Portail des données ouvertes du gouvernement - Un premier pas intéressant, mais timide, juge Québec ouvert

Intéressant, mais timide. L’organisme Québec ouvert, qui fait la promotion des données ouvertes, a salué hier l’effort du gouvernement du Québec qui, la semaine dernière, a amorcé la diffusion sur Internet d’une série de données publiques en format ouvert par l’entremise d’un portail unique (donnees.gouv.qc.ca).

L’espace, qui vise à démontrer la transparence du gouvernement tout en incitant les citoyens à s’approprier ces données pour la création de produits et services en ligne, est toutefois critiqué pour ses limites et ses restrictions dans l’accès à des informations brutes, surtout celles portant sur les contrats et les grands chantiers du gouvernement, a résumé le groupe de pression par voie de communiqué.


« Il est compréhensible de commencer piano pour trouver des repères, explique Québec ouvert dans son analyse de ce nouveau portail d’accès unique aux données du gouvernement, qui a été lancé officiellement jeudi dernier. Il reste toutefois du chemin à faire pour se hisser dans le peloton des gouvernements dits ouverts et pour en faire un outil de transparence gouvernementale. »


Dans l’ensemble, Québec ouvert se dit pas très impressionné par le nombre de jeux de données offerts ainsi au public, nombre qui s’apparente à celui du portail de la Ville de Montréal, dont la politique d’ouverture numérique a précédé celle de Québec et qui n’apporte, au final, rien de nouveau. « Il semble que certaines de ces données étaient déjà disponibles de manière assez directe sur différents sites, notamment sur le site de l’Institut de la statistique du Québec », peut-on lire.


Autre élément de surprise, la structure de certaines données dont les formats informatiques de diffusion pourraient compliquer la tâche des programmeurs qui voudraient s’en servir, particulièrement dans le cas des « tableaux de bord » mis en place par Québec. Dévoilés en grande pompe par Michelle Courchesne il y a quelques semaines, ces tableaux proposent de suivre en temps réel les données de surveillance des structures sous la responsabilité du ministère des Transports du Québec (MTQ), mais également la liste des acteurs impliqués dans les grands chantiers de l’État, les montants des contrats accordés et la liste des sous-traitants. « Cette idée de proposer un tableau de bord passe un peu à côté de la philosophie des données ouvertes, dont l’objectif n’est pas d’avoir des données compilées et formatées, écrit Québec ouvert. Il est probable que ces informations sont stockées dans une base de données ; alors, pourquoi ne pas l’ouvrir ? », se demande le groupe dans cette dénonciation d’une certaine manipulation de ces données par le gouvernement.

 

Gouvernance 2.0


Le lancement de ce guichet unique pour accéder aux données ouvertes du gouvernement, tout en s’inspirant de projets similaires orchestrés autant à Ottawa qu’ailleurs dans le monde, vient concrétiser une des recommandations du rapport Gautrin sur la gouvernance 2.0. Piloté par le député libéral Henri-François Gautrin, ce rapport, qui a été rendu public le printemps dernier, proposait à Québec de prendre véritablement le virage de la transparence en inscrivant désormais sa mission dans les univers numériques. Les données ouvertes se retrouvent au coeur de cette stratégie en permettant aux citoyens de suivre les activités du gouvernement. De plus, ces données s’inscrivent également dans une politique de réduction des dépenses en remettant dans les mains des citoyens le développement d’applications visant à favoriser la participation citoyenne, à améliorer les services aux citoyens et leur accès à l’information publique.