2112 - Où sera l'humanité dans un siècle?

«C'est frappant dans les prévisions faites aujourd'hui, souligne le philosophe Benoît Castelnérac, qui partage son savoir au Département de philosophie de l'Université de Sherbrooke. La technologie est aujourd'hui usée aux yeux des gens. Et quand elle est bonne, elle s'accompagne de maux, d'effets pervers...», aux perspectives forcément dérangeantes.
Photo: Source: NASA «C'est frappant dans les prévisions faites aujourd'hui, souligne le philosophe Benoît Castelnérac, qui partage son savoir au Département de philosophie de l'Université de Sherbrooke. La technologie est aujourd'hui usée aux yeux des gens. Et quand elle est bonne, elle s'accompagne de maux, d'effets pervers...», aux perspectives forcément dérangeantes.

Voyage dans le temps. Fin janvier, Le Devoir a invité ses lecteurs à se projeter dans l'avenir pour imaginer la vie sur Terre loin d'ici, en 2112. Politique, santé, relations humaines, transport, géopolitique, environnement... quel état des lieux est envisagé, rêvé ou même craint dans 100 ans? Vous avez été près de 800 à répondre.

«Un grand silence...» L'appel a été entendu et la toute première prévision à apparaître dans la boîte de courriels du Devoir aura été pour le moins troublante.

Les trois mots ont été posés sur le papier numérique par Martin dans les minutes qui ont suivi la publication de l'invitation lancée à nos lecteurs le 31 janvier dernier de se projeter dans le futur, soit dans 100 ans exactement, en 2112. Il regarde la Terre à un siècle de là et annonce... sa disparition pure et simple. Sombre prospective.

Le regard pessimiste de cet homme du présent sur l'avenir de l'humanité aurait pu être anecdotique. Que non! Il sera plutôt annonciateur d'une série de prévisions qui, dans la grande majorité, construisent un monde dans lequel il ne fera pas forcément bon vivre, même si les générations montantes et celles à venir ne pourront, sauf accident de parcours, y échapper.

«La planète sera victime d'une surpopulation qu'aucune mesure n'aura réussi à contrôler», écrit Bernard. «La nourriture sera artificielle et chère», ajoute Lise, une enseignante qui a soumis la question à ses élèves en classe. «L'eugénisme sera chose du quotidien: les meilleurs ovaires et les meilleurs spermes seront utilisés», résume Stéfanie. «Au Québec, le français est seulement enseigné comme langue seconde. On officialise ainsi la fin de l'aventure francophone en Amérique», envisage Jean.

Dis-moi comment tu vois ton futur et je te dirais comment tu te sens aujourd'hui. La forme de psychanalyse est connue. Appliquée au Québec de 2012, elle donne toutefois des résultats qui témoignent, au terme de cet exercice futurologique collectif, d'un état d'esprit du présent pas très joyeux et particulièrement angoissé.

«C'est un peu comme si notre imaginaire collectif était dans un cul-de-sac», résume à l'autre bout du fil Samuel Archibald, professeur au Département d'études littéraires de l'UQAM et élément réflexif du Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire à qui Le Devoir a soumis un résumé des centaines de prévisions formulées par nos lecteurs. «La vision de l'avenir est beaucoup plus apocalyptique qu'au début du siècle dernier. Ce n'est pas étonnant. Mais ce n'est pas non plus très réjouissant.»

La différence est en effet criante et il suffit de se plonger dans les visions du futur de l'ingénieur américain John Elfreth Watkins exposées dans les pages du Ladies' Home Journal d'Indianapolis en 1900 pour s'en convaincre. Un quotidien de cette ville a eu la bonne idée de ramener le futurologue à notre bon souvenir au début de cette année, pour souligner la justesse de ses prévisions. Cela a donné du coup l'idée à la British Broadcast Corporation (BBC) de Londres — la Radio-Canada des Britanniques —, puis au Devoir, de réaliser le même exercice de réflexion en mettant leur public respectif à contribution.

Retour dans le futur de ce passé: depuis le début de son XXe siècle naissant, Watkins voit en effet l'an 2000 avec un optimisme réjouissant: les maisons seraient climatisées par des robinets d'où sortiront air chaud et air froid, les moustiques auront disparu, les photos pourront être «télégraphiées», les communications sans fil seront possibles partout sur la planète, les trains iront à grande vitesse et les fraises seront aussi grosses que les pommes. On résume.

