Livres: pour l'histoire

Marie-Hélène Alarie Collaboration spéciale

Ce texte fait partie du cahier spécial Religion - Pâques 2012

Les Templiers et le suaire du Christ
Barbara Frale
Novalis
Montréal, 2011, 347 pages

Pour Barbara Frale, historienne des archives secrètes du Vatican, il ne fait pas de doute que le suaire de Jésus a été conservé pendant un certain temps par les Templiers. En guise d'introduction, l'auteure met en garde le lecteur qui, en voyant le titre, pourrait être porté à croire que le suaire de Turin est le vrai linceul funéraire de Jésus-Christ. Le propos de cet ouvrage se tient loin de la controverse autour de cette relique, mais il se penche plutôt sur le véritable culte qu'entretenaient les Templiers envers ce suaire. Le livre tente de retracer le parcours du linceul et cherche des indices sur ses mouvements à l'époque médiévale. C'est donc à une quête historique qu'est convié le lecteur.

Qumrâm, les ruines de la discorde
Simon et Claudia Paganini
Bayard
Paris, 2012, 298 pages

Les amateurs d'archéologie et d'histoire des religions seront comblés par cet ouvrage, qui retrace et expose de façon systématique les phases de la découverte et de la publication des manuscrits de la mer Morte. Cette découverte, ayant fait couler beaucoup d'encre et donné lieu à des explications fantaisistes au sujet de prétendues conspirations et intrigues, a inspiré Simon Paganini, spécialiste italien de Qumrâm qui enseigne à l'Institut d'études bibliques et de théologie historique de l'Université d'Innsbruck, à revisiter de fond en comble les hypothèses de la recherche sur Qumrâm. L'auteur s'intéresse ici à la nature et à la fonction du site, à ses habitants et à leurs rapports avec les manuscrits retrouvés dans les onze grottes.

Via Crucis
Carlo Maria Martini
Novalis
Montréal, 2011, 74 pages

Via Crusis, le chemin de croix, cette croix comme symbole de la chrétienté et de la douleur de Jésus. Dans cet ouvrage présenté comme un livret de prières, très à propos en cette période de Pâques, on propose ici une méditation sur cette image de la croix et sur le chemin parcouru par Jésus avec ses stations. Des origines du chemin de croix jusqu'à sa présentation annuelle au Colisée de Rome, l'introduction propose un rappel historique. Par la suite, de courts textes permettent la méditation. Carlo Maria Martini est né à Turin, en 1927, et devient, en 1980, archevêque de Milan. Il prend sa retraite en 2002 et reprend ses études bibliques, qui le mènent à Jérusalem et à Rome.

***

Collaboratrice du Devoir

À voir en vidéo