Le déneigement reprend à Montréal - L’opération devrait être complétée dimanche soir


	À Montréal, on estime que 53 % du chargement de la neige avait été effectué mercredi matin.
Photo: - Le Devoir
À Montréal, on estime que 53 % du chargement de la neige avait été effectué mercredi matin.

Montréal ne s’est pas tout à fait remise de la tempête du 27 décembre dernier. Les équipes de déneigement ont toutefois repris le collier mercredi matin, et la Ville estime que l’ensemble des rues et trottoirs de son territoire devrait être dégagé d’ici dimanche soir prochain.

Après la pause de 36 heures imposée par l’application de la loi no 430 sur les véhicules lourds, les 3000 employés affectés au déneigement se sont remis à la tâche à compter de 7 h mercredi matin. « On peut vous annoncer que 53 % du chargement de la neige a été complété et que toutes les équipes sont à pied d’œuvre dans les 19 arrondissements de la ville. Les deux tiers des rues du centre-ville ont été dégagés », a indiqué Jacques-Alain Lavallée, porte-parole de la Ville, lors d’un point de presse mercredi matin.
 
« En moyenne, c’est 15 % du chargement qu’on parvient à faire quotidiennement. Ça veut dire que demain [jeudi], on pourrait passer aux alentours de 68 %, a-t-il poursuivi. Notre objectif, c’est que toute cette neige ne soit qu’un mauvais souvenir dimanche soir. »
 
Les 45 cm de neige tombés dans la région de Montréal donnent du fil à retordre à la Ville. Dans de nombreuses rues résidentielles, un seul côté de rue a été dégagé, alors qu’ailleurs, comme dans certains secteurs de Rosemont–La Petite-Patrie et de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, les amoncellements de neige encombraient toujours les trottoirs, les résidents n’ayant pas encore vu l’ombre d’une chenillette dans leur voisinage.
 
Le déneigement étant une compétence d’arrondissement, M. Lavallée n’a pu se prononcer sur les opérations effectuées dans chaque secteur de la ville : « Cependant, ce que je peux vous dire, c’est que nos employés ont fait 70 heures en six jours. La loi 430 oblige à une pause de 36 heures. Ça explique peut-être ce retard. »
 
À l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, on a soutenu que les travaux avançaient rondement et que les opérations se déroulaient au même rythme qu’ailleurs sur le territoire montréalais.
 
Les panneaux orange

La Ville a rappelé l’importance pour les automobilistes de se conformer aux indications de stationnement et de demeurer à l’affût des panneaux orange annonçant l’imminence d’une opération de déneigement. « Lorsqu’on fait un remorquage de voiture, ça retarde le convoi [de déneigement] de 10 minutes, a précisé Jacques-Alain Lavallée. Et l’année dernière, on a fait 30 000 remorquages. Quand les gens ne savent pas où placer leur voiture, ils peuvent composer le 3-1-1. Il y a 5700 places de stationnement [mises à leur disponibilité]. »
 
La Ville ignore combien lui coûtera cette tempête. « En général, c’est 17 millions quand c’est une tempête de 20 centimètres. On va faire nos comptes et on verra ce que ça va donner lorsque ce sera terminé », a dit M. Lavallée. Pour l’ensemble de son territoire, la Ville dispose d’un budget de déneigement de 150 millions par année.

À voir en vidéo