Revenu Québec poursuit quatre entreprises de l'industrie de la construction

Revenu Québec a porté ce matin 388 accusations pénales contre quatre entreprises de la construction et sept de leurs administrateurs pour des fraudes fiscales d'une valeur totale de 2,07 millions de dollars.

Il s'agit de la deuxième phase du projet Grattoir, qui s'est soldé en juin dernier par l'arrestation de 11 personnes, dont deux fonctionnaires de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. L'Unité permanente anticorruption (UPAC) avait alors démantelé un important système de collusion en place à Saint-Jean, Carignan, Henryville et Lacolle. Le réseau aurait truqué les appels d'offres pour l'obtention des contrats d'infrastructures municipales.

Des accusations de fraude envers le gouvernement, extorsion, complot, abus de confiance et corruption de fonctionnaires avaient été portées contre 11 personnes et 9 sociétés. Un organisateur politique du Parti libéral du Québec, Gaëtan Paradis, propriétaire de l'entreprise Construction GCP, faisait partie des accusés.

Les accusations portées aujourd'hui par Revenu Québec visent les entreprises Civ-Bec, Bailourd inc, Excavation et Transport Lacroix et Defcon. Elles auraient commis des fraudes fiscales d'un montant global de 644 698 $.

Les administrateurs Pasquale Fedele, Jacques Lavoie, Patrick Alain, Marc Baillargeon, Louis-Philippe Lacroix, Thierry Lacroix et Yannick Lacroix sont pour leur part accusés d'avoir fraudé le fisc de 1,43 million.

MM. Fedele, Lavoie et Alain (tous de Civ-Bec) auraient fait de fausses déclarations, des fausses réclamations de dépenses et ils auraient demandé indûment des crédits et des remboursements de taxe sur les intrants.

Quant aux Lacroix, ils auraient fait des fausses factures à Civ-Bec par l'entremise de leurs entreprises.

Fait à souligner, les deux fonctionnaires de Saint-Jean-sur-Richelieu arrêtés en juin dernier, Jacques Vallières et Thierry Garcia, ont été réintégrés sous condition juste avant le congé des Fêtes. Civ-Bec reçoit toujours des contrats de la municipalité, même si l'entreprise avait été accusée dans la première phase du projet Grattoir. Lors du conseil municipal de décembre, la Ville a accordé à l'entreprise un contrat de 500 000 $ pour la construction d'un collecteur pluvial.

Détails à venir

À voir en vidéo