Les indignés de Montréal plient bagage

C'est la fin du campement des indignés au Square Victoria.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir C'est la fin du campement des indignés au Square Victoria.

C'est la fin du campement des indignés au Square Victoria: la police de Montréal a procédé ce matin au démantèlement du site occupé depuis la mi-octobre. L'opération s'est déroulée dans le calme, la plupart des indignés acceptant de plier bagage volontairement. Une seule personne a été arrêtée.

Les forces policières ont investi le site sur le coup de 9h. Ils ont annoncé par mégaphone que le Square Victoria était désormais fermé jusqu'à nouvel ordre pour des raisons de sécurité publique. Les policiers ont par la suite circulé sur le site pour avertir les campeurs qu'ils devaient partir et emporter leurs effets personnels. La très grande majorité a obtempéré.

Un noyau de résistants s'est toutefois barricadé à l'intérieur de l'abri Tempo qui servait de cuisine aux indignés. Ils ont été évincés un à un, après de longues discussions avec les forces policières — qui affirmaient ne pas vouloir procéder à des arrestations.

Une seule personne a au final été arrêtée, après avoir passé son bras autour du cou d'un policier qui lui tournait le dos. Déguisé en Batman, l'individu a tenté de prendre la fuite, mais avec des dizaines de policiers aux trousses, il n'a fait que quelques mètres. Une accusation de voie de fait sur un policier pourrait être déposée contre lui.

Quatorze personnes ont été interpellées au cours de l'opération, mais elles ont été relâchées sans autre accusation, indiquait le Service de police de la Ville de Montréal vers 13h. Le gros de l'opération a duré de 9h à 12h15. Les cols bleus de la Ville ont pris le relais des policiers pour entamer le nettoyage du parc.

Edmonton aussi

Par ailleurs, la police d'Edmonton est intervenue dans la nuit de jeudi à aujourd'hui pour fermer le campement des indignés dans un parc du centre-ville.
 
Selon une station de radio d'Edmonton, les agents ont convergé sur le site juste avant 4 heures, heure locale, pour faire respecter un avis d'expulsion.
 
Trois personnes ont été arrêtées et n'ont pas résisté aux forces policières.
 
Les vestiges du camp ont été enlevés.
 
Pendant ce temps, une douzaine de manifestants campent toujours au centre-ville de Calgary.
 
Ils devront être présents en cour le 2 décembre alors qu'on déterminera s'ils peuvent rester sur le site.
16 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 25 novembre 2011 10 h 06

    Échec total ??

    Ces gens n'ont pas réussi à savoir s'organiser, se démêler dans leurs utopies et proposer quelques solutions concrètes que nous citoyens aurions pu appuyer pour faire avancer les choses et sortir du placottage..

    Un manque total de maturité, seulement un enthousiasme juvénile..dommage!

  • jocelync - Inscrit 25 novembre 2011 11 h 15

    @ A. Michaud

    Vous avez sans doute raison à l'effet que ces indignés n'en avaient probablement que le nom. Un gros party d'adolescents quoi.
    Dans la société dans laquelle nous vivons, des raisons de s'indigner, il y en a tellement peu que ce terme ne devrait même pas faire partie de notre culture n'est-ce pas ?
    Les Charest, Tremblay, Labeaume... ne méritent-ils pas amplement le contrôle de la société qu'ils convoitent et exercent comme de véritables "Bons pères de famille" ?

  • Nelson - Inscrit 25 novembre 2011 12 h 03

    Aux indignés, soyez assurés que 99% des gens sont avec vous autres.

    99% des gens son indignés, en partant pour la moitié de l'humanité qui crève de faim, et l'autre moitié vit dans la peur vis-à-vis la crise économique mondiale, les récessions, le prix du pétrole et nourriture, les pertes des maisons et condos, le chômage galopante.

    Le tout provoqué par l'avidité et la cupidité de la gang des malades de 1% riches dictateurs de la Terre.

    Et par notre passivité et inconscience, on les laisse faire.

    Il faut que le 99% gouverne, et pas le 1% des riches que ne savent faire autre chose qu'accumuler de l'argent...en détruisant leur propre environnement, et en détruisant aussi l'économie DONC, ILS S'ATTAQUENT À LEUR PROPRE SURVIE.

    Le Capital cherche à se maximiser, grandir, sans dieu ni lois, sans morale ni éthique, sans respect humain ou de la nature, DONC, SI PAS RÉGULÉ, ENCADRÉ, DÉTRUIT TOUT SUR SON PASSAGE....NOUS TOUS COMPRIS.

  • Micheline Bolduc - Inscrit 25 novembre 2011 12 h 34

    @A Michaud et Jocelyn

    Puis-je vous demander si vous êtes allés sur place voir ce que les indignés faisaient au Square Victoria? Ou vous fiez-vous seulement à ce qu'on en dit dans les médias?

    Tout au long de l'occupation, les indignés ont été systématiquement mal représentés par les médias qui de toute évidence ne comprennent rien au mouvement. On cherchait à leur soutirer des citations publiables, des revendications, alors que le but même du mouvement était de sortir de cette logique.

    Dans les termes empruntés de je ne sais qui, le mouvement nous invite à non pas faire un pas en avant ou en arrière, mais bien un pas de côté. Sortir de toute la logique de rhétorique politique de revendications et d'affrontements idéologiques. Poser un geste a priori irrationnel et qui ne mènera à rien pour montrer leur écoeurantite du système capitaliste, mais aussi pour montrer leur écoeurantite des modèles de protestation déjà établis.

    Antoine Trussart

  • Etienne Goyer - Inscrit 25 novembre 2011 13 h 08

    Le bilan des Indignés

    J'entend les gens dénigrer le bilan des Indignés et du mouvement d'occupation. Apparement, tout cela n'aura mener à rien. Vraiment?

    Le mouvement d'occupation aura eu comme effet de mettre la question de l'inéquité sociale grandissante, du pouvoir de l'économie sur la gouvernance et de l'équité fiscale sur la place publique. Des questions, bien réelles, dont on ne parlais pratiquement jamais dans les médias. Des questions qui font la une depuis qu'une poignée d'irréductibles ont commencés à camper sur Wall Street.

    Avant de faire proposer une solution, il faut prendre conscience qu'il y a un problème. Le mouvement d'occupation a fait un travail admirable de conscientisation, et a forcé tout le monde à prendre position. C'est déjà bien plus que ce que la plupart des mouvements mieux "organisés" réussissent à faire.

    Je suis aussi un peu agacé par la condescendance des critiques de salon concernant l'immaturité et la prétendue paresse des occupants. Pendant qu'il campaient au froid, vous faisiez quoi exactement pour faire progresser la justice sociale?