Train Montréal-New York: vers un poste de douanes américaines à la Gare centrale?

Washington — Des sénateurs américains pressent l'administration Obama d'accorder rapidement le feu vert à l'ouverture d'un poste de douanes et immigration à la Gare centrale de Montréal, une mesure qui améliorerait le service de train reliant la métropole québécoise à la ville de New York, l'État du Vermont et la région de Washington, D.C.

Les quatre sénateurs ont fait parvenir une lettre à la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, et à la secrétaire à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, soulignant l'importance d'ouvrir un tel poste, et affirmant que les liens économiques entre le Canada et les États du Vermont et de New York s'en trouveraient renforcés.

Des douaniers américains et canadiens seraient chargés de faire un contrôle préliminaire de sécurité pour les passagers voyageant en partance de la Gare centrale de Montréal pour les États-Unis.

L'idée est discutée de part et d'autre de la frontière depuis des années, mais une nouvelle charge a été lancée pour faire avancer le dossier par des élus d'États, les responsables de la compagnie Amtrak et les agences fédérales des deux pays.

Attente sur les rails

Un déplacement en train entre Montréal et New York nécessite au moins 11 heures, incluant des délais pouvant s'étirer jusqu'à deux heures pour la vérification des documents de voyage des passagers une fois arrivés à la frontière, le train immobilisé.

Cet appel a été lancé par les sénateurs démocrates de New York Charles Schumer et Kirsten Gillibrand, leur collègue du Vermont Patrick Leahy, et un sénateur indépendant du même État, Bernie Sanders. Selon eux, ce poste de douanes à la Gare centrale de Montréal pourrait entraîner une création d'emplois et des occasions d'affaires pour les deux pays.

L'an dernier, le président américain Barack Obama et le premier ministre Stephen Harper avaient dévoilé en grande pompe une entente devant faciliter les déplacements à la frontière entre les deux pays.

3 commentaires
  • Pascal Robert - Inscrit 29 mai 2012 17 h 30

    Enfin!

    Je suis allé à NYC par train en novembre 2010, et on a attendu 90 minutes à la frontière, le temps que les douaniers américains demandent les papiers à chaque voyageur. Sauter l'arrêt à Saint-Lambert (c'est déjà dans les plans) et avoir les douanes à la Gare Centrale permettrait de sauter un bon deux heures au voyage.

  • Frédéric Chiasson - Inscrit 29 mai 2012 22 h 36

    On espère des douaniers moins pénibles

    Avoir des douaniers américains à la Gare centrale fait du sens. On espère seulement qu'ils seront moins pénibles que plusieurs autres postes douaniers américains. Moi-même et plusieurs de mes collègues ont subi des interrogatoires où on nous répétait inlassablement les mêmes questions, pour voir où on allait se fourvoyer, sans compter les fouilles aléatoires tombant sur n'importe qui sans raison.

    Tout ça enlève littéralement le goût d'aller aux États-Unis. Il y a quand même des limites à être traité gratuitement comme un criminel.

  • Bernard Terreault - Abonné 30 mai 2012 09 h 59

    C'est comme ça partout avec les Américains

    Même chose en avion si on fait une escale aux ÉU en revenant d'ailleurs dans le monde: il faut sortir les bagages et refaire la file, délai de plusieurs heures. Les Américains ont la phobie de 1) les terroristes déguisés en paisibles citoyens, 2) les importateurs de drogue, 3) les travailleurs illégaux. Pourtant ce sont eux qui créent ces problémes : pour 1) en intervenant partout dans les affaires des autres; pour 2) en étant de loin les plus grands consommateurs de drogues; pour 3) en employant eux-mêmes illégalement ces gens!