Manifestation anticapitaliste du 1er mai: environ 300 personnes ont été arrêtées

Près de 300 personnes ont été interpellées lors de la manifestation la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) dans le Vieux-Montréal, mercredi soir.
Photo: - Le Devoir Près de 300 personnes ont été interpellées lors de la manifestation la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) dans le Vieux-Montréal, mercredi soir.

Environ 300 personnes ont rapidement été arrêtées à la manifestation organisée mercredi soir par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) au centre-ville de Montréal, a annoncé le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) vers 19h50.

Le SPVM n’avait pas déclaré illégale la traditionnelle manifestation anticapitaliste marquant la Fête internationale des travailleurs en après-midi, mais elle l'a fait vers 18h18, en vertu du règlement P-6.

Le SPVM avait confié plus tôt en journée au Devoir qu'il n'avait pas reçu d'itinéraire, mais qu'il connaissait le départ et l'arrivée de la marche. Il ne l'avait pas déclaré illégale à ce moment.

Deux marches ont convergé d'abord depuis l'est (Hochelaga-Maisonneuve) et l'ouest (métro Lionel-Groulx) derrière l’hôtel de ville, sur le Champ-de-Mars, c'est-à-dire à l'endroit où avait débuté, en 1907, une manifestation organisée par des militants socialistes à l’occasion du 1er mai. 

La grande marche s'est finalement mis en branle après que les policiers l'eut déclaré illégale, au son des trompettes de la fanfare anarchiste, mais plusieurs escarmouches avaient déjà lieu entre manifestants et policiers, selon notre journaliste sur place.

Près du Musée Pointe-à-Callières, au coin de La Commune et St-Sulpice, plusieurs arrestations ont eu lieu. D'abord pris en souricière, les manifestants sont emmenés dans des fourgons cellulaires et des autobus du SPVM par la suite.

Vers 18h54, le SPVM a mentionné sur Twitter que des «actes criminels» avaient été commis: des «bâtons» auraient été utilisés contre des policiers et des «boules de billards» auraient été «lancées vers eux». Notre journaliste n'a pas été témoin de ces actes.

Vers 19h, l'ambiance autour des gens arrêtés était plutôt calme. 

Intitulée «Contre la grande noirceur, la colère noire», la manifestation de ce mercredi est organisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC). Le but de la manifestation était de se rendre au club privé 357C, l'endroit où se seraient rencontrés l’ancienne vice-première ministre libérale, Line Beauchamp, l’entrepreneur Paolo Catania, Rosaire Sauriol, de la firme Dessau et l’ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino.

D'autres détails suivront.

À voir en vidéo