CUSM – Porter refuse de voyager, disant souffrir d'un grave cancer

Arthur Porter, alors qu'il était directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), en 2007.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Arthur Porter, alors qu'il était directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), en 2007.

Nassau, Bahamas — Le Dr Arthur Porter, résidant désormais aux Bahamas et recherché au Québec pour fraude et abus de confiance, affirme être atteint d'un cancer avancé de phase 4, et trop malade pour se déplacer.

Lors d'une entrevue accordée jeudi à l'Associated Press, M. Porter indique que si des enquêteurs québécois veulent l'interroger, ils devront prendre l'avion jusqu'aux Bahamas.

L'ancien directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) soutient souffrir d'un cancer du poumon qui s'est propagé à son foie.

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a émis mercredi un mandat d'arrêt contre le médecin, qui est accusé de corruption en lien avec la construction du CUSM, un projet de 1,3 milliard.

Une porte-parole de l'UPAC a indiqué que les procédures d'extradition de M. Porter étaient en cours.

Au Canada, Porter a déjà été directeur du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, le «chien de garde» des services d'espionnage. Aux Bahamas, il dirige une clinique d'oncologie.

4 commentaires
  • Jean-Yves Marcil - Inscrit 28 février 2013 18 h 34

    Trop malade ?!?

    Cela ne l'a pas empêché de déménager aux Bahamas avec le fruit de sa fraude !

  • Grace Di Lullo - Inscrit 28 février 2013 19 h 55

    Si nous ne pouvons l'extrader ou si nous ne pouvons bénéficier de son aimable présence,

    A) Pourrions-nous avoir une liste de ces actifs et les saisir une fois le jugement obtenu ?
    B) En présence d'actifs saisissables, pourrions-nous poursuivre la succession ?

    L'impunité nous n'en voulons plus!

    • Gilles Théberge - Abonné 28 février 2013 23 h 03

      Je pensais exactement à la même chose que vous en lisant l'article...

  • Fabien Nadeau - Abonné 1 mars 2013 07 h 25

    J'adore!

    J'aime bien l'attitude de ces grands criminels qui deviennent tout à coup des "pauvres" victimes quand vient le temps que faire face à la musique...

    "Les sanglots longs des violons" de Porter ne me font pas pleurer du tout.