Mouvance Occupons Wall Street - Un «jalon historique» dans la remise en question du capitalisme

Des protestataires manifestant devant le Reichstag à Berlin<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Hannibal Hanscke Des protestataires manifestant devant le Reichstag à Berlin

L'occupation de Wall Street et les multiples mouvements semblables marquent «un jalon historique» dans la remise en question du capitalisme et de la mondialisation.

Selon John Downing, spécialiste des médias alternatifs et des mouvements sociaux, l'action des indignés à travers le globe s'inscrit en droite ligne idéologique avec le mouvement zapatiste au Mexique, les protestations contre l'Accord multilatéral sur l'investissement (AMI), au milieu des années 90 au Canada, ou encore celles contre le sommet de l'OMC à Seattle, en 1999. En ce sens, les indignés forment clairement «un mouvement de justice sociale», estime M. Downing, professeur retraité de la Southern Illinois University. M. Downing a passé sa carrière à étudier la représentation des groupes marginaux et des mouvements dans les médias. Il est notamment l'auteur de l'Encyclopedia of Social Movement Media et le fondateur du Global Media Research Center.

Après un mois d'occupation permanente de Wall Street, le mouvement ne peut plus être qualifié d'éphémère, estime-t-il. C'est «un flambeau» pour tous ceux qui cherchent à remodeler l'économie mondiale. Wall Street n'est qu'un maillon de ce système, mais il est le plus susceptible de canaliser l'aigreur des millions de citoyens durement ébranlés par la crise financière. «Il n'y a aucun doute dans mon esprit sur le fait que le courage et la détermination des Grecs, des Iraniens, des Tunisiens, des Égyptiens, des Syriens, des Yéménites, des Bahreïnis et des Espagnols ont provoqué un sentiment de gêne de la part des peuples qui acceptaient passivement leur sort tandis que d'autres étaient prêts à risquer la mort, la torture, les mutilations et la prison», explique-t-il.

Il reste cependant prudent sur les chances de succès des indignés. «On peut penser que des réformes politiques et économiques vont émerger, comme le retour de la taxe Tobin. La planète est graduellement en voie de se réinventer, peut-être trop graduellement même. Ce sera un processus laborieux, difficile et douloureux qui ne pourra réussir sans des politiques bien définies», dit-il.

Le cycle révolutionnaire est long, même si l'émergence des médias sociaux et l'interconnectivité tendent à accélérer la marche de l'histoire. En mai, l'Allemagne a décidé d'abandonner la filière nucléaire, mais le mouvement d'opposition s'était mis en branle il y a une trentaine d'années. Suffragettes, anti-apartheid, émancipations des Noirs: ces mouvements ont tous mis des décennies à accoucher d'un changement social. La remise en question du capitalisme est encore dans la prime jeunesse, estime John Downing. «Les environnementalistes sont un peu plus en avance dans leur réflexion, mais les choses pourraient évoluer rapidement.»
 
6 commentaires
  • Yan St-Pierre - Inscrit 17 octobre 2011 05 h 55

    Quelle chance extraordinaire!

    Je trouve ça ironique que le Devoir utilise une photo du mouvement «Occupy Berlin» car c'est où je me trouve en ce moment. C'est une chance incroyable que d'activement prendre part à un mouvement qui comprend des gens dont l'intérêt pour la politique est généralement nul mais qui ressentent le besoin de faire les choses autrement.

    Samedi soir, la police berlinoise à violemment évacué les occupants de la pelouse du Reichstag mais il y avait une superbe solidarité entre les occupants, dont plusieurs ne sont aucunement des habitués de manifestations. Hier, nous étions plus de trois cents à occuper la place et nous y seront à nouveau aujpurd'hui.

    Par ailleurs, je tiens à souligner qu'ici, la police utilise toute les formes possibles d'harcèlement pour nuire au mouvement: interdiction de couverture, tentes, vaisselles, bâton lumineux (un participant à été arrêté pour possession d'une épée laser!!!) etc sous prétexte que ça peut servir d'arme ou constituer un danger public.

