Mutation postale à Montréal

La « transformation postale » arrive dans la région montréalaise, ce qui risque de modifier l’heure de réception du courrier dans certaines zones.

Depuis 2010, le traitement des envois postaux se transforme peu à peu dans les grandes villes canadiennes. Winnipeg, Hamilton, Vancouver et Calgary ont déjà intégré les changements.


Postes Canada a notamment acheté des machines qui trient le courrier en fonction des itinéraires de livraison, alors qu’auparavant, les facteurs le faisaient manuellement. En outre, la livraison se fait à l’aide d’une camionnette plutôt qu’à pied, suivant le nouveau modèle d’organisation du travail, et deux vagues de départs des facteurs sont lancées chaque matin.


Laval, Pointe-Claire, Dorval et Anjou sont déjà entrées dans le nouveau système. Mais les facteurs du centre-ville de Montréal y passeront lundi. « À cause des deux vagues de livraison, si tu recevais toujours ton courrier à une heure de l’après-midi, ça va peut-être changer de quelques heures, soit avant, soit après », a expliqué la porte-parole de Postes Canada, Anick Losier.

 

Facteurs inquiets


Les facteurs sont inquiets à l’approche de l’implantation au centre-ville. Le président de la section locale du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, Alain Duguay, pense que « ça ne marchera pas ». « Le volet stationnement ne fonctionne pas ; c’est difficile de se stationner. En plus, on sait que l’hiver, le centre-ville est très mal déneigé, ça va être encore plus difficile. On constate que les machines ont de gros problèmes aussi. Je vous préviens, des lettres ne seront pas livrées. »


Postes Canada réplique que les façons de faire seront adaptées dans les quartiers denses pour régler les problèmes de stationnement. En ce qui concerne la livraison, on assure que le bilan des premières implantations est positif.


La société vise à réduire les coûts de distribution : d’ici la fin de la modernisation, en 2017, des économies annuelles de 250 millions seront générées, selon les prévisions. Les changements pourraient aussi ouvrir la porte à de nouvelles opportunités, comme la livraison à domicile de colis.


En 2011, Postes Canada a enregistré une baisse de 3,6 % du courrier de base, ainsi que des pertes de 188 millions de dollars.