Sandy touche terre et inonde New York - La priorité d’Obama: «sauver des vies»

<div>
	L’eau inondait les rues sous le pont de Manhattan, à New York, lundi soir, alors que l’ouragan Sandy touchait terre à 200 kilomètres au sud, près d’Atlantic City. La métropole internationale était plongée dans le noir et les réseaux de transport étaient paralysés.</div>
Photo: Bebeto Matthews - Associated Press
L’eau inondait les rues sous le pont de Manhattan, à New York, lundi soir, alors que l’ouragan Sandy touchait terre à 200 kilomètres au sud, près d’Atlantic City. La métropole internationale était plongée dans le noir et les réseaux de transport étaient paralysés.

Poussée par des vents soufflant à plus de 125 km/h, la méga-tempête Sandy s’est abattue sur la côte du New Jersey lundi soir, déferlant une vague sans précédent de plus de quatre mètres à New York et menaçant tout le métro de la métropole et le réseau électrique qui alimente Wall Street. En soirée, la tempête, qui a forcé l’interruption de la campagne présidentielle, avait déjà fait au moins douze victimes et privé d’électricité au moins 3,1 millions de clients.

Les victimes ont été répertoriées dans les États du New Jersey, de New York, du Maryland, de la Pennsylvanie et du Connecticut. Certaines de ces victimes ont été tuées par la chute d’arbres. À Toronto, une femme a perdu la vie après avoir été heurtée par un panneau emporté par les forts vents causés par la tempête, a annoncé la police.

 
Lors d’une conférence de presse, vers 22 h, le maire de New York, Michael Bloomberg, a déclaré que le pire de la tempête était passé et que les marées hautes qui avaient projeté de l’eau sur Manhattan s’estompaient.

« Le cyclone post-tropical Sandy a touché terre près d’Atlantic City vers 20 h », a indiqué le National Hurricane Center (NHC) dans un bulletin spécial. Ses vents violents ont légèrement faibli, à 130 km/h, contre 150 km/h précédemment, mais ils se faisaient sentir jusqu’à près de 800 kilomètres à la ronde.


« La priorité est de faire en sorte de sauver des vies », a déclaré le président des États-Unis, Barack Obama, lors d’une allocution à la Maison-Blanche à l’issue d’une réunion de crise. L’interruption de sa campagne à un moment crucial lui permet de rappeler qu’il est un « commandant en chef » contrairement à son prédécesseur, George W. Bush, lors de l’ouragan Katrina en 2005.


Pour sa part, le candidat républicain, Mitt Romney, a annulé ses réunions électorales prévues à compter de lundi soir « par respect pour les millions d’Américains » menacés par la colossale dépression dont les effets devraient se faire sentir pendant plusieurs jours.


Le NHC a précisé que Sandy, qui a déjà fait 67 morts dans les Caraïbes, n’était plus désormais un ouragan - ou un cyclone « tropical » -, mais un cyclone « post-tropical », porteur de vents ayant toujours la force d’un ouragan. Car Sandy n’est plus alimenté par la chaleur de l’océan, mais par des différences de températures liées à sa rencontre avec un front froid venu du nord.


À New York, d’importantes inondations étaient constatées dans tout le sud de Manhattan, dont des quartiers entiers étaient plongés dans le noir, sans électricité, à l’approche de Sandy. L’East River et la Hudson River ont inondé des tunnels à la suite des vents violents et des pluies torrentielles qui se sont abattus sur la ville, des trombes d’eau s’engloutissant dans le secteur de Battery Park au sud de Manhattan. « Le bas Manhattan est recouvert par l’eau de mer. Je n’exagère pas. L’eau s’engouffre dans le tunnel de Battery », a écrit Howard Glaser, directeur des opérations pour l’État de New York et conseiller du gouverneur Andrew Cuomo, sur son compte Twitter.


Dans le centre de l’île, une grue au sommet d’un immeuble de 90 étages en construction s’est partiellement effondrée sous l’effet des bourrasques.


