Une commémoration pour faire «triompher la vie»

René Roy et Steve Lemay ont dévoilé jeudi le déroulement de la cérémonie de samedi.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir René Roy et Steve Lemay ont dévoilé jeudi le déroulement de la cérémonie de samedi.

Lac-Mégantic — Le curé de la paroisse Sainte-Agnès, Steve Lemay, peine à trouver les mots justes afin de rationaliser le mal qui s’est abattu sur la paisible communauté de Lac-Mégantic, il y a près de trois semaines.

 

Épaulé par une équipe de près de 300 bénévoles, M. Lemay a pu s’offrir « un peu de temps » ces derniers jours pour réfléchir à l’homélie de la messe commémorative. « Il n’y a pas de paroles pour donner du sens à pareil événement, à tant de souffrance, a-t-il affirmé jeudi à l’occasion d’un impromptu de presse. Par contre, ce qui pour moi a beaucoup de sens, c’est ce que je vois depuis la tragédie. Je vois des gens à l’oeuvre poussés par une force exceptionnelle… »

 

À ses yeux, les gestes d’entraide, de fraternité, d’accueil, d’écoute, de partage sont autant de « démonstrations de l’amour » qui animent les résidants de Lac-Mégantic depuis que le « train de la mort » a enlevé la vie de 47 personnes et bouleversé celle de centaines d’autres. « La mort ne peut rien contre l’amour. […] L’amour peut faire triompher la vie. C’est sur ce message que nous allons nous centrer tout au long de la messe commémorative. »

 

Trouver des explications

 

La communauté de Lac-Mégantic doit plutôt attendre des « réponses » du côté de la Sécurité du Québec et du Bureau de la sécurité des transports. « Il y a sans doute des explications techniques […] qui pourront nous être données par ceux et celles qui actuellement travaillent à comprendre ce qui s’est produit. Il y a […] dans une grande mesure des événements qui sont liés à des activités humaines. Je me refuse à faire des raccourcis et à essayer d’y voir nécessairement le mal, comme tel », a indiqué l’abbé Lemay, soulignant la « souffrance » et la « peine » des familles endeuillées et leur « besoin légitime de trouver des explications ».

 

Le curé convie la communauté de Lac-Mégantic à prendre « ensemble » samedi un « premier temps d’arrêt » depuis le déraillement du convoi de la Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA) dans le coeur historique de Lac-Mégantic. Les membres de la communauté ont eu « très peu de temps pour […] accueillir les sentiments qui sont les leurs », a-t-il noté.

 

Intimité

 

L’archevêque de Sherbrooke, Mgr Luc Cyr, présidera à compter de 11 h une « grande messe commémorative » pour les victimes de la tragédie à l’intérieur de l’église Sainte-Agnès. Plus de 700 des 1000 places y seront réservées pour les proches des 47 personnes disparues. Un « consensus très large » s’est dégagé au fil des rencontres avec des familles endeuillées : « [Elles] désirent et ont hâte, d’une certaine manière, de se retrouver toutes ensemble pour [une] première fois », a indiqué le directeur du site paroissial et de la messe commémorative, René Roy. L’événement « se veut également un passage vers davantage d’intimité », a-t-il spécifié.

 

Aussi, « nous avons gardé un certain nombre de places pour des gens ordinaires, mais extraordinaires, a fait remarquer M. Roy. Des gens qui, depuis le 6 juillet, se dévouent corps et âme […] pour faire à manger, fournir des vivres, pour trouver des solutions de toutes sortes. » Ces bénévoles seront assis à côté de représentants d’organisations gouvernementales ou non gouvernementales appelées en renfort au petit matin, le samedi 6 juillet.

 

Les membres de la communauté devront se disputer 175 places disponibles pour le grand public. Les autres pourront visionner la célébration liturgique de 75 minutes sur deux écrans géants disposés à l’extérieur.

3 commentaires
  • Anne-Marie Courville - Abonnée 26 juillet 2013 07 h 34

    Une cérémonie de publicité

    Cette messe sera une occasion de faire la promotion de cette religion qui nous a endormis si longtemps.
    On y met toute l'énergie pour que ce spectacle retentisse dans le monde. On y prononcera des paroles creuses en invitant le bon peuple à se résigner et à accepter la volonté de Dieu. Il faut lire la chronique de Lise Payette pour en savoir davantage.

    • Ginette Bertrand - Inscrite 26 juillet 2013 09 h 16

      Je ne crois pas qu'il soit question de promotion de la religion catholique et qu'on invite le bon peuple à se résigner et à accepter la volonté de Dieu. Le fait est que nous n'avons pas encore trouvé d'autres avenues ni lieux significatifs de rassemblement pour partager dans des occasions exceptionnelles. Nous nous tournons alors vers les "valeurs sûres" que sont ces magnifiques églises dont on se plaint qu'elles soient désormais vides et dont on ne sait plus quoi faire ou qui sont maintenues à bout de bras. J'aime autant cela que de les voir transformées en condos ou en bureaux administratifs à la soviétique.

  • Ginette Bertrand - Inscrite 26 juillet 2013 09 h 16

    L’événement « se veut également un passage vers davantage d’intimité »

    Est-ce la raison pour laquelle il sera diffusé en direct sur LCN?...