Catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic - Ottawa accusé d’être «complice» du drame

Les messages de sympathie à l’intention des proches des victimes de la tragédie tapissent de larges panneaux à l’église Sainte-Agnès de Lac-Mégantic.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les messages de sympathie à l’intention des proches des victimes de la tragédie tapissent de larges panneaux à l’église Sainte-Agnès de Lac-Mégantic.

Lac-Mégantic — Le gouvernement fédéral s’est fait le « complice » de l’« horreur » qui a frappé il y a 10 jours les résidants de Lac-Mégantic. Le syndicat des fonctionnaires fédéraux en est persuadé.

 

« Ce sont des mots qui sont forts, mais en même temps, ce gouvernement a pris des risques qui sont trop grands », a martelé la vice-présidente exécutive régionale de l’Alliance de la fonction publique du Canada-région du Québec (AFPC-Québec), Magali Picard.

 

À ses yeux, la tragédie de Lac-Mégantic n’est pas étrangère aux coupes budgétaires et à l’allégement de la réglementation dans le transport ferroviaire. « [L’ancien ministre des Transports, Denis Lebel] se présente ici en disant : “On ne comprend pas. On n’a fait aucune coupure à Transports Canada.” Non, mais c’est épouvantable ! », a fait valoir Mme Picard.

 

L’AFPC-Québec s’explique mal pourquoi la compagnie ferroviaire Montreal, Maine Atlantic Railway (MMA) a pu faire rouler un train de 72 wagons - plutôt que de 64 wagons - avec un seul employé à bord sur un chemin de fer « moins bien entretenu ».« Demandez aux conservateurs ! », s’est exclamée la porte-parole de l’AFPC-Québec, à l’entrée de la polyvalente Montignac.

 

Elle soupçonne un « copinage » malsain entre le gouvernement conservateur et l’industrie ferroviaire.

 

Malgré une hausse fulgurante du transport sur rail de matières dangereuses, l’équipe du premier ministre Stephen Harper a opéré une baisse des effectifs à Transports Canada, ce que ne digère pas l’AFPC. « Plusieurs postes n’ont pas été remplacés », a répété Mme Picard, n’arrivant toutefois pas à en préciser le nombre.

 

L’envoyée de l’AFPC est sortie de l’ombre 10 jours après l’une des plus importantes tragédies ferroviaires de l’histoire du Canada à l’appel des employés à pied d’oeuvre dans la région. « Nous ne pouvons être des témoins silencieux. […] J’entends depuis quelques jours beaucoup beaucoup de commentaires […] “Où sont les gens de Transports Canada ? Qu’ont fait les fonctionnaires fédéraux ?” »

 

La nouvelle ministre des Transports, Lisa Raitt, n’aura d’autre choix que de multiplier notamment les inspections sur les chemins de fer aux quatre coins du pays, selon elle. « Les gens ont peur. Ils ne veulent plus voir de trains passer dans leur ville et on les comprend », a dit Mme Picard.

 

La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, n’a pas voulu commenter la sortie médiatique de la porte-parole de l’AFPC-Québec. Elle a toutefois appelé Lisa Raitt, unilingue anglophone, à honorer les promesses d’aide faites par ses collègues ayant visité la communauté. « Nous avons compris qu’il y aurait de l’aide pour la ville Lac-Mégantic suite à cette catastrophe et nous souhaitons que ces engagements puissent être respectés », a dit Mme Roy-Laroche. Elle a aussi répété que le député de Mégantic-L’Érable, Christian Paradis, demeure toujours son interlocuteur privilégié au sein du conseil des ministres. « Il sera capable d’assurer le suivi et d’acheminer nos demandes, les appuyer et les défendre. »

 

Deux nouveaux corps ont été retirés des décombres au fils des dernières heures. Trente-sept victimes ont ainsi été extirpées de la « zone rouge » sur les 50 personnes portées disparues depuis 10 jours. Onze ont été formellement identifiées par le Bureau du coroner. Plusieurs dizaines de membres de la communauté de Lac-Mégantic et de visiteurs rappelaient encore hier leur mémoire à l’intérieur de l’église Sainte-Agnès, où les messages de sympathie tapissent de larges panneaux.

