La SQ estime que son opération lors de l'émeute à Victoriaville a été réussie

La Sûreté affirme cependant qu'en aucun cas ces projectiles sont tirés en direction de parties vitales ou de la tête et que l'on ne tire jamais à l'aveuglette. En tout, cinq policiers formés pour utiliser ces armes ont tiré 33 projectiles.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La Sûreté affirme cependant qu'en aucun cas ces projectiles sont tirés en direction de parties vitales ou de la tête et que l'on ne tire jamais à l'aveuglette. En tout, cinq policiers formés pour utiliser ces armes ont tiré 33 projectiles.

La Sûreté du Québec (SQ) rejette toute responsabilité pour l'intervention qui a fait trois blessés graves lors de l'émeute survenue à Victoriaville en marge du congrès du Parti libéral. «Cette opération a bien été», assure le capitaine Jean Finet.

La SQ est tellement confiante de la probité des agents sur place qu'elle ne juge même pas approprié de confier l'enquête à un autre corps policier, comme c'est le cas lorsqu'une intervention fait des morts ou des blessés graves. Le pouvoir d'ordonner la tenue d'une enquête indépendante revient au ministre de la Sécurité publique.

Au cours des derniers jours, la SQ a rencontré deux des blessés, et elle a sollicité l'expertise d'un pathologiste pour évaluer la nature des blessures qui ont coûté un œil à Maxence Vallade.

Le capitaine Finet est catégorique: les blessures subies par cet étudiant collégial sont trop importantes pour avoir été causées par l'un des 33 projectiles de caoutchouc tirés par les agents de la SQ vendredi dernier.

Quant à Dominique Laliberté, blessée à la mâchoire, elle se trouvait trop loin pour avoir été atteinte par les tirs.  

Pour Alexandre Allard, qui a subi un traumatisme crânien et une lacération à l'oreille, le pathologiste est incapable de tirer de conclusion définitive sur la nature des projectiles qui l'ont atteint.

«En aucun temps, nos policiers n’ont tiré ou visé les parties vitales ou la tête de qui que ce soit», assure M. Finet.

La SQ a arrêté 110 personnes à lors de cette émeute «la plus violente depuis le Sommet des Amériques». L'enquête se poursuit toujours avec la collaboration de la police de Montréal, et d'autres émeutiers, qualifiés de «criminels et de bandits» par M. Finet, pourraient être arrêtés.
31 commentaires
  • Olivier Rene - Inscrit 10 mai 2012 13 h 40

    Des policiers formés!

    À voir la photo, c'est vrai qu'il faut être sacrément bien formé pour viser avec justesse lorsque l'on porte un masque et une visière et que l'on tiens une arme au niveau de le poitrine. Ajouter à cela la panique du moment et l'agitation collective et toute les conditions sont réunies pour que la réalité des faits s'éloignent du protocole d'intervention du manuel de police.

    J'aimerais que des représentants de la SQ aient l'humilité de dire que ça se peut que la police soit reponsable des blessures imposées par balles (sinon pourquoi ça ferait partie de l'arsenal d'intervention). En défendant corps et âme les actions de la police (pour ne pas dire en être fier!), je crois qu'on accentue la perte de confiance envers les agents de la PAIX.

    Olivier René

    • Arnaud ESTRADE - Inscrit 10 mai 2012 16 h 39

      Bonsoir,


      En voyant ces images il semble que la police quebecoise(je n'ose pas écrire votre police) est aussi habituée à un soit disant "maintient de l'ordre" musclé et à une (certaine) impunité.

      Finalement leur comportement ressemble à celui des C.R.S(compagnies "républicaines" de sécurité membres de la Police nationale française) ou des gendarmes mobiles (qui sonc des militaires, présentement rattachés au ministère de l'Intérieur, toujours en France).




      Indignez vous!


      Non aux violences policières où quelles soient!


      Demandez que la justice passe!


      Demandez le renvoi ou la révocation(c'est à dire un renvoi assorti d"une suppression des droits à la retraite/pension) des responsables éventuels.


