Lac-Mégantic – La SQ met fin aux recherches dans les décombres

Les lieux ont été passés au peigne fin depuis les premières heures qui ont suivi la catastrophe, qui a fait 42 morts.
Photo: Le Devoir Les lieux ont été passés au peigne fin depuis les premières heures qui ont suivi la catastrophe, qui a fait 42 morts.

La conscience tranquille, la Sûreté du Québec et le Bureau du coroner ont mis fin mercredi avant-midi aux recherches des dernières victimes de la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic. Les enquêteurs ont extirpé au moins 42 des 47 victimes des décombres depuis le déraillement du train de la Montreal, Maine and Atlantic Railway, au début juillet.

«Aujourd'hui, nous avons la certitude que tout ce qui pouvait être fait a été fait, et non seulement ça, ç'a été bien fait», a déclaré le porte-parole de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, tout juste avant d'annoncer officiellement «la fin des recherches sur la scène de crime».

Le Bureau du coroner a aussi achevé ses travaux de recherche et de récupération des victimes dans le centre-ville de Lac-Mégantic. «On conclut les travaux aujourd'hui avec la conviction profonde et sincère qu'on a fait tout ce qui est humainement possible pour retrouver toutes les personnes portées disparues», a dit la porte-parole de l'organisation, Geneviève Guilbault.

Trente-huit personnes ont été formellement identifiées à ce jour. Le Bureau du coroner a bon espoir de lever le voile sur l'identité d’autres victimes, bien que le travail d'identification est désormais «extrêmement complexe» en raison de l'«état» et de la «taille» des restes humains retrouvés au fil des derniers jours. «Ce travail d'identification là qui reste à faire va donc exiger du temps et de la patience», a averti Mme Guilbault.

Le bilan de 42 victimes pourrait être appelé à être revu à la hausse, a-t-elle fait remarquer. «Il y a des éléments qui ont été retrouvés sur le site au cours de la deuxième phase des travaux. Il est possible que ces éléments-là, une fois expertisés, nous permettent de confirmer l'identité de certaines des victimes qui sont toujours portées manquantes.»

Risques pour la santé

Les résidents de Lac-Mégantic ne retrouveront pas pour autant leur centre-ville — ou ce qu'il en reste — aujourd'hui puisque le site présente toujours des «risques pour la santé». S'il juge que «des mois, c'est peut-être un petit peu gros comme délai» avant la levée de l'évacuation, le lieutenant Lapointe souligne qu'«un peu de travail [doit être fait] encore». «À partir du moment où la scène de crime est libérée, avant de laisser les gens réintégrer, il faut s'assurer que les lieux sont sécuritaires», a-t-il affirmé.

Loin de Lac-Mégantic, les enquêteurs de la Sûreté du Québec s'évertueront à «établir avec plus de précision possible la séquence exacte des événements», a-t-il poursuivi. «Il y a toujours des expertises qui sont menées, des gens qui vont être rencontrés [...] des perquisitions qui ont eu lieu, des documents qui vont être analysés.»

À voir en vidéo