Gilles Cloutier avoue un mensonge

«Normalement j'ai une bonne mémoire. Je sais que je suis gravement malade», a dit M. Cloutier.
Photo: - Archives Le Devoir «Normalement j'ai une bonne mémoire. Je sais que je suis gravement malade», a dit M. Cloutier.
M. Cloutier passe un mauvais quart d'heure lundi matin en contre-interrogatoire. D'entrée de jeu, il a admis dans une déclaration volontaire qu'il avait menti sur un détail peu significatif aux fins de l'enquête. Il n'était pas le propriétaire, mais bien le locataire, de la maison de Pointe-au-Pic avec vue sur le fleuve où il a invité de nombreux élus, dont le maire de Sainte-Julienne, Marcel Jetté, et l'ex-ministre péquiste, Guy Chevrette.

«J'ai beaucoup de peine, de tristesse et de culpabilité sur cette affirmation, a dit M. Cloutier. C'est de l'orgueil mal placé. Je disais à tout le monde depuis longtemps que j'étais propriétaire, et j'étais locataire.»

À la suite de vérifications, les enquêteurs de la commission ont confronté Gilles Cloutier sur ce mensonge, lors d'une rencontre privée la semaine dernière. Après une demi-heure d'interrogatoire, il a avoué ses torts.

L'avocate du Parti québécois (PQ), Estelle Tremblay, a bondi sur ce parjure, lundi à la reprise des travaux de la commission. M. Cloutier a non seulement prétendu qu'il était propriétaire de la maison lors de son témoignage. Il a aussi inventé qu'il avait payé la résidence 200 000 $, une transaction notariée, et qu'il l'avait revendue 400 000 $ après cinq ou six ans.

Me Tremblay a suggéré que Gilles Cloutier a également menti sur l'organisation d'un cocktail de financement de l'ex-députée péquiste Lucie Papineau auquel assistait l'ex-ministre des Transports, Guy Chevrette.

Les entrepreneurs Giuseppe Borsellino (Garnier), Joseph Carolla (Beaver Asphalte), Jacques Desjardins (Desjardins Asphalte) et René Merl (Nepcon) avaient assisté à ce cocktail dans Prévost qui avait rapporté 15 000 $, au début des années 2000.

Le PQ ne retrouve aucune trace de ce cocktail dans ses états financiers. L'agenda de l'ex-députée Papineau ne contient aucune inscription à ce sujet. Me Tremblay a carrément demandé au témoin si ses problèmes de santé affectaient sa mémoire.

«Normalement j'ai une bonne mémoire. Je sais que je suis gravement malade», a dit M. Cloutier.

«Je vous donne la chance de dire à la commission que cet événement n'est pas survenu», a lancé Me Tremblay. Le témoin a maintenu sa version des faits.

Détails à venir

À voir en vidéo