L'opération Marteau frappe en Montérégie: 11 personnes sont arrêtées

Robert Lafrenière a rappelé que la collusion nuit à la concurrence en favorisant un petit nombre d'entreprises plutôt que les nouveaux joueurs qui tentent de se faire un place dans le marché.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Robert Lafrenière a rappelé que la collusion nuit à la concurrence en favorisant un petit nombre d'entreprises plutôt que les nouveaux joueurs qui tentent de se faire un place dans le marché.

Onze personnes ont été arrêtées ce matin lors d'une frappe de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) à Saint-Jean-sur-Richelieu et dans ses environs, en Montérégie. Au total, 77 chefs d'accusation ont été déposés contre neuf entreprises pour de présumées infractions au code criminel et à la loi fédérale sur la concurrence.

Il s'agit notamment d'abus de confiance, d'avoir influencé un fonctionnaire municipal, de fraude envers le gouvernement, de production et utilisation de documents contrefaits, d'avoir accepté une récompense, d'extorsion ainsi que de complot.

Les policiers de l'opération Marteau procédaient depuis 6h ce matin à une série d'arrestations à Saint-Jean-sur-Richelieu et les environs.

L'opération policière menée sous l'égide de l'UPAC se fait en collaboration avec le Bureau de la concurrence du Canada. L'enquête a été ouverte au printemps 2011 et avait conduit à des perquisitions le 27 avril 2011 [les premières de l'UPAC qui venait tout juste d'être mise sur pied]. L'hôtel de ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, les carrières Bernier et P. Baillargeon ainsi que les entreprises CIVBEC — spécialisées dans l'excavation — et  Construction Beaudin et Courville (CBC) étaient alors dans la mire des policiers.
 
Le président de CIVBEC, Pasquale Fedele, a été arrêté en mai dernier et accusé de fraude dans le scandale immobilier du Faubourg Contrecoeur. M. Fedele est un ancien vice-président de la firme Catania visée dans ce même dossier.
 
Lors du point de presse de la Sûreté du Québec ce matin pour expliquer l'opération, le commissaire Robert Lafrenière a rappelé que la collusion nuit à la concurrence en favorisant un petit nombre d'entreprises plutôt que les nouveaux joueurs qui tentent de se faire un place dans le marché.
 
L'opération survient alors que la dernière journée d'audience publique de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction (Commission Charbonneau) se tient aujourd'hui. L'ancien chef de l'unité anticollusion du ministère des Transports (MTQ), Jacques Duchesneau, terminera son témoignage ce matin. Il sera contre-interrogé par l'avocat représentant le MTQ. 

Avec La Presse canadienne
3 commentaires
  • Franklin Bernard - Inscrit 21 juin 2012 11 h 27

    «Opérations mains propres»?

    Oubliez ça. C'est «Opération on s'en-va bientôt en élections, faut faire croire qu'on s'occupe de la corruption.»

    Enquête et perquisitions en avril 2011, et opération policière... plus d'un an plus tard?

    L'opportunisme électoral des troupes à John James n'aura bientôt plus de bornes. Voilà que ces messieurs/dames se soucient tout à coup de problèmes qu'ils ont «négligés» (pour ne pas dire pire) depuis près de 10 ans.

    Ne nous prenez pas pour des épais, s'il vous plait.

  • André Vallée - Inscrit 21 juin 2012 11 h 31

    le frein, le smog, le mirage

    Le frein: JJCee a tout fait pour retarder la formation de la Commission afin que ça ne nuise pas à sa réélection.
    Le smog: JJCee a tout fait pour que la protestation des étudiants sur l'augmentation des droits de scolarité traîne et s'envenime afin de détourner l'attention de la population et se faire du capital politique.
    Le mirage: JJCee fait tout pour avoir l'air de défendre le français alors qu'il s'en fiche depuis toujours, comme le veut son électorat.

    • Huguette Durocher - Inscrite 21 juin 2012 11 h 59

      Vous avez raison, Charest est un fin manipulateur.

      J'ose imaginer son arrogance envers le peuple Québécois s'il remporte les prochaines élections.
      De plus, il c'est déjà donné beaucoup de pouvoir mais là il va les utiliser à son maximum. (Ententes et contrats secrets et mettre le peuple Québécois à genous par des lois)
      Malheur à nous !
      Huguette Durocher