Au Palais des congrès - Une Constellation pour de grands Montréalais

Claude Lafleur Collaboration spéciale
La Constellation est une murale bleue au travers de laquelle perceront 122 points lumineux. Chacune de ces étoiles représente un Grand Montréalais.
Photo: Chambre de commerce du Montréal métropolitain La Constellation est une murale bleue au travers de laquelle perceront 122 points lumineux. Chacune de ces étoiles représente un Grand Montréalais.

Ce texte fait partie du cahier spécial Grands Montréalais 2012

Pour célébrer ses 190 ans d’existence, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain offre une belle Constellation de Grands Montréalais. « C’est le cadeau que nous offrons aux Montréalais ! », lance avec satisfaction Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre.

La Constellation des Grands Montréalais sera une grande murale interactive installée dans le hall ouest du Palais des congrès, du côté du parc Riopelle. « Nous voulons contribuer à faire de ce secteur de la ville un endroit à visiter, déclare Michel Leblanc. Nous espérons ainsi faire découvrir qui sont ceux et celles qui ont récemment joué de grands rôles dans notre ville. »


La Constellation est une murale bleue au travers de laquelle perceront 122 points lumineux. Chacune de ces étoiles représente un Grand Montréalais. Petite innovation technologique amusante : en pointant l’une ou l’autre de ces étoiles à l’aide d’un téléphone intelligent, on accédera à une minipage web qui indiquera qui est cette personne et quelles ont été ses réalisations.


« Nous espérons que les touristes, les écoliers et les Montréalais en général viendront découvrir ceux et celles qui ont contribué à faire de Montréal la ville vivante qu’elle est aujourd’hui », indique M. Leblanc.

 

Un exemple parfait…


C’est la façon originale qu’a trouvée la Chambre de commerce du Montréal métropolitain pour souligner ses 190 ans d’existence. « Il n’y a pas beaucoup d’organismes à Montréal qui ont une longévité aussi grande que la nôtre », souligne fièrement Michel Leblanc.


« Nous sommes la voix du milieu des affaires, poursuit-il. Nous cherchons à créer l’environnement d’affaires le plus propice à la création d’entreprises et à leur croissance. Notre rôle, c’est d’identifier ce qui va bien et ce qui pourrait être amélioré et de travailler en ce sens. Avec nos activités de réseautage, nous visons également à faire en sorte que les gens d’affaires se rencontrent et tissent des partenariats, en plus d’aider les PME à se positionner sur la scène internationale. »


« On est une organisation qui, à travers le temps, tente de développer une vision pour le développement de Montréal et de la région », poursuit-il. À cette fin, la Chambre parraine depuis 1984 la tradition des Grands Montréalais inaugurée en 1978. « C’est l’exemple parfait d’une initiative qui provient du secteur privé et qui a ensuite été reprise par la Ville de Montréal, avant d’être finalement parrainée par la Chambre de commerce », déclare Michel Leblanc.

 

Vers une académie


À l’origine, explique-t-il, le Reine-Elizabeth désirait souligner ses 20 ans d’existence en désignant vingt Grands Montréalais. « Ce sont par la suite ces 20 premiers Grands Montréalais qui ont identifié les suivants, indique-t-il. On a ainsi créé le concept de l’Académie des Grands Montréalais dont les membres sont les seuls juges. C’est un principe qui est extrêmement porteur, puisqu’il n’y a aucune influence extérieure qui s’exerce, spécifie M. Leblanc. Ce sont les Grands Montréalais qui se reconnaissent entre eux par leur contribution et leur impact. »


« En outre, dit-il, nous tenons, dans la mesure du possible, à honorer ces gens de leur vivant. C’est très important pour nous, car les Grands Montréalais devraient être célébrés pendant qu’ils peuvent encore jouir de cet honneur. On tente donc toujours de nous assurer qu’on ne manque personne et qu’on les célèbre… »


L’idée des Grands Montréalais vise non seulement à honorer ceux et celles qui ont contribué au dynamisme de Montréal, mais il s’agit également d’inspirer les jeunes, de les stimuler à s’engager dans la société, à pousser leur rêve et à faire de grandes choses. D’où l’idée de la Constellation, qui, espère M. Leblanc, sera l’un des points d’intérêt pour les Montréalais de tout âge.

 

Économie, culture, science et social


Depuis l’an 2000, la tradition a été instituée de nommer chaque année quatre Grands Montréalais représentant respectivement les secteurs de l’économie, de la culture, de la science et du social.


Parmi les Grands Montréalais honorés ces dernières années figurent des célébrités comme Yvon Deschamps, le Dr Julien et Frédéric Back, ainsi que des personnalités moins bien connues (sur le coup) telles qu’Aldo Bensadoun. En ce sens, cette activité contribue à faire connaître de beaux participants à l’épanouissement de Montréal.


« On ne peut sûrement pas s’attribuer le mérite et le succès de M. Aldo Bensadoun, nuance le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, mais on peut penser que, puisque l’Académie a considéré qu’il fallait reconnaître cette contribution phénoménale, les proches de M. Bensadoun se sont aussi dit qu’il était temps d’honorer ce formidable homme discret. »


De même, Michel Leblanc se dit enchanté qu’on souligne chaque année la contribution d’un scientifique. « Montréal est une ville universitaire, une ville d’innovateurs et de créateurs, dit-il, et on a des ressources scientifiques phénoménales. Toutefois, le public ne les connaît pas toujours… C’est pourquoi nous sommes ravis chaque année d’identifier des gens qui ont une contribution scientifique parfois en lien avec le public, mais sans qu’on s’en aperçoive vraiment. »


Cette année, le scientifique honoré est nul autre que Georges Brossard. « Il s’agit de l’entomologiste dont l’incroyable collection d’insectes est à la base de l’Insectarium, rappelle M. Leblanc. C’est donc quelqu’un qui rejoint le public par sa contribution, mais que les gens ne connaissent peut-être pas tant que ça. »


« Notre objectif avec la Constellation, poursuit-il, c’est justement de rendre ces personnalités encore plus visibles. C’est une initiative de la Chambre, puisque c’est nous qui soutenons financièrement le projet, mais que nous réalisons en partenariat avec la Ville de Montréal et le Palais des congrès. Venez voir ça… à partir du 22 novembre ! »

Collaborateur