      Arnaud Estrade

      Région parisienne

      France


      Ancien policier auxiliaire(c'est à dire appelé* ayant servi dans La Police nationale française, pendant le service national).

      *Ou encore conscrit



      Bonne fin de semaine quand même.

  • François Toutée - Inscrit 10 mai 2012 14 h 00

    Une mauvaise foi éceurante

    Je n'ai jamais été aussi dégouté par des déclaration des forces de l'ordre. Pas seulement dans cet article, mais d'autres commentaires du Lt Brunet et de Robert Dutil, le clown de la sécurité.

    Les policiers ont arrosé de gaz une foule sans la prévenir de se disperser, une foule qui comprenait des enfants et des personnes agées. Les policiers ont tiré des balles de plastiques à travers le rideau de fumée, puis affirment à tout va qu'ils ne visent jamais au hasard. Les policiers ont empêchés l'ambulance d'atteindre les blessés, ont insultés les medicins bénévoles, ont obligé par des charges massives le déplacement de blessés avec des fractures craniennes et ont failli écraser des manifestants avec leurs véhicules.

    Et ces faux-culs se croient encore digne de pavaner en vantant leur travail? En affirmant que les blessures ont sûrement été causés par des "balles de golf qui rebondissent" ou des boules billards lancés dans la foule par qulequ'un qui viserait les policiers? Je suis absolument dégouté, tout ça me donne envie de vomir. Et Charest qui soutient que tout s'est passé comme prévu avec son arrogance habituelle ... les policiers ont failli faire trois morts et tout s'est bien passé? Depuis le début du conflit, trois étudiants verront leur vie foutue en l'air et tout s'est bien passé?

    Et finalement, comme pour faire une finale absurde à ce carnaval d'hypocrisie, on nous dit que "La SQ est tellement confiante de la probité des agents sur place qu'elle ne juge même pas approprié de confier l'enquête à un autre corps policier, comme c'est le cas lorsqu'une intervention fait des morts ou des blessés graves."

    Mais dans quelle pays vivons nous???

  • France Marcotte - Inscrite 10 mai 2012 14 h 32

    Va savoir

    La tête n'est jamais visée mais tous les blessés graves sont blessés à la tête.
    Soit la police n'atteint pas ce qu'elle vise, comme lorsqu'on se ne sait pas bien tirer, soit elle sous-entend que ces étudiants ont étét blessés par les leurs.

    Et sans enquête indépendante, qu'adviendra-t-il de la vérité?

    • Solange Bolduc - Inscrite 10 mai 2012 15 h 02

      Tout à fait d'accord, car avant de faire avouer à un corps policier qu'il se pourrait qu'il y ait eu bavure de leur part, vous risquez d'attendre longtemps.

      Il se pense si fort et si parfait avec leur attirail blindée!

  • Marie-Ève Lajeunesse - Abonné 10 mai 2012 14 h 36

    J'ai un malaise avec les conclusion tirée par la SQ au sujet des blessures subies par Monsieur Vallade. Si les armes à létalité réduite utilisées par les corps de police ne sont pas suffisament puissantes pour causer ses blessures, est-ce assumer que des armes plus dangeureuses encore ont été utilisées, implicitement par les manifestants et manifestantes?
    Des projectiles identiques à ceux utilisés par la SQ ont faits, si ma mémoire est bonne, 5 morts aux États-Unis. Je doute fortement des affirmations de la SQ et je continue de croire que les balles de plastique sont extrêmement dangeureuses et devraient être sévèrement règlementée, sinon proscrites. La rapidité avec laquelle les policiers rejettent leur culpabilité me surprend un peu et je doute de leur bonne foi. Et que dire de leur refus d'être enquêté par un autre corps de police? Excusez mon sceptisisme, mais il me faudra du temps pour retrouver ma confiance à l'égard de la SQ.

  • Guy Massicotte - Inscrit 10 mai 2012 14 h 41

    Émeute

    Une manifestation n'est pas une émeute.

    Et comment les policiers de la SQ sauraient-ils mieux viser que les policiers de la Ville de Montréal qui tuent des citoyens à trois contre un non-armé. N'ont-ils pas la même formation.