UPAC : le maire de Saint-Rémi arrêté

Le monde municipal continue d’être secoué. Ce vendredi matin, l’escouade Marteau de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) a procédé à trois arrestations, dont celle du maire de Saint-Rémi, Michel Lavoie, pour abus de confiance, fraude et complot.

L’UPAC a confirmé que M. Lavoie, son fils Sébastien Lavoie ainsi que l’entrepreneur Dominic Dorais ont été amenés au quartier général de la Sûreté du Québec (SQ) pour y être interrogés. Au total, les trois hommes font face à 17 chefs d’accusation. Leur comparution est prévue le 8 mars prochain.


Comme le révélait Le Devoir en octobre 2010, le maire de la petite ville de Saint-Rémi, en Montérégie, aurait profité de ses fonctions pour favoriser son entourage dans le développement de certains projets. Deux dossiers soulèvent des doutes : la construction d’une résidence pour personnes âgées et celle de la caserne de pompiers de Saint-Rémi.


Joint à l’époque, M. Lavoie avait affirmé ne pas avoir besoin de la fonction de maire « pour brasser des affaires ». L’enquête policière enclenchée en 2010 démontrait pourtant un réseau d’influence clair.

 

Tentative de corruption


C’est l’entreprise Développement B L appartenant à Yvon Boyer qui a réalisé le projet de résidence pour personnes âgées. M. Boyer est un ancien vice-président de Construction Marton, de l’entrepreneur Tony Accurso. À Saint-Rémi, il aurait acheté un terrain appartenant à Dominic Dorais, qui a plusieurs entreprises, dont l’une est partenaire d’affaires du maire Lavoie (compagnie à numéro). Le projet a nécessité des modifications de zonage obtenues sans problème.


M. Boyer a embauché une conseillère municipale comme représentante commerciale, le fils de celle-ci pour faire l’excavation du terrain, qui a par ailleurs confié le transport des débris à l’entreprise du maire Lavoie (Transport M. J. Lavoie). De plus, la conjointe du maire a loué à M. Boyer les locaux nécessaires pour son bureau des ventes.


La construction en 2008 de la caserne de pompiers de Saint-Rémi est également visée dans ce dossier présumé de fraude. Le maire Lavoie a demandé que soit lancé l’appel d’offres pour cet important projet « la veille des vacances de la construction » pour une durée de seulement une semaine, peut-on lire dans les documents officiels de perquisitions déposés au Palais de justice. Deux soumissions ont été reçues. Construction Dorais a remporté le contrat bien qu’il ait été de 300 000 $ plus élevé que l’estimation municipale.


En plus du poste de maire qu’il occupe depuis 2005 (en plus d’une première période entre 1992 et 2000), Michel Lavoie est préfet de la MRC les Jardins-de-Napierville.