Place Bell : un juge de la Cour supérieure rejette la requête de Québecor Média

Le juge Pierre Tessier, de la Cour supérieure du Québec, a rejeté mercredi la requête en injonction interlocutoire provisoire déposée par Québecor Media dans le dossier de la Place Bell, projet d’amphithéâtre de 10 000 places qui doit être construit à Laval.


Dans un communiqué diffusé en début de soirée, la Cité de la culture et du sport de Laval se dit confortée par cette décision qui confirme, à ses yeux, que « le changement de site n’influençait pas de façon significative le mandat confié à Evenko, celui de la gestion, de l’exploitation et l’entretien du complexe ainsi que la programmation des événements ».


La Cité de la culture et du sport de Laval a assuré qu’elle entendait donc poursuivre la réalisation du projet tel que prévu.


Québecor s’était dit lésé, mardi, par l’administration lavalloise, qui a modifié l’emplacement de la future Place Bell après que le processus d’appel de propositions eut été terminé. Le géant des médias estime que la relocalisation de l’amphithéâtre constitue « une modification fondamentale du projet », et il a envoyé une mise en demeure à la Ville de Laval le 2 novembre dernier pour l’enjoindre de reprendre le processus d’appel d’offres.


Dans la version des faits donnée mardi par Québecor, la Ville de Laval aurait convenu, le 6 novembre dernier, à la suite d’échanges entre les avocats des deux parties, de procéder à un nouvel appel d’offres. La Ville se serait toutefois ravisée par la suite et elle a procédé lundi à une annonce officielle à l’effet que la gestion du projet était accordée à Evenko, la division des spectacles du Canadien de Montréal.


Mercredi, la Cité a justifié sa décision de nouveau. « Il s’est avéré qu’Evenko a déposé, sans équivoque, la meilleure proposition. Cette entreprise possède une longue feuille de route […]. »