Dans les zones bordant l’East et l’Hudson River à Manhattan, à Brooklyn et Staten Island, nombre des 375 000 habitants sommés d’évacuer ont préféré se barricader chez eux. Une erreur, selon Barack Obama qui a appelé à la prudence : « Écoutez les autorités locales : quand elles vous disent d’évacuer, vous devez évacuer. […] Ne discutez pas les instructions que l’on vous donne. »


La pression atmosphérique, de 940 hectopascals selon le NHC, est la plus basse jamais enregistrée sous cette latitude aux États-Unis, selon le météorologue Brad Panovich.


Selon les services météorologiques, c’est l’étendue massive de la tempête, sa faible vitesse de déplacement, et sa confluence avec un front froid venu du Canada qui la rendent particulièrement dangereuse.


« Ça va être long. Les jours à venir vont être difficiles. Des gens […] vont être tués pendant la tempête », a mis en garde le gouverneur du Maryland, Martin O’Malley.


Les dommages causés par Sandy pourraient s’élever à 10 à 20 milliards de dollars de dégâts, selon le cabinet d’études en gestion du risque Eqecat.


Sandy devrait se faire sentir loin dans les terres. Les montagnes de Virginie occidentale devraient se couvrir d’un mètre de neige tandis que les vagues du lac Michigan, à plus de 1000 kilomètres de l’Atlantique, pourraient atteindre 10 m de hauteur, selon la météo nationale (NWS).


Répercussions au Canada


L’ouragan aura également des répercussions importantes dans plusieurs provinces canadiennes. La tempête doit d’abord frapper le sud de l’Ontario et se déplacer ensuite le long de la vallée du Saint-Laurent pour balayer le sud et l’est du Québec avant de toucher les Maritimes.


Sandy doit déverser sur ces régions de 20 à 50 millimètres de pluie selon les régions. Bien que les risques d’inondations soient très réels, les experts sont surtout préoccupés par les vents violents qui accompagneront le passage de la tempête, avec des rafales pouvant atteindre de 90 km/h à 100 km/h, notamment dans la vallée du Saint-Laurent. Selon le Centre canadien de prévision des ouragans, ces vents étaient à leur paroxysme dans la nuit de lundi à mardi.


Par ailleurs, les risques d’inondations seront accentués dans certaines régions par les vagues qui seront poussées par ces vents. Ainsi, dans les Grands Lacs, Environnement Canada prévoit que ces vagues pourraient atteindre jusqu’à sept mètres dans le sud du lac Huron, alors qu’elles pourraient s’élever jusqu’à neuf mètres le long de la côte de la Nouvelle-Écosse.


Déjà, tous les vols en provenance et en direction des villes du nord-est des États-Unis ont été annulés, de même que plusieurs vols intérieurs au Canada, notamment vers Toronto. De son côté, la Société des traversiers du Québec a annulé certaines liaisons lundi et réévaluera la situation mardi. La société ferroviaire américaine Amtrak a annulé la liaison Montréal-New York lundi, alors que Via Rail entend maintenir ses liaisons en Ontario, au Québec et dans les Maritimes à moins qu’une situation d’urgence ne l’en empêche.


Hydro-Québec, pour sa part, a mis ses équipes d’entretien sur un pied d’alerte et se dit prête à intervenir là où le besoin s’en ferait sentir. Des équipes supplémentaires pourraient être rappelées au travail en cas de besoin. La société d’État a cependant déjà dépêché 25 équipes, soit 50 personnes, au Vermont. L’État américain voisin du Québec en a fait la demande à titre préventif, disant s’attendre à devoir faire face à des pannes multiples.


De son côté, le ministre de la Sécurité publique du Québec, Stéphane Bergeron, a également demandé aux responsables de la Sécurité civile de se préparer à intervenir lors du passage de l’ouragan Sandy. Du même coup, le ministre Bergeron a invité les citoyens à se préparer au passage de la tempête, suggérant aux familles d’avoir en leur possession une trousse d’urgence contenant notamment de l’eau potable, de la nourriture non périssable, un ouvre-boîte manuel, une radio à piles, une lampe de poche, des piles de rechange et une trousse de premiers soins.


Le communiqué du ministère de la Sécurité publique recommande également d’attacher tout ce qui peut partir au vent et de consolider toutes les structures extérieures, telles que les abris d’auto temporaires.

 

D’après La Presse canadienne, l’Agence France-Presse et l’Associated Press