Robert Paulson veut rétablir l'image de la GRC

Robert Paulson a été nommé hier commissaire de la Gendarmerie royale du Canada.<br />
Photo: Agence Reuters Blair Gable Robert Paulson a été nommé hier commissaire de la Gendarmerie royale du Canada.

Le nouveau commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Robert Paulson, a promis de ne ménager aucun effort pour rétablir l'image de marque de la police fédérale.

Il a notamment l'intention de s'attaquer immédiatement au problème du harcèlement sexuel à la GRC, une réalité dénoncée récemment par la caporale Catherine Galliford.

L'ancienne porte-parole de la GRC en Colombie-Britannique souffre aujourd'hui du syndrome de stress post-traumatique, conséquence de nombreuses années de harcèlement sexuel de la part de collègues et superviseurs. Des déviances qu'elle a dénoncées, sans qu'elle soit vraiment écoutée. D'autres policiers de la GRC ont aussi fait état de comportements similaires et de la culture d'impunité qui règne au sein de la GRC au cours des dernières années.

M. Paulson s'est dit «très préoccupé» par ces allégations et soucieux de rétablir la confiance du public à l'égard de la GRC. À sa demande, le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a confié à la Commission des plaintes du public contre la GRC le soin d'enquêter sur le traitement inadéquat des litiges en harcèlement sexuel.

Natif du Québec, Robert Paulson a oeuvré pendant 25 ans au sein de la GRC, principalement en Colombie-Britannique. Ce policier d'expérience est passé de la patrouille à la supervision des enquêtes sur le crime organisé et la sécurité nationale durant sa carrière. Il agissait jusqu'ici à titre de sous-commissaire de la police fédérale.

M. Paulson succède à William Elliott, un civil dont le ton belliqueux et les méthodes n'avaient pas l'heur de plaire aux policiers. Premier civil dans l'histoire à diriger la GRC, il n'a jamais réussi à se faire totalement accepter dans la culture policière. M. Elliott a été nommé représentant spécial d'Interpol auprès des Nations unies.

Âgé de 52 ans, Robert Paulson est bilingue, et il possède «une vaste expérience du mandat complexe de la GRC», a souligné le premier ministre, Stephen Harper, dans un communiqué annonçant sa nomination. «Il comprend très bien les difficultés auxquelles fait face cette force policière.

M. Paulson exercera le leadership nécessaire au renforcement de notre force policière nationale aujourd'hui et à l'avenir», ajoute le communiqué du premier ministre.

Le nouveau commissaire entrera en fonction lundi prochain.
1 commentaire
  • Vic - Inscrit 17 novembre 2011 08 h 12

    Devise et devise, d'hier à aujourd'hui

    «...nombreuses années de harcèlement sexuel.»

    De maintiens le droit à maintiens le doigt !