Gilles Cloutier avoue un mensonge

«Normalement j'ai une bonne mémoire. Je sais que je suis gravement malade», a dit M. Cloutier.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir «Normalement j'ai une bonne mémoire. Je sais que je suis gravement malade», a dit M. Cloutier.
M. Cloutier passe un mauvais quart d'heure lundi matin en contre-interrogatoire. D'entrée de jeu, il a admis dans une déclaration volontaire qu'il avait menti sur un détail peu significatif aux fins de l'enquête. Il n'était pas le propriétaire, mais bien le locataire, de la maison de Pointe-au-Pic avec vue sur le fleuve où il a invité de nombreux élus, dont le maire de Sainte-Julienne, Marcel Jetté, et l'ex-ministre péquiste, Guy Chevrette.

«J'ai beaucoup de peine, de tristesse et de culpabilité sur cette affirmation, a dit M. Cloutier. C'est de l'orgueil mal placé. Je disais à tout le monde depuis longtemps que j'étais propriétaire, et j'étais locataire.»

À la suite de vérifications, les enquêteurs de la commission ont confronté Gilles Cloutier sur ce mensonge, lors d'une rencontre privée la semaine dernière. Après une demi-heure d'interrogatoire, il a avoué ses torts.

L'avocate du Parti québécois (PQ), Estelle Tremblay, a bondi sur ce parjure, lundi à la reprise des travaux de la commission. M. Cloutier a non seulement prétendu qu'il était propriétaire de la maison lors de son témoignage. Il a aussi inventé qu'il avait payé la résidence 200 000 $, une transaction notariée, et qu'il l'avait revendue 400 000 $ après cinq ou six ans.

Me Tremblay a suggéré que Gilles Cloutier a également menti sur l'organisation d'un cocktail de financement de l'ex-députée péquiste Lucie Papineau auquel assistait l'ex-ministre des Transports, Guy Chevrette.

Les entrepreneurs Giuseppe Borsellino (Garnier), Joseph Carolla (Beaver Asphalte), Jacques Desjardins (Desjardins Asphalte) et René Merl (Nepcon) avaient assisté à ce cocktail dans Prévost qui avait rapporté 15 000 $, au début des années 2000.

Le PQ ne retrouve aucune trace de ce cocktail dans ses états financiers. L'agenda de l'ex-députée Papineau ne contient aucune inscription à ce sujet. Me Tremblay a carrément demandé au témoin si ses problèmes de santé affectaient sa mémoire.

«Normalement j'ai une bonne mémoire. Je sais que je suis gravement malade», a dit M. Cloutier.

«Je vous donne la chance de dire à la commission que cet événement n'est pas survenu», a lancé Me Tremblay. Le témoin a maintenu sa version des faits.

Détails à venir
 
15 commentaires
  • Jeff Cavalero - Inscrit 13 mai 2013 12 h 09

    À quand les autres ?

    À quand aurons-nous des témoignages inculpant les autres escrocs, les « 1% » les plus riches ? À quand pourrons-nous leur rendre la monnaie, à ces gens-là ? Vous n'êtes pas tanné de pêcher du petit poisson simplement parce que votre « maman » la société vous interdit de sortir de l'étang ? Et quand il n'y a plus de petits poissons, on fait quoi ? On en invente ? Vive la société de droit... ou pas.

    • Louka Paradis - Inscrit 13 mai 2013 22 h 18

      Je ne dirais pas que le maire Vaillancourt, c'est du petit poisson... quand même !
      Louka Paradis, Gatineau

  • Marcel Lavoie - Inscrite 13 mai 2013 12 h 29

    Je croyais nous avions tous compris!!!

    Le principe de base de notre justice est de gagner. C'est évident!!!

    Donc tout bon avocat sait très bien jouer cette carte. Et les meilleurs cachetiers. gagnent et les honoraires sont en fonction de la grosseur des mentiriez. Car il y le risque de se faire prendre pas par les juges mais surtout les journalistes.

  • Rafik Boualam - Inscrit 13 mai 2013 13 h 12

    ah bon!

    Comme si on devait prêter une quelconque honnêteté à ces Cloutier et à tous les Trépaniers de ce monde. Ces personnes ont embrassé une carrière de magouilleurs institutionnels, ils n'ont pas connu autre chose, leur modus operandi c'est le mensonge, la cupidité et la tromperie, et on se surprend encore qu'ils continuent à mentir.

  • Jacques Morissette - Inscrit 13 mai 2013 13 h 13

    Avocats de peccadille.

    L'histoire de vie de monsieur Cloutier m'est inconnue, mais il doit probablement être question de standing là-dedans, pour la question de dire qu'il était le propriétaire de cette maison. M. Cloutier devait se sentir dans un milieu auquel il était étranger, un simple pivot pour tous.

    Avec ce qui se passait dans cette maison, ce serait peut-être intéressant de savoir qui était le vrai propriétaire de celle-ci? Pour le reste, de mettre l'accent sur ce petit mensonge en rapport avec tout ce qui s'y passait, c'est essayer de mettre les spots ailleurs que ce qui est important.

    • Pierre Brosseau - Abonné 13 mai 2013 16 h 11

      Bonne remarque, M. Morissette. Personne n'a cherché à savoir qui était le propriétaire de cette belle maison qui a servi à gâter un tas d'invités "spéciaux" ? Ce n'est pourtant pas compliqué de consulter le Registre foncier.

      Le propriétaire devait tout de même connaître les gens à qui il louait: firmes de génie-conseil, organisateurs politiques, entremetteurs ?

    • Louka Paradis - Inscrit 13 mai 2013 22 h 21

      Ce n'est pas un petit mensonge : ce sont plusieurs mensonges qui se sont enchaînés et cela s'appelle «parjure». Outrage au tribunal passible de peine de prison.
      Louka Paradis, Gatineau

  • Louka Paradis - Inscrit 13 mai 2013 13 h 24

    Sans vergogne

    «Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose.» Voilà sans doute la maxime de ce magouilleur patenté du PLQ qu'est Gilles Cloutier, lui qui a profité de la large tribune médiatique que lui offrait la Commission Charbonneau pour salir le PQ. Mentir sous serment, c'est un parjure, et c'est un outrage au tribunal. Quel spectacle désolant ! J'espère qu'il aura ce qu'il mérite.
    Louka Paradis, Gatineau

    • Solange Bolduc - Inscrite 13 mai 2013 14 h 22

      C'est comme Vaillancourt, ils vont tomber très malades ! Vous verrez !

    • Jeff Cavalero - Inscrit 13 mai 2013 16 h 40

      @ Solange Bolduc

      J'espère un peu que vous n'avez pas raison, sinon des personnes simplettes pouraient y voir, à tort, une quelconque logique...

    • Stanislas Vézina - Inscrit 13 mai 2013 19 h 17

      La preuve de l'essentiel n'a pas encore été démontrée.

    • Stanislas Vézina - Inscrit 13 mai 2013 19 h 17

      La preuve de l'essentiel n'a pas encore été démontrée.