Une vigile soulignera l'anniversaire de Fredy Villanueva

Fredy Villanueva, au centre, avec son frère Danny à gauche et un ami
Photo: Bureau du coroner Fredy Villanueva, au centre, avec son frère Danny à gauche et un ami

Une vigile aura lieu samedi soir au parc Henri-Bourassa de Montréal-Nord pour souligner l'anniversaire de naissance de Fredy Villanueva.

Le jeune homme — qui serait aujourd'hui âgé de 23 ans — est mort au même endroit le 9 août 2008 lors d'une intervention policière qui a mal tourné.

Une enquête publique a été menée sur cette affaire de septembre 2009 à février 2011, mais le juge André Perreault n'a toujours pas remis son rapport.

L'affaire doit d'ailleurs connaître de nouveaux développements cette semaine, alors que la Cour supérieure du Québec commencera mercredi à entendre les arguments de la Ville de Montréal et de la Fraternité des policiers et des policières de Montréal, qui contestent la décision du juge Perreault d'examiner les mécanismes de sécurité de l'étui à pistolet du policier Jean-Loup Lapointe.

Celui-ci a prétendu durant l'enquête publique du juge Perreault qu'il avait fait feu sur Fredy Villanueva car il craignait d'être désarmé, une prétention que la partie adverse juge exagérée.

Quant à Dany Villanueva — le frère de Fredy, qui se trouvait également au parc Henri-Bourassa le 9 août 2008 —, il est toujours dans l'attente du verdict d'Immigration Canada au sujet de son expulsion éventuelle vers le Honduras, son pays d'origine.

Ses déboires juridiaires ont débuté en 2006, soit deux ans avant la mort de son frère, à la suite d'un vol qualifié pour lequel il a été condamné. Il a été arrêté à nouveau l'été dernier pour conduite avec les facultés affaiblies, possession simple de cannabis et bris de condition, mais la date à laquelle doit débuter le procès n'a pas encore été fixée.

Par ailleurs, deux policiers devront comparaître devant le Comité de déontologie policière les 4, 5 et 6 septembre 2013 concernant une intervention survenue le 29 juillet 2010 au parc Henri-Bourassa.

Selon la citation à comparaître, l'agent Mathieu Chartrand-Côté, qui était accompagné ce jour-là par son collègue Éric Dextradeur, « ne s'est pas comporté de manière à préserver la confiance et la considération que requiert sa fonction, en enlevant des documents apposés sur un arbre du parc Henri-Bourassa utilisé à titre de "mémorial à Fredy Villanueva" ».

Quant au policier Dextradeur, on lui reproche de ne pas être intervenu auprès de son collègue.

Par Jérôme Labbé

1 commentaire
  • Georges LeSueur - Inscrit 6 avril 2013 18 h 11

    Un cas scabreux...

    Les manifestations entourant la mort de ce jeune illustrent la difficulté pour la police d'intervenir auprès des gangs et marginaux de Montréal.
    S'il n'y a pas lieu de glorifier un individu qui s'est ouvertement opposé à l'intervention policière avec les conséquences que l'on sait, il est inutile d'exacerber les sensibilités en arrachant un mémorial posé par ses amis. Ce qui n'excuse pas le collègue de s'en être dissocié sans intervenir.

    Le comportement de Dany Villanueva ne milite pas pour cette famille d'immigrants. Son expulsion éventuelle vers le Honduras annonce une suite certaine à cette saga. Mais la décision du juge ne devrait pas s'en trouver influencée et se faire en toute objectivité.