Pour lui, la vie 100 ans plus tard allait être plus facile, la faute à l'électricité, à la fin du charbon et à l'innovation qui, dans toutes les sphères de l'activité humaine, ne pouvait qu'annoncer des temps meilleurs.

Un optimisme envolé


«C'était la belle époque, résume l'historien Jacques Ruelland qui enseigne au Département d'histoire de l'Université de Montréal. Nous étions encore à ce moment-là dans la philosophie positiviste d'Auguste Comte [dont la leçon inaugurale a été présentée en 1850 à Paris]. Les gens croyaient que la science allait tout expliquer et surtout régler tous les problèmes.»

Et puis il y a eu deux guerres mondiales, une pandémie de grippe dite espagnole, Hiroshima, Auschwitz, la guerre froide, des chocs pétroliers et surtout un réveil brutal en un siècle quant aux dérives du progrès et à l'impossibilité chronique de l'humanité de faire continuellement le bien.

«C'est frappant dans les prévisions faites aujourd'hui, souligne le philosophe Benoît Castelnérac, qui partage son savoir au Département de philosophie de l'Université de Sherbrooke. La technologie est aujourd'hui usée aux yeux des gens. Et quand elle est bonne, elle s'accompagne de maux, d'effets pervers...», aux perspectives forcément dérangeantes.

Les prévisions touchant l'environnement, mais aussi les avancées dans le monde de la communication, résument facilement l'équation. «La rareté de l'eau potable obligera une réduction des troupeaux d'animaux pour consommation humaine», écrit François. «L'humanité est réduite à 3 milliards d'individus, l'autre moitié ayant succombé aux nombreuses catastrophes naturelles», ajoute Benjamin. «Sous le principe de la protection de l'humanité, les autorités pourront mettre sous surveillance toutes [nos] communications si elles jugent que l'on peut représenter un risque pour la société», prévient Julien.

«Le présent projeté dans l'avenir a l'air très angoissant, commente M. Castelnérac. On est pris entre la qualité de vie que nous offre le progrès et les conséquences néfastes à long terme. Ce qui rend la vie agréable pollue. On craint de devoir s'en priver. Et ça rend pessimiste.»

Des lueurs d'espoir

L'avenir semble «bloqué», dit Samuel Archibald, mais pas partout et pas chez tous, comme en témoigne une poignée de prévisions plus positives que d'autres. Surtout quand elles posent leur anticipation sur les domaines des transports et de la santé «où l'on semble garder un peu de merveilleux et d'enthousiasme», remarque l'universitaire.

Morceaux choisis: «Les voitures n'auront pas besoin d'essence: elles utiliseront l'énergie solaire», écrit Lise. «Nous serons capables de voyager sans nous déplacer», ajoute Denis. «Sur les routes, l'asphalte aura été remplacé par le caoutchouc. Les voitures seront toutes électriques», prédit Raymond. «Une meilleure compréhension du génome humain et de son fonctionnement permet de faire repousser n'importe quel organe déficient, de lutter contre les maladies dégénératives et de guérir la plupart des maux», envisage Christophe. «Notre espérance de vie sera de 120 ans et on aura trouvé des façons de retarder le vieillissement», dit Marysol.

Dans cette liste de bonnes choses qui pourraient arriver, Gabriel va même plus loin: «Les gens seront informés, éduqués et sages, car la mémoire de tous les ancêtres aura été téléchargée dans leur cerveau.» Olivier, lui, se met à rêver «d'ordinateurs quantiques» capables «de contrôler la météo, la criminalité, l'économie, la biologie...» Des pépites d'espoirs qui viennent contredire la vision catastrophiste de Martin, ce premier lecteur à avoir annoncé la fin du monde en 2112. Et pour cause: comme le veut la formule consacrée, pour avoir de l'espoir, il faut forcément... de la vie.
37 commentaires
  • Godfax - Inscrit 7 avril 2012 05 h 10

    L’avenir se nourri des rêves d’aujourd’hui

    Ce constat absolument catastrophique est bien la preuve qu’un pessimisme culturelle profond c’est installé dans les esprits au travers de toute les idéologies contemporaines. Ce développement est dû au malthusianismes et autres extrapolations fataliste issu du l’école positiviste et de la dénaturation du sens de la liberté (qui vidé de principe se retrouve prisonnière de la logique du rapport de force)

    La seul idéologie aujourd’hui qui pense en terme d’avenir et de génération future est l’écologisme. Or parler de fixer l’optimum démographique du monde par une gouvernance mondiale on a vu plus sexy. L’écologisme moderne admet que l’humanité a une limite à son développement... Depuis le Club de Rome cette notion nihiliste a contaminé l’ensemble du systèmes scolaire et universitaire. On parle donc maintenant de gestion de contraction et non plus d’avenir. Toute la pensé méta macro économique des 30 glorieuse a été pulvérisé par ce pessimisme brutale et comptable.

