Le pape pourrait modifier les règles du conclave pour accélérer la succession

Vatican — Le pape Benoît XVI pourrait modifier les règles qui encadrent la tenue du conclave de manière à accélérer le choix de son successeur.

Le porte-parole du Vatican, le révérend Federico Lombardi, a révélé mercredi qu'une nouvelle loi est à l'étude pour clarifier le processus.

La loi actuelle stipule que les cardinaux doivent attendre 15 jours après que la papauté soit devenue vacante avant d'organiser un conclave, d'où la date du 15 mars qui est évoquée depuis un moment. Ce délai vise à permettre à tous les cardinaux de se rendre à Rome, mais prend pour acquis que le pape est décédé et que des funérailles doivent être organisées.

Dans ce cas-ci, tous les cardinaux savent que le pontificat de Benoît XVI se terminera le 28 février, ce qui leur donne amplement de temps pour revenir à Rome.

De plus, certains experts rappellent que pratiquement tous les cardinaux seront à Rome pour la dernière audience générale du pape, le 27 février, et pour sa dernière rencontre avec les cardinaux, le lendemain.

Le préfet adjoint de la bibliothèque du Vatican, Ambrogio Piazzoni, a expliqué que la loi actuelle précise que les cardinaux qui sont à Rome doivent attendre 15 jours avant d'organiser le conclave, pour permettre à tous leurs confrères de se rendre à Rome. Rien n'interdirait toutefois le début du conclave avant l'expiration de ce délai de 15 jours.

Un expert américain précise de son côté qu'il serait grandement préférable que le pape Benoît XVI autorise un début hâtif du conclave, de manière à dissiper toute ambigüité. On croit que le conclave pourrait débuter autour du 10 mars, pour assurer que le nouveau pape aura été choisi à temps pour les célébrations de Pâques.


À voir en vidéo