 

Coup d’envoi de la bataille légale

 

Un bataillon d’avocats a fait connaître une requête pour autorisation d’un recours collectif contre la compagnie propriétaire du « train fantôme », lundi, au palais de justice de Sherbrooke. Chargé de pétrole, celui-ci a terminé sa course folle dans le centre-ville de Lac-Mégantic à 1 h 14, le samedi 6 juillet, arrachant la vie à une cinquantaine de personnes.

 

Le président du conseil d’administration de la MMA, Edward Burkhardt, de même que le président-directeur général, Robert Grindrod, sont montrés du doigt. Le chef du « train de la mort », Tom Harding, n’est pas en reste. Il est également visé.

 

Les noms du propriétaire du Musi-Café, Yannick Gagné, et du résidant Guy Ouellet, qui ont tous deux perdu des proches dans la tragédie, figurent à titre de requérants dans cette affaire.

 

Le document a été déposé au greffe de la Cour supérieure par l’avocat Daniel E. Larochelle, une figure connue à Lac-Mégantic. « Je veux que cette action en justice puisse apporter un peu d’espoir à ma ville que nous devrons reconstruire », a souligné l’avocat, dont l’immeuble abritant son bureau a aussi été soufflé par la série d’explosions suivant le déraillement du train. « Cette action en justice a été intentée afin d’indemniser les nombreuses victimes de Lac-Mégantic qui ont subi des pertes graves importantes. » Les autres firmes d’avocats derrière la requête - Consumer Law Group Inc. à Montréal, Rochon Genova LLP à Toronto et Lieff Cabraser Heimann et Bernstein LLP à New York et à San Francisco - disent détenir « une vaste expérience dans le domaine de la responsabilité délictuelle et dans les recours en compensation pour les victimes d’une catastrophe [semblable à celle survenue à Lac-Mégantic] ».

 

Aide financière

 

Les sinistrés de Lac-Mégantic se sont déplacés en grand nombre, lundi, à la polyvalente Montignac, où a été mis sur pied le bureau d’aide du gouvernement du Québec. Environ 135 personnes faisaient la file devant l’établissement scolaire à l’ouverture, à 8 heures, afin de se voir remettre une aide financière d’urgence.

 

Quelque 500 chèques de 1000 dollars - « dégelés immédiatement » - ont été distribués durant la journée, a fait savoir le directeur du rétablissement au ministère de la Sécurité publique, Denis Landry. Ce montant forfaitaire est remis à chaque famille qui a dû évacuer son domicile après la série d’explosions ayant embrasé le centre-ville au petit matin il y a 10 jours. Des indemnités supplémentaires - 20 dollars par jour par personne - seront aussi accordées pour éponger une partie des frais d’hébergement temporaire assumés par les évacués.

 

***

Une messe commémorative le 27 juillet

Une messe commémorative se tiendra à l’église Sainte-Agnès, le samedi 27 juillet à 11 h. « Cette cérémonie permettra à la communauté d’ici ainsi qu’à la population du Québec en entier de rendre un hommage collectif aux victimes de la tragédie », a souligné le curé de Lac-Mégantic, Steve Lemay.

***


Espace aérien interdit

La « zone rouge », où s’affairaient toujours lundi une cinquantaine d’enquêteurs de la Sûreté du Québec et de professionnels triés sur le volet, constitue un objet de curiosité si important que Transports Canada a dû interdire de vol l’espace aérien de Lac-Mégantic. La Sûreté du Québec enquêtait hier sur « quelques infractions » à la consigne.

26 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 16 juillet 2013 00 h 35

    Conjointement et solidairement responsable...

    Je suis à 100 % d'accord avec Magali Picard.

  • robert morin - Inscrit 16 juillet 2013 07 h 33

    Et qu'en est-il d'Irving?

    Dans aucun des reportages sur ce projet de recours collectif n'ai-je entendu prononcé le nom de la société Irving, qui est pourtant celle qui a affrété ce train comptant un nombre illégal de wagon et d'un type qui ne résiste pas aux impacts. C'est Irving qui, par l'entremise de courtiers cupides, a déterminé la nature de ce convoi de la mort, et très certainement pour maximiser ses dollars en choisissant MMA, qui n'est propriétaire que du rail et des locomotives...

    • Christian Fleitz - Inscrit 16 juillet 2013 10 h 15

      Effectivement, en règlementation internationale, l'affréteur peut être responsabilisé par son choix du transporteur.