    L’humanité a tout en son pouvoir pour assurer la dignité de son existence car il sait transformer les désavantages en avantages. Son potentielle est simplement inimaginable et ne peut être arrête; il est simplement ralentie par l'ignorance, la peur et le pessimisme culturel.

    L’avenir technologique ne peut pas non plus être imaginé par extrapolation linéaire des technologies disponible à un moment donnée car le propre de l’humain est justement de faire des sursaut imprévisible. L’humanité c’est le vivant qui a pris conscience du passé ,de l’avenir et de lui même. Cette faculté lui permet d’être maitre de son destin dans le meilleurs des mondes possible. À condition bien entendu qu’il puisse entretenir un enthousiasme responsable envers les générations future, donc qu’il cesse de se voir comme l’odieux cancer de la biosphère. Nous somme une grandes révolutions; une force créative et dynamique capable du meilleur; ass

    • France Marcotte - Inscrite 8 avril 2012 02 h 59

      Votre commentaire est bien séduisant mais plusieurs de vos affirmations sont nébuleuses, demanderaient à être démontrées.
      Survivraient-elles à plus de clarté?

    • b_deshar - Abonné 9 avril 2012 19 h 30

      Vous faites un acte de foi difficile à justifier.

  • Sanzalure - Inscrit 7 avril 2012 07 h 51

    Prévoir ou vouloir

    On a demandé aux gens : «Que pensez-vous qu'il va arriver ?»

    On aurait eu de bien plus intéressantes réponses si on leur avait demandé : «Que voudriez-vous qu'il arrive ?»

    Serge Grenier

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 7 avril 2012 08 h 32

    Les Chinois

    Dans 100 ans, les Chinois auront-ils mis fin à l’islamisme ?

    • Michel Simard - Inscrit 9 avril 2012 10 h 47

      Très bon commentaire. Et ce sera peut-être autre chose que des Chinois et des Islamistes.

  • Denis Paquette - Abonné 7 avril 2012 09 h 10

    Merci

    Merci M. Deglise, j'aime beaucoup votre conclusion lorsque vous dites:« L’histoire n’a jamais été qu’une vielle dame qui bégaie et apprend assez peu de ses errements » ( Fabin Deglise journaliste québécois, Le devoir) J'ai envie d'ajouter s'il y a tres lontemps, nous avons pus apprendre a penser et a parler, souhaitons que des miracles semblable puissent encore se produire, pourquoi pas. J'ai envie de dire:Nous ignorons tout de la finalité, peut etre disparaitrons nous, dans notre forme actuel, mais, quand la matiere s'est transformée pour devenir de la vie, elle a accomplie, un bien grand miracle, tellement vaste que nous avons du mal a le comprendre. Vous savez, tous les animaux toutes les plantes, font parti de notre gagne et le savoir que nous possedons est incommensurable. Peut etre direz-vous, un positiviste perdu dans un autre sciecle, ben, oui, pourquoi pas, ca vaut bien tous les délires des croyants

  • Daniel Savard - Inscrit 7 avril 2012 09 h 18

    Très intéressant et très révélateur. Il n'y a pas de doute qu'une bonne partie des gens entretiennent une relation malsaine à l'égard de la connaissance et du savoir.

    Toutefois, il faudra espérer que cette attitude change rapidement, parce que notre économie sera rapidement répassée si nous n'effectuons pas un sérieux virage vers l'économie du savoir. Il ne se passe pratiquement pas une semaine sans qu'une usine ferme au Québec. Et celles qui restent en opération doivent bénéficier de l'aide gouvernementale pour le faire. Il faudra bien un jour que quelqu'un se réveille à Québec avant qu'il ne soit trop tard. Bâtir l'économie du savoir est un exercice de longue haleine et ne se fera pas en six jours.

    Notre insouciance collective nous pousse toujours à penser que nos ressources naturelles suffiront.

    • Julie Savoie - Inscrite 7 avril 2012 20 h 54

      Euh... l'économie du savoir? Le fait de créer une propriété intellectuelle pour des connaissances qui devraient appartenir à tous? Vous appelez ça une solution?