Meurtre de l'agent Benoît L'Écuyer - Stéphane Boucher aurait avoué avoir tué le policier

Stéphane Boucher aurait confié à trois personnes différentes qu'il avait tiré sur le policier Benoît L'Écuyer, tué de quatre balles lors d'une poursuite tragique sur l'autoroute 40, le 28 février 2002.

Boucher, 26 ans, a fait des confidences au couple formé de Patrick Pagotto et Natacha Rouleau, qui lui avaient fourni un refuge après la fusillade, de même qu'à Lise Lefebvre, la femme responsable de son arrestation.

C'est du moins ce que prétend le procureur de la Couronne, Normand Chénier, qui a livré hier son exposé introductif au jury composé de sept hommes et cinq femmes. Boucher subit son procès pour le meurtre de Benoît L'Écuyer et pour deux vols à main armée commis dans sa fuite.

Le ministère public fera témoigner plusieurs citoyens qui circulaient sur l'autoroute 40 au moment de la fusillade, et qui ont vu «des fragments de l'incident». La Couronne fera également entendre le partenaire de l'agent L'Écuyer, Michel Bilodeau, de même que Mme Lefebvre.

C'est grâce à cette femme d'une cinquantaine d'années que les policiers ont pu capturer Stéphane Boucher, après quatre jours de cavale. Boucher avait frappé à la porte de Mme Lefebvre, la mère de l'une de ses amies, après que l'un des enfants du couple Pagotto-Rouleau l'eut reconnu dans les médias.

Mme Lefebvre avait alerté les policiers de la présence de Boucher dans son domicile de Saint-Jean-sur-Richelieu. Elle a endormi le fugitif en lui donnant un comprimé. Elle a par la suite fouillé son manteau pour y retrouver un pistolet, mais il ne s'agissait pas de l'arme du crime. Elle est sortie de l'appartement, laissant la porte déverrouillée, pour remettre l'arme aux policiers qui attendaient à l'extérieur. Lors de l'arrestation de Boucher, les policiers ont trouvé dans son manteau un chargeur qui ne contenait que six balles.

Le matin du meurtre, les policiers L'Écuyer et Bilodeau se préparaient à réaliser une opération radar lorsqu'ils ont entendu les crissements de pneus d'une voiture qui passait près d'eux. Constatant qu'il s'agissait d'un véhicule de luxe occupé par trois jeunes, ils ont décidé de faire une inspection de routine. Derrière le volant, Boucher a appuyé sur l'accélérateur. La poursuite sur l'autoroute 40 s'est terminée lorsque Boucher a percuté un muret de ciment après une crevaison. L'arme au poing, il a traversé l'autoroute à la course. L'Écuyer est parti à ses trousses. Il a tiré quatre fois. Boucher en a fait autant. La balle mortelle est entrée par l'épaule du policier pour transpercer l'un de ses poumons et son coeur. Le procès se poursuit aujourd'hui avec le témoignage de l'agent Bilodeau.

À voir en vidéo