Du soutien administratif pour les procureurs

Le ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier, poursuit la mise en oeuvre de son plan d’amélioration des conditions de travail des procureurs de la Couronne avec l’embauche de 126 employés de soutien et une réorganisation des services régionaux.

M. Fournier applique les recommandations du rapport d’André Dicaire, mandaté à la suite du conflit de travail avec la Couronne pour revoir l’organisation et l’encadrement administratif au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).


Le ministre met en place un réseau intégré de services qui permettra aux procureurs en région de bénéficier d’un meilleur soutien. L’embauche de 126 nouveaux employés (85 techniciens en droit et 41 employés de soutien) permettra aux procureurs de se consacrer pleinement à leurs tâches juridiques et d’être libérés des tracasseries administratives et de la recherche. Un service centralisé de recherche juridique sera lancé, en conformité avec les souhaits exprimés de longue date par l’Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales du Québec. Le président de l’Association, Christian Leblanc, ne cachait pas sa satisfaction.


Depuis l’adoption d’une loi spéciale qui a forcé les procureurs à reprendre le travail après une grève de deux semaines, en février 2011, le ministre Fournier s’est employé à rehausser leurs conditions de travail par la porte arrière. Ses efforts ont culminé par la signature d’une nouvelle entente l’automne dernier. « Il y a eu une amélioration de nos conditions de travail. Notre capacité de recruter des candidats a augmenté, et l’ambiance dans les bureaux est meilleure. C’est un changement majeur dans notre organisation », a dit Me Leblanc.


Les effectifs globaux du DPCP passeront à 985 personnes avec l’annonce d’hier, en hausse de 47 % par rapport à la situation qui prévalait au lendemain de la grève.


L’annonce d’hier s’inscrit dans la foulée du plan accès justice, doté d’une enveloppe de 5,8 millions pour l’année en cours.


M. Fournier a répété hier qu’il avait toujours eu l’intention d’améliorer les conditions de travail des procureurs de la Couronne. L’adoption de la loi spéciale ne visait pas à clore les discussions, mais à permettre le bon fonctionnement des tribunaux, a-t-il dit. « J’ai bon espoir qu’on assiste à un nouveau jour. On règle les tensions du passé », estime M. Fournier.

À voir en vidéo