Un nouveau souffle à la lutte contre la pauvreté

Après des années d’essoufflement, le contexte social permet enfin de reprendre le flambeau de la lutte contre la pauvreté, se réjouit le Collectif pour un Québec sans pauvreté qui a lancé, dimanche, un chantier de réflexion pour éradiquer ce fléau social.

« C’est un moment fort pour s’inspirer », lance, en entrevue au Devoir, le représentant du Collectif, Robin Couture. Entre 1998 et 2004, il y a eu tout un mouvement citoyen qui s’est mis en branle pour vaincre la pauvreté. Mais il y a eu une rupture au niveau gouvernemental ces dernières années. Maintenant, le contexte sociopolitique fait en sorte que nous sommes prêts à réfléchir et à remettre sur la carte ce souffle qu’on a pu voir au Québec à l’époque. »


Il s’emballe, encore tout émoustillé par les « six idées qui changent le monde » avancées par les orateurs regroupés au Gesù, à Montréal, dont l’altermondialiste Riccardo Petrella, Laure Waridel et Dan Bigras. « C’est une très grande opportunité pour redonner du souffle à l’idée d’élimination de la pauvreté au Québec […] On sent une grande ouverture, il faut foncer dedans. »


Ce renouveau s’explique, selon lui, par les événements du printemps dernier, qui ont été une « source d’inspiration pour plusieurs mouvements qui ont réalisé que la solidarité finissait par payer », de même que par le mouvement Occupy qui, ayant touché l’imaginaire des gens, leur permet de mieux concevoir les inégalités et de s’en indigner.


Robin Couture se sent d’autant plus confiant pour la suite des choses que les idées mises en avant lors de cette journée de réflexion auront un écho tant à Québec qu’à Ottawa, grâce à la présence de plusieurs élus provinciaux et fédéraux.


La nouvelle députée de Québec solidaire, Françoise David, était présente. Selon elle, la justice sociale a été remplacée par la charité au Québec, alors que l’on s’émeut davantage de la misère des riches que de celle des pauvres, une référence à la récente levée de boucliers suivant l’annonce (révisée depuis) d’une hausse d’impôt pour les nantis.


***
 

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo