Utilisation frauduleuse d'un ordinateur: un enquêteur du SPVM reconnu coupable

Un enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Mario Lambert, vient d'être reconnu coupable d'avoir utilisé frauduleusement un ordinateur pour accéder à des renseignements sensibles.

M. Lambert risque la destitution. Ses proches et lui sont abasourdis par le verdict rendu ce matin par le juge Jean-Pierre Dumais. «Je n'en reviens pas», a-t-il répété.

Mario Lambert est un enquêteur aux crimes majeurs qui comptait plusieurs informateurs et sources dans son réseau de contacts. Ses ennuis ont commencé en avril 2009, après que deux sources du SPVM eurent indiqué au sergent détective Philippe Paul, du SPVM, qu'elles connaissaient des membres du crime organisé capables d'obtenir des informations du Centre de renseignements policiers du Québec (CRPQ), une base de données confidentielle.

Une deuxième source a corroboré ces informations. Le suspect était un haut gradé de la place Versailles, où travaillent les enquêteurs des crimes majeurs. Il n'exigeait aucune compensation pour les informations transmises.

Les enquêteurs ont crée des fausses plaques d'immatriculation avec des données nominatives fictives dans le CRPQ. Ils ont ensuite demandé aux sources de vérifier si elles pouvaient obtenir les renseignements en question. Seul Mario Lambert à accédé au CRPQ pour trouver les informations. Comme les données étaient fictives, il pouvait difficilement justifier la consultation du CRPQ à des fins d'enquête.

Le juge Dumais n'a d'ailleurs pas cru son témoignage. Les audiences en détermination de la peine auront lieu le 6 juillet.