Des milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Montréal et de Québec

Des manifestants se sont regroupés dans les rues de Montréal et de Québec aujourd'hui.
Photo: - Le Devoir Des manifestants se sont regroupés dans les rues de Montréal et de Québec aujourd'hui.

Les associations étudiantes se sont regroupées aujourd’hui dans les rues de Montréal et de Québec, conviant une fois de plus les Québécois à dénoncer la hausse des droits de scolarité et la loi 78.

La marche organisée à Montréal s'est mise en branle un peu après 14 h, à la Place du Canada. Quelques milliers de manifestants se trouvaient sur place au début du rassemblement, une initiative de la Coalition large de l'association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE). Plus de 8000 personnes avaient confirmé leur présence sur la page Facebook de l'événement.





« C'est le début de l'été, on vient mobilisés, on vient manifester à Montréal [...] pour montrer que la mobilisation ne s'essouffle pas, au contraire », a déclaré la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins, avant le début de la marche.

« Lorsqu'on a des manifestations qui regroupent énormément de gens, ça nous permet de démontrer qu'il y a encore beaucoup de soutien à la cause, ça permet d'accentuer le soutien et justement de prévoir, dans le cadre des prochaines élections, un vote massif des jeunes, qui feront vraiment le changement au Québec », a-t-elle ajouté.

Mme Desjardins a en outre indiqué que le mouvement de contestation pourrait prendre une forme différente au cours de l'été. « Il faut comprendre que les étudiants vont travailler durant le jour, et donc, on change un peu la mobilisation. C'est pourquoi on veut aller à la rencontre des citoyens un peu plus », a-t-elle dit.

Déjà, les manifestants se sont présentés aux Francofolies pour y distribuer des carrés rouges, ce qu'ils prévoient continuer à faire dans les autres festivals d'été de la métropole. Les regroupements étudiants veulent aussi personnaliser leur approche auprès de la population et projettent même de faire du porte-à-porte dans les circonscriptions où les libéraux ont été élus par de faibles majorités dans le passé, a expliqué Mme Desjardins.

Présent à la manifestation de Montréal, le député de Québec solidaire Amir Khadir a refusé de voir un élément négatif dans le fait que les manifestations nocturnes de la métropole sont moins importantes depuis quelques semaines. « Tout le monde a droit à un peu de vacances, a-t-il opiné. Ceux qui comptent sur l'essoufflement du mouvement, je pense, vont se tromper. Ils ont compté sur l'essoufflement et la division du mouvement pendant des mois et des mois et ils ont entraîné le Québec dans le cul-de-sac qu'on connaît aujourd'hui. « Ceux qui prennent du repos aujourd'hui, c'est pour mieux rebondir en août et en septembre, et ils vont le faire de manière pacifique, de manière solide et très énergique », a dit le député.

À Québec: dans les rues contre le règlement municipal


Pendant ce temps à Québec, les militants se rassemblaient devant l'Assemblée nationale. Une grande marche devait suivre; elle sera aussi une occasion de protester contre l'adoption, par la Ville de Québec, du règlement municipal qui encadre les manifestations. La nouvelle législation interdit les attroupements publics entre 23 h et 5 h.

Le secrétaire général de la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ), Paul-Émile Auger, a déploré l'adoption de ce règlement. Selon lui, rien ne justifie de resserrer des règles et d'empiéter sur les droits des manifestants puisque Québec est une ville pacifique où il n'y a pas eu de violence, ni de casse.

La manifestation nationale de vendredi est la quatrième du genre à être organisée, après les grandes marches des 22 mars, 22 avril et 22 mai.

Pour une médiation

Par ailleurs, le Regroupement des organismes de justice alternative (ROJAQ) a déploré aujourd'hui par voie de communiqué l'adoption de la loi 78 et s'inquiète des mesures qui y sont prévues. L'organisme déplore également que «le gouvernement ait tardé à s'asseoir avec les étudiants afin d'entreprendre des discussions, permettant ainsi au conflit de prendre de l'ampleur.»

Enfin, le ROJAQ demande que soit décrété un moratoire qui étudierait la question des frais de scolarité et l'évaluation de toutes solutions. «Lorsque la négociation n'aboutit plus, il est primordial de recourir à l'expertise de médiateurs afin de favoriser les discussions et de parvenir à une entente. Cette avenue nous semble de loin préférable à la judiciarisation du conflit», insiste-t-on dans le communiqué.

À voir en vidéo