWLL, selon Earl Roberts, le coéditeur du Canadian Trackside Guide 2013. L’ouvrage publié annuellement compile les données recueillies sur le terrain par des « centaines » de bénévoles passionnées de chemin de fer, au sujet des locomotives et des wagons, selon M. Roberts.

 

Les engins loués à l’AMT ont été entretenus par Bombardier et le Canadien National. « Nous n’avons pas eu de problèmes en lien avec la sécurité avec ce matériel roulant ou d’accidents causés par ces locomotives, indique Mme Léonard. Chacune des locomotives nous coûte environ 230 $ par jour de frais de location. »

 

Des inspections

 

Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports qui tentent de comprendre les causes de l’accident de Lac-Mégantic ont concentré une partie de leurs efforts à Nantes, où une des locomotives du convoi de la MMA avait pris feu. C’est quelques heures après l’incendie, qui avait été maîtrisé par les pompiers de Nantes, que le convoi avait déboulé la pente qui relie cette municipalité à Lac-Mégantic, avant d’exploser. Depuis le premier août 2012, Transports Canada a effectué 35 inspections sur des locomotives exploitées par l’AMT.

 

Il est commun pour les compagnies de chemin de fer de louer des locomotives, estime Patrick Charpentier, associé au sein la firme de consultants en transports publics Steer Davies Gleave. « Ça arrive de manière relativement régulière lorsque les organisations de transports publics veulent augmenter leurs services de manière ponctuelle ou […] à moyen terme, parce qu’acheter une locomotive, ça prend du temps pour produire, puis pour être livré », explique le consultant.

 

Prix d’achat

 

Le prix à l’achat du type de locomotives louées par la RWLL à l’AMT se situe entre 3 et 5 millions de dollars, selon M. Charpentier. Ce chiffre peut varier fortement, selon l’état des machines.

 

Selon son Plan d’immobilisations triennal pour les années 2012, 2013 et 2014, l’AMT utilise 39 locomotives pour transporter ses passagers. Vingt-huit de ces machines sont louées par l’AMT à la RWLL, mais aussi à au moins une autre compagnie. Toutefois, ces chiffres ont dû évoluer depuis, notamment avec l’arrivée progressive des locomotives bimodes neuves, à partir du printemps 2013.

 

L’AMT a aussi fait l’acquisition de plusieurs locomotives usagées, selon son Plan d’immobilisations triennal pour les années 2013, 2014 et 2015.