Attentat au Métropolis: retour de Bain au tribunal, nouveau délai

Richard Henry Bain, l'auteur présumé de l'attentat du Métropolis commis lors de la soirée électorale du 4 septembre dernier.
Photo: - Le Devoir Richard Henry Bain, l'auteur présumé de l'attentat du Métropolis commis lors de la soirée électorale du 4 septembre dernier.

Richard Henry Bain, l'auteur présumé de l'attentat du Métropolis commis lors de la soirée électorale du 4 septembre dernier, à Montréal, devra attendre jusqu'à lundi prochain pour savoir s'il est apte à subir un procès.

La cause a été reportée, vendredi, au Palais de justice de Montréal, parce que la psychiatre qui l'a interviewé, à l'Institut Philippe-Pinel, dont l'absence était inexpliquée en début de journée, était malade.

Une citation à comparaître avait été remise à la psychiatre Chantal Bouchard pour qu'elle se présente au tribunal. Devant son absence, le juge Jean-Paul Braun avait ordonné à la Couronne d'entreprendre auprès de l'Institut des démarches pour que sa psychiatre soit emmenée sans délai.

Le juge Braun voulait interroger la psychiatre sur le fait qu'elle n'ait pu tirer de l'accusé une conversation sur les faits touchant sa cause.

Le sexagénaire fait face à 16 chefs d'accusation, notamment de meurtre prémédité et de tentative de meurtre pour l'attentat qui est survenu au moment où la première ministre élue du Québec, Pauline Marois, prononçait son discours de la victoire. Denis Blanchette a péri dans l'attaque alors que son collègue Dave Courage a été grièvement blessé.

Avant même l'incident de ce vendredi, le processus judiciaire concernant Richard Henry Bain était entaché de quelques reports.

En décembre, l'accusé a refusé de rencontrer une psychiatre francophone, ce qui avait nécessité un report de sa cause au 11 janvier dernier. Ce jour-là, la Cour a reçu un rapport d'évaluation en français et le juge Braun a ordonné qu'une traduction soit remise aux parties avant mercredi dernier et les a convoquées à revenir devant lui ce vendredi.

La Couronne a indiqué que d'autres accusations pourraient être ajoutées aux 16 déjà déposées contre le suspect.




À voir en vidéo