Aussant, bête de scène

Depuis son retrait de la vie politique, Jean-Martin Aussant s’est lancé dans l’écriture de chansons engagées à saveur techno. Pianiste accompli, il monte jeudi sur scène, accompagné notamment de l’humoriste Kim Lizotte, pour un spectacle alliant musique, poésie et humour.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Depuis son retrait de la vie politique, Jean-Martin Aussant s’est lancé dans l’écriture de chansons engagées à saveur techno. Pianiste accompli, il monte jeudi sur scène, accompagné notamment de l’humoriste Kim Lizotte, pour un spectacle alliant musique, poésie et humour.

On connaît Jean-Martin Aussant, la bête politique. L’ancien chef d’Option nationale se transforme en bête de scène : un mois et demi après avoir quitté la vie politique, ce musicien accompli présentera jeudi au Lion d’Or, à Montréal, un spectacle iconoclaste alliant chanson engagée, poésie et humour. Une bande de joyeux lurons l’accompagnera sur scène. Entretien avec un économiste qui aurait voulu être un artiste.

 

Jean-Martin Aussant a l’air d’un gars en vacances en arrivant à notre rendez-vous, dans un café du Vieux-Montréal : bermudas, chemise à carreaux, chaussures de course et sourire fendu jusqu’aux oreilles. On est loin du personnage torturé qui a annoncé en pleurant sa retraite politique, le 19 juin.

 

« Aussant », comme l’appellent ses partisans, ne regrette rien. Il voulait passer du temps avec sa femme et leurs jumeaux de presque 3 ans, c’est ce qu’il fait. Il ne se tourne pas les pouces pour autant : aussitôt sa pause politique entamée - il compte revenir un jour -, Aussant est revenu à ses premières amours et s’est jeté corps et âme dans l’écriture de chansons engagées à saveur techno.

 

« D’abord et avant tout, je suis un artiste,dit Jean-Martin Aussant. La matière dans la vie que j’ai étudiée le plus, c’est la musique. J’ai fait 10 ans de piano classique. Ça fait 35 ans que je fais de la musique et 30 ans que je compose. »

 

Peu de temps avant la mise en veilleuse de son engagement à Option nationale (ON), le hasard a voulu que la musique redevienne plus présente dans sa vie. Le Festival OFF de Québec, qui avait eu vent des talents d’Aussant, l’a invité à livrer un concert. Le politicien a décidé de former un groupe avec ses amis Catherine Dorion, militante, candidate d’ON, comédienne, auteure et interprète, et les humoristes Kim Lizotte (qu’on découvrira en chanteuse) et Ghislain Taschereau - rendu célèbre pour ses vidéos où il met des mots dans la bouche de Yasser Arafat.

 

Le spectacle a été un succès. Les artistes ont décidé de récidiver, jeudi prochain au Lion d’Or, en invitant l’ex-Zapartiste François Parenteau à se joindre à eux. Le résultat : un événement hors catégorie où se mêlent chansons, poèmes et humour, sur fond d’engagement politique et de légère déprime post-printemps érable.

 

« Ce qui a fait pouet, pouet, c’est l’attentat du 4 septembre au soir,dit Kim Lizotte. On ne pouvait pas se réjouir du départ de Charest et des libéraux, on ne pouvait pas se réjouir de la fin du conflit étudiant ou de l’arrivée au pouvoir du Parti québécois, parce qu’il y avait un drame. »

 

La femme et les enfants d’abord

 

La soirée a été amère pour Aussant. Son jeune parti Option nationale, qu’il avait fondé un an plus tôt en claquant la porte du Parti québécois, a récolté moins de 2 % des voix. Et le député de 43 ans a subi la défaite dans sa circonscription de Nicolet.

 

« Si j’avais fait le débat des chefs, je suis convaincu que j’aurais été élu,dit Jean-Martin Aussant. Le débat télévisé a été un moment décisif pour nous, négativement, parce qu’on n’y était pas. » Invitée au débat, Françoise David a volé la vedette et gagné son siège à l’Assemblée nationale.

 

Aussant assure que la performance électorale de son parti n’a rien à voir avec son départ précipité. La seule raison, comme il l’a dit en juin, c’est qu’il tient à s’occuper de ses enfants.

