Pas de déception au Québec

Roch et Louis Ouellet, les frères du cardinal Marc Ouellet, ont réagi avec soulagement à la nomination du nouveau pape.
Photo: La Presse canadienne (photo) Adrian Wyld Roch et Louis Ouellet, les frères du cardinal Marc Ouellet, ont réagi avec soulagement à la nomination du nouveau pape.

Les idées sociales et anticapitalistes du pape François ont une parenté avec le mouvement des indignés, selon l’ancien archevêque de Québec, Maurice Couture.

C’est « quelqu’un de très franc dans la façon de dénoncer les abus du libéralisme économique et cette recherche effrénée du profit », a expliqué Mgr Couture lors d’un point de presse en compagnie de l’archevêque en poste Gérald Cyprien Lacroix.


Selon Mgr Couture, la doctrine sociale de l’Église est trop souvent ignorée et on oublie les papes qui l’ont défendue.


Léon XIII et Pie XI ont dit des choses qui « se rapportent un peu à ce qu’on a entendu parfois dans des milieux qui ont un langage beaucoup plus audacieux », a-t-il dit en parlant du regroupement des 99 %.


Depuis qu’il est devenu pape, beaucoup soulignent que l’ancien archevêque de Buenos Aires est près des pauvres, qu’il se déplaçait en autobus dans le passé et cuisinait ses plats.


Le pape François est toutefois réputé peu sympathique au mariage gai et au droit à l’avortement. Interrogés sur ces questions et sur le rôle du nouveau pape, les chefs religieux québécois se sont montrés réticents.


« On est mieux de ne pas attendre ça parce qu’on sera déçu », a déclaré l’archevêque de Québec, Mgr Lacroix.


Une surprise


Par ailleurs, personne ne cachait sa surprise de voir Mgr Bergoglio choisi. Pour Mgr Couture, c’est le Saint-Esprit qui s’amuse « à jouer des tours ». Tous se sont toutefois dits ravis par l’arrivée du souverain pontife et ont salué sa grande humilité.


On a notamment souligné que l’ex-archevêque de Buenos Aires était venu à Québec lors du Congrès eucharistique de 2008. À l’invitation de Marc Ouellet, il avait animé une grande catéchèse en espagnol au Colisée. Le responsable des communications du diocèse, Jasmin Lemieux-Lefebvre, a souligné que les deux hommes étaient des « amis » et qu’il s’attendait à ce que Marc Ouellet conserve de grandes responsabilités au Vatican.


Comme les autres, il ne s’est pas montré déçu que le cardinal Marc Ouellet, ancien archevêque de Québec, ne soit pas sorti pape du conclave. Au contraire. « Je suis soulagé pour l’homme, pour sa famille, pour Graziella, qui va pouvoir revoir son fils à La Motte cet été. »


À La Motte, dans l’Abitibi-Témiscamingue, où la population espérait l’élection du natif de l’endroit, le maire René Martineau a d’ailleurs admis que les dernières semaines avaient été « un tourbillon » pour la petite municipalité. Affirmant que « la vie allait reprendre son cours normal » dans sa petite ville, le maire Martineau a dit espérer que le cardinal Ouellet reviendrait « se ressourcer et se reposer dans son village natal ». Pour l’un des frères de Mgr Ouellet, Roch, il est question « d’émoi et de soulagement », après des semaines de tensions et d’interrogations à propos de l’identité du nouveau pape. La mère de la famille, Graziella, a fait savoir qu’elle avait hâte de parler au téléphone avec son fils.


Félicitations des gouvernements


Dans une brève déclaration transmise mercredi par voie de communiqué, la première ministre Pauline Marois dit saluer l’élection du cardinal Bergoglio, qui a pris le nom de François. « L’Église catholique est intimement liée à l’histoire du Québec et demeure présente dans la vie de beaucoup de Québécois », a-t-elle affirmé, disant souhaiter que ce nouveau pontificat soit porteur d’un « message de dialogue et de réflexion sur les enjeux actuels de notre société ».


Le gouvernement fédéral n’est pas en reste, alors que le premier ministre Stephen Harper a lui aussi salué le choix du nouveau souverain pontife. « Sa Sainteté jouera un rôle crucial en tant que dirigeant de l’Église catholique, alors que cette dernière est confrontée aux défis du XXIe siècle. Son expérience et son engagement profond envers la foi et l’humanité lui seront utiles », a dit M. Harper par voie de communiqué. Il a par ailleurs ajouté que « le Canada et le Saint-Siège sont engagés à promouvoir la dignité de la personne humaine et la liberté de conscience et de religion ».


***
 

Avec La Presse canadienne