Indignés: Montréal perd patience

La patience de la Ville de Montréal à l’égard des indignés du square Victoria est épuisée. Les policiers ont distribué hier soir des avis à tous les occupants exigeant d’eux qu’ils libèrent le parc. Plusieurs indignés sont toutefois décidés à poursuivre l’occupation, même sous la neige. La Ville mise sur la négociation pour convaincre les indignés de quitter volontairement le square Victoria. <br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La patience de la Ville de Montréal à l’égard des indignés du square Victoria est épuisée. Les policiers ont distribué hier soir des avis à tous les occupants exigeant d’eux qu’ils libèrent le parc. Plusieurs indignés sont toutefois décidés à poursuivre l’occupation, même sous la neige. La Ville mise sur la négociation pour convaincre les indignés de quitter volontairement le square Victoria.

La patience de la Ville de Montréal à l'égard des indignés du square Victoria est épuisée.

Les policiers ont distribué hier soir des avis à tous les occupants de la place du Peuple exigeant d'eux qu'ils libèrent le domaine public. «Le message, c'est que la période de tolérance à l'endroit des campeurs est terminée. À partir de maintenant, les règlements de la Ville vont s'appliquer intégralement au square Victoria», a indiqué le porte-parole de la Ville, Gonzalo Nunez, en rappelant qu'un règlement stipule que les parcs sont fermés entre minuit et 6h.

Les «avis d'enlèvement des constructions et installations sur le domaine public» remis aux dizaines de participants du mouvement «Occupons Montréal» soulignent notamment que «toute construction ou installation qui n'est pas retirée conformément au présent avis sera enlevée par la Ville».

En milieu de soirée, on ignorait si les indignés allaient respecter la consigne. Ils étaient réunis en assemblée générale, à la station de métro Square-Victoria, pour débattre de la question.

Les esprits de la cinquantaine de personnes présentes se sont échauffés alors que plusieurs doutaient de l'authenticité même de l'avis d'éviction. «Il n'y a pas de délai?», s'interrogeait un occupant. «Jusqu'à preuve du contraire, on va rester. On va attendre qu'ils viennent sur place pour nous le dire clairement», a ajouté une autre indignée. Mais, vers 21h, le calme régnait au campement. Aucune présence policière ne pouvait être remarquée.

L'administration du maire Gérald Tremblay mise sur la négociation afin de convaincre les indignés de quitter volontairement le square Victoria. «On ne parle pas d'expulsion», a dit M. Nunez.

Lundi, la Ville de Montréal avait demandé en vain aux indignés de quitter le campement, qu'ils occupent depuis le 15 octobre dernier.

***

Avec La Presse canadienne
19 commentaires
  • Christian Feuillette - Inscrit 24 novembre 2011 02 h 56

    Hypocrisie

    "Montréal n'est pas New York ou Toronto; Montréal est une ville tolérante et on y fait les choses différemment" disait le maire Tremblay.
    Foutaise, Hypocrisie et Bullshit! On a juste attendu voir comment faisaient les autres villes pour mieux les imiter.

  • jocelync - Inscrit 24 novembre 2011 04 h 21

    L'art d'attiser le phénomène du cynisme populaire.

    Si la Ville avait une fraction de la patience que démontrent les contribuables payeurs de taxes envers le gaspillage et la corruption dans la gestion de leurs taxes, les indignés ne seraient certainement pas évincés.
    Mais l'arrogance des administrations publiques ne connaissant pas de limites, pourquoi ne pas utiliser les forces de l'ordre toujours aussi soumises pour écraser ces inutiles chialeux qui s'en prennent à la réputation des respectables et irréprochables citoyens qu'ils sont ?
    On peut aussi remarquer une très surprenante solidarité entre toutes ces administration publiques théoriquement indépendantes les unes aux autres.
    Nos champions de l'incarcération tireraient-ils les ficelles subtilement ?

  • Jean Tremble - Inscrit 24 novembre 2011 04 h 49

    Flatulence

    Selon les Autorités, ce n’est pas dangereux que de traverser sous le Mont-Royal avec des matières inflammables dans le tunnel sans issus de secours ;

    Par contre, il serait périlleux que de dormir au Square Victoria avec un chauffage d’appoint dans un abri de fortune…

    Probablement que le danger vient de l’accumulation de flatulences sous les tentes, d’où le risque de combustion spontanée…

  • Christian Montmarquette - Abonné 24 novembre 2011 05 h 50

    Réseau de veille "Occupons Montréal" du CCMM-CSN

    .

    Pour votre information ...

    Reçu hier via un courriel de :

    «Québec Solidaire-Montréal bulletin d'information aux membres» :

    Réseau de veille "Occupons Montréal" du CCMM-CSN

    Depuis le 15 octobre, le square Victoria, rebaptisé "Place des peuples", est le lieu de rassemblement des 99 %, des indigné-e-s exclu-e-s du système financier actuel. QS-Montréal appui le mouvement "Occupons Montréal" et s'inquiète des évictions qui se succèdent ailleurs (Québec, Toronto, New York).

    Si une telle intervention policière était déclenchée à Montréal, le Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN voudrait rassembler le plus de monde possible: une présence massive et rapide pourrait modifier ou retarder le démantèlement du camp des indigné-e-s qui pourront ainsi continuer de dénoncer les inégalités sociales.

    Avec Gaétan Châteauneuf, président du CCMM-CSN, nous vous invitons à vous inscrire à la liste courriel du CCMM-CS : emmanuelle.proulx@csn.qc.ca

    .

    .

  • Chantal_Mino - Inscrite 24 novembre 2011 06 h 15

    La Constitution canadienne de notre pays qui se veut démocratique;les assises à respecter par tous les Élus,Sénateurs,Fonctionnaires,Juges et Citoyens

    Quoique certains en disent, M. Pierre-Éliot Trudeau nous a heureusement laissé en héritage avec la Constitution canadienne,la Charte canadienne des droits et libertés qu’il a réussi à intégrer à l’intérieur de celle-ci afin de nous protéger de tout abus et idéologie. Partant donc du positif qui a été fait,tout règlement,tout décret,tout comportement et décision administrative doit respecter en tous points la Constitution canadienne avant tout,selon ce qui relève de leurs propres compétences.

    La Charte se trouve donc à être le fondement de notre pays et les assises de nos droits,que nos élus clé en mains ainsi que nos fonctionnaires,sénateurs et juges nommés par ceux-ci s’en rappellent serait à leur avantage,car s’ils continuent à ne pas respecter les bases fondamentales de notre pays de droit pour imposer leurs points de vue et abuser de leurs pouvoirs pour leurs propres bénéfices personnels,cela déconsidère le système de justice par le fait qu’ils sont un très mauvais exemple de son respect et peuvent ainsi mettre en péril la stabilité de notre pays,comme nous en avons l’exemple dans d’autres pays.Donc,pour un rafraîchissement de la mémoire ou découverte pour d’autres,en voici l’extrait du début de celle-ci :

    «Garantie des droits et libertés
    1. La Charte canadienne des droits et libertés garantit les droits et libertés qui y sont énoncés.Ils ne peuvent être restreints que par une règle de droit,dans des limites qui soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique.

    Droits et libertés au Canada
    Libertés fondamentales
    2. Chacun a les libertés fondamentales suivantes:Libertés fondamentales
    a) liberté de conscience et de religion;
    b) liberté de pensée,de croyance,d’opinion et d’expression[tentes,etc.],y compris la liberté de la presse et des autres moyens de communication[tentes,etc.];
    c) liberté de réunion pacifique[c