 

« Avoir des bébés en même temps que tu fais de la politique, c’est suicidaire. Il faut tout le temps que tu négliges un des deux. Naturellement, c’est la famille qui prend le bord, parce que tu sais que ta famille t’aime et qu’elle va rester là,dit-il.

 

Je me disais qu’avec deux fois plus d’efforts et moins de sommeil, ça marcherait. Mais ça ne marchait pas. Ma blonde a été monoparentale pendant deux ans avec des jumeaux. Elle n’a jamais posé d’ultimatum, elle a été hyper compréhensive, mais je voyais les effets sur elle et sur la famille. Ce n’est plus normal de sacrifier sa famille pour le travail. Les Trudeau, Lévesque, monsieur Parizeau ont été plus occupés par le travail que par l’éducation de leurs enfants. Je ne les blâme pas, mais l’époque a changé. »

 

Kim Lizotte, 30 ans, sans enfants, approuve de la tête. « J’aimerais faire de la politique, mais pas avant 40 ans. » Elle pose la question qui tue à son ami : « Sur les réseaux sociaux, certains trouvent curieux que tu n’aies pas le temps de faire de la politique, mais que tu trouves le temps de faire de la musique. Qu’est-ce que tu leur réponds ? »

 

« Je ne leur réponds pas ! dit-il. J’ai plus de temps, depuis que je ne suis plus en politique, mais pas pour ça ! »

 

Souverain sur toute la ligne

 

Un être souverain, en quelque sorte. Souvent là où l’on ne l’attend pas. Bardé de diplômes en économie, chef de parti charismatique, pianiste du dimanche (ou désormais du jeudi soir). Vous êtes une drôle de bébitte, monsieur Aussant. C’est là qu’il affirme être « d’abord et avant tout un artiste ».

 

« J’ai manqué de confiance en moi au cégep. J’avais peur que les gens n’aiment pas ma musique. J’aurais dû faire mon cégep en musique, un bac en musique et une maîtrise en musique. J’ai opté pour la facilité en allant en économie. Pas pour l’argent. Parce que je trouvais ça facile. »

 

« J’ai plus de fun à faire de la musique qu’à siéger au Parlement. La vie de député n’est pas une vie si intéressante. C’est beaucoup de travail, beaucoup d’ingratitude aussi. S’il n’y avait pas la souveraineté [du Québec], je n’aurais jamais fait de politique. »

 

Une drôle de bébitte, qu’on disait. Jean-Martin Aussant rêve de revenir en politique, c’est clair. On risque aussi de le retrouver dans une tour de bureaux du centre-ville, dans le monde de la finance. Il a des discussions avec ses contacts québécois des affaires, mais se fait surtout courtiser par l’étranger - il a étudié et travaillé à Londres et à Barcelone.

 

En attendant, attablé dans ce café du Vieux-Montréal, il savoure son chocolat chaud « avec beaucoup de crème fouettée ». Et il a déjà hâte d’aller chercher les enfants à la garderie.

 

***

Un deuxième candidat à la succession d’Aussant

La course à la succession de Jean-Martin Aussant n’est pas encore officiellement lancée, mais un deuxième candidat cherche à se faire élire chef d’Option nationale. André Lamy, ex-candidat d’ON dans Hochelaga-Maisonneuve, qui avait quitté le parti dans la foulée des dernières élections, a déclaré vendredi qu’il plonge dans la course. « Option nationale a su apporter […] une bouffée d’air frais dans l’univers politique et indépendantiste québécois. Ce nouveau parti a réussi le pari d’intéresser à la politique une frange importante de l’électorat jeune, en particulier les adeptes des médias sociaux, grâce au renouvellement du discours et de l’approche en faveur de l’indépendance du Québec. Cependant, beaucoup déplorent l’incapacité d’ON à percer les strates supérieures d’âge et les couches de la population moins branchées. Il s’agit là d’un problème majeur qui ne pourra être résolu uniquement par l’utilisation accrue de Facebook ou Twitter », écrit le militant souverainiste de longue date dans une lettre remise au Devoir. Sol Zanetti, professeur de philosophie de 30 ans de la région de Québec, a été le premier à plonger dans la course, cette semaine.

À voir en vidéo