    Ce mouvement est effectivement un mouvement qui s'inscrit dans la durée justement parce qu'il n'est pas idéologique. Il existe car ce sont les conditions de vies primaiures des gens qui sont atteintes. Malheureusement, être éduqué et travailler ne suffit plus pour payer un loyer et se nourrir convenablement. Les gens sont unis non pas par une idée mais par un sentiment, une émotion puissante qui peut difficilement être restreinte, celle de la nécessité.

    Pour suivre les évènments berlinois en direct sur castortv.de

  • JFB - Inscrit 17 octobre 2011 07 h 27

    Hypocrisie

    Les gens qui "manifestent" dans les grandes villes du monde sous le thème "Occupy Wall Street" sont pour la plupart des hypocrites. Nous vivons et profitons tous de la société capitaliste dans laquelle nous vivons. Les Africains doivent rire de nous... Même si nous faisons parti de la classe moyenne des pays occidentaux, nous sommes quand même 100 fois plus riches que l'Africain moyen. À part quelques anarchistes qui vont manifester pour n'importe quoi, la plupart des gens qui salissent depuis quelques jours le Square Victoria ont des tentes hi-tech à 1000$ et vont écrire ensuite sur leur blogue avec leur IPhone 4S ou leur IMac... assez hypocrite. Churchill a dit que le capitalisme est "le pire des systèmes économiques... à part tous les autres". Ne vous rendez vous pas compte que ça fait des millénaires qu'il existe des disparités économiques entre les plus riches et les plus pauvres et que si vous manifestez dans nos parcs "jusqu'à ce que ça change" pour en citer plus d'un, vous ne ferez plus rien d'autre du restant de vos jours. Dans l'histoire de l'humanité... la classe moyenne n'a jamais eu meilleure qualité de vie qu'aujourd'hui! Retournez dans vos livres d'histoire voir comment nos ancêtres vivaient! À la place de chiâler sans rien apporter, dites-nous quelle est votre solution miracle?... Quel système fonctionnerait mieux?

  • Yan St-Pierre - Inscrit 17 octobre 2011 10 h 32

    @JFB

    De cataloguer la mouvance «Occupy» comme étant essentiellement Anti-capitaliste est entièrement faux. Il s'agit plutôt d'une convergence d'insatisfaction massive envers les abus du système. Il ne s'agit pas ici de détruire le système capitaliste, la très vaste majorité des participants savent bien qu'ils ne mettront pas fin au système capitaliste et ce n'est pas le but. Par contre, il s'agit d'arriver à en limiter les excès qui empêchent les gens de maintenir un standard de vie «digne» comme avoir un logement en retour du travail et des efforts qu'ils dévouent dans la vie quotidienne.

    Pour avoir travailler au Malawi, un des pays les plus pauvres du monde, je peux vous dire qu'ils en ont rien à foutre de ce que nous faisons ou pas. Pour eux, la vie et ses conditions sont toutes autres.

    L'essence du mouvement est d'exprimer la colère devant l'incompétence et les abus massif qu'ont apporté notre passivité socio-politique. Comme j'ai écrit, les gens, de tous les groupes sociaux et appartenances politiques se réunissent maintenant non seulement pour crier «C'est assez!» mais pour enfin forcer nos «représentants» (n'est-elle pas là la véritable hypocrisie?) à nous obéir.

  • André Labelle - Abonné 17 octobre 2011 12 h 00

    Et les mammouths sont bien disparus !

    @JFB
    À l'âge des cavernes, nos lointains ancêtres pouvaient sans doute difficilement imaginer que les mammouths qu'ils chassaient disparaîtraient définitivement.

    Le capitalisme tel qu'on le connait aujourd'hui est peut-être notre mammouth.

    «Comme le dit un jour un homme d'esprit, le cannibalisme fit place au capitalisme lorsque l'homme se rendit compte qu'il était