    • J-Paul Thivierge - Abonné 16 juillet 2013 21 h 21

      Pour faire toujours plus de profit


      Irving oil , pour faire plus de profit, a choisi une entreprise de transport ferroviaire de bas de gamme
      MMA , pour faire plus de profit, a obtenu du PCC une exception d'un seul conducteur [ économie d'environ 300 $ par voyage ]
      MMA , pour faire plus de profit, fait des convois de matières dangereuses de plus de 50 wagons citernes
      On donne même une médaille au PDG de MMA pour avoir proposé et convenus des moyens avec les politiciens décideurs canadians et avoir bien su profiter de ces méthodes pour réussir à faire survivre MMA sans trop investir dans l'avenir
      pour faire plus de profit !

      Le PCC de Harper et sa troupe de dérèglementation sont heureux pour faire plus de profit politique,
      d'avoir réduit les normes et "d'économiser" en remettant aux transporteurs
      la gestion et la surveillance des ses opération et de ses installations et réseaux.

      Dès lors le CN et le CP , des entreprises ferroviaires de classe A, pour faire plus de profit, et de rendements bradent tout ce qui n'est pas trop rentable. laissant les voies et installations en état de décrépitude et se disant que les gouvernements vont contribuer à entretenir et surveiller la robustesse du réseau.

      En conclusion, la recherche de profit optimal de plus en plus sans imputabilité
      est passée avant les principes de sécurité et de bonne gestion responsable !

    • J-Paul Thivierge - Abonné 16 juillet 2013 21 h 23

      Maintenant, j'espère que si IRVING oil veut continuer à passer son sale pétrole en Estrie, va payer la facture pour construire une voie ferrée de contournement dans le secteur industriel de Megantic
      Aussi considérer l'achat de citernes plus solides selon les nouvelles normes pour des produits pétroliers.
      IRVING a fait des profits accumulés dans les paradis fiscaux pour facilement financer ces voies plus sécuritaires .
      Irving transporte depuis longtemps de É-U aux N-B sans payer de droits de passages au Québec.

      Pour la suite ; des milliers de citoyens, des dizaines d'entreprises québécoises et canadians ont contribué au fonds de la Croix rouge pour les sinistrés du Lac Mégantic...

      Cependant, la plus coupable des entreprises étant à l’origine même de ce désastre IRVING oil est totalement silencieuse comme si ce n’était pas son sale pétrole qui avait causé cet énorme dégât et de sa course aux profits maximum qui est à l'origine de tout cela.

      Alors, je pense que tous les Québécois qui sont sympathiques et solidaires des citoyens victimes de Mégantic doivent cesser pour longtemps d'acheter du pétrole et autres produits IRVING ...

      Que IRVING va volontairement offrir de payer pour rediriger et construire une voie ferrée en secteur industriel
      que IRVING va penser envoyer quelques M$ de redevances pour aider ceux qui ont tout perdu dans cette négligence criminelle (pour avoir fait transiter des produits dangereux par le territoire Québécois sans prudente précaution)
      [ MMA est presque en faillite… s'ils ont des M$ des assurances qu'il paie pour l'enlèvement des voies du secteur résidentiel]

      Pour le moment, faisant le nécessaire au plus pressant pour aider les victimes le gouvernement du Québec paie tout, incluant les M$ pour la SQ et pour les entreprises de pompages et d'excavations, mais je souhaite bien que des factures seront transmises et payées par Transport Canada,, IRVING, MMA et les assurances responsabilité etc.

  • louis cossette - Inscrit 16 juillet 2013 07 h 52

    Gouvernement négligent

    En assouplissant les règles de sécurité(un seul chauffeur) et en diminuant le personnel de Transport Canada dédié à l'inspection du matériel roulant et des voies ferrées le gouvernement Harper nous préparait une possible catastrophe qui s'est malheureusement produite. J'habite près d'une voie ferrée et chaque jour lorsque le train siffle au passage à niveau je crains que ce qui est arrivé à Lac Mégantic ne m'arrive.

  • Pierre Labelle - Inscrit 16 juillet 2013 08 h 01

    Sur qui compter...

    À la place de madame la mairesse, je ne compterais pas trop sur Paradis pour faire le suivi des belles paroles de son chef Harper. Quand il y a eu les inondations en Alberta, des fonds fédéraux ont été immédiatement débloqués afin de ne pas compromettre la tenue du stampeed. Le Québec attend toujours le 435 millions du fédéral pour la crise du verglas, idem pour les sommes promisent après les inondations du Richelieu, alors Lac-Mégantic.... Ce gouvernement a fait la preuve qu'il n'a pas besoin du Québec pour se faire élire, et majoritaire en plus. Je fonde l'espoir qu'une mémoire collective va se développer et persister aussi longtemps que nécessaire afin de rappeler à ces Paradis, Lebel et autres que 50 vies humaine ont été fauchées en une nuit et que leur gouvernement en est en partie responsable.

  • Guy Desjardins - Inscrit 16 juillet 2013 08 h 10

    En ce moment il est facile d'accuser...

    Je pose comme cela la question. Un train qui dévale une côte de 2 degré à 4 fois sa vitesse normale et dans une courbe il déraille, est ce la faute du Gouvernement? Même les rails en parfaites états, aurait' il déraillé? À ce state ci, il est facile de faire de la petite politique sur cet catastrophe dont personnes ne voulaient. Attendons les conclusions de l'enquête et après nous pourront à clarge donner nos opinions. Nous avons tous vu des reportages à la TV qui nous faisait voir la dégradation de ce chemin de fer et pourtant, ce n'est pas à ces endroits isolés qu'il a déraillé. Alors il est certain que les Gouvernements vont entreprendre des réparations et renforcir la sécurité. Malheureusement, ça prend une catastrophe pour voir à la sécurité de tous pour ne plus que ça se reproduise.

    • Jean-Luc St-Pierre - Inscrit 16 juillet 2013 09 h 55

      Après 10 ans de règne conservateur, vous ne voyez pas encore le lien entre gouvernement Harper et irresponsabilité ?

    • Christian Fleitz - Inscrit 16 juillet 2013 10 h 23

      Le gouvernement est responsable des réglementations qui régissent les activités industrielles et commerciales sur son territore de gouvernance, en particulier, celles qui garantissent la protection des personnes, en particulier par des exigences du principe de précaution. En l'occurrence, le moins que l'on puisse affirmer, c'est qu'à Lac Mégantic, il y a eu défaillance. On ne peut laisser une compagnie imposer ses propres règles en matière de sécurité, surtout si celles-ci présentent des lacunes. Le gouvernement est responsable, et de l'éatablissement des règles et de leur respect. Il y a donc bien eu défaillance et le prix, ce sont les innocentes victimes, la destruction et la pollution.

    • François Robitaille - Inscrit 16 juillet 2013 11 h 23

      Les normes de sécurités Fédérales sont plus sévères que celles provinciales. La sorti de ce syndicats en est une pour avoir plus de cotisants, c'est purement capitaliste, rien à voir avec la sécurité des gens. Avez vous remarqué que c'est des employés supplémentaires qu'il réclâmes et rien d'autre?

    • Raymond Carles - Inscrit 16 juillet 2013 11 h 27

      Si vous laisser votre enfant de 12 ans partir avec votre voiture, vous êtes entièrement responsable de ce qui pourra survenir. Ici, non seulement "papa" laisse sa voiture à fiston, il lui laisse aussi le soin d'appliquer le code la route à sa guise et même de le modifier s'il juge que certains passages sont trop contraignants…

    • Mireille Langevin - Inscrite 16 juillet 2013 11 h 28

      Le lobby ferroviaire est responsable et le gouvernement qui se plie à leurs manigances. Ils sauvent de l'argent sur le dos des contribuables. S'enrichir est leur devise, peu importe la vie des citoyens.C'est pour cela aussi que des trains transportant des matières dangereuses continuent de passer dans les villages et les villes. Il faut attendre la fin de l'enquête a dit Lebel...Vraiment il nous prend pour des idiots. Pas besoin d'enquête pour savoir que toutes les règles doivent être révisées et que des changements sont obligatoires.

    • Guy Desjardins - Inscrit 16 juillet 2013 12 h 14

      Je crois que bien des gens n'ont pas lu correctement mon commentaire. Je n'approuve pas le laisser aller, au contraire. Mais je le repète encore une foi, attendez la conclusion de l'enquête sur cette catastrophe et ensuite vous pourrez vous basé sur quelque chose de solide avant d'émettre des opinions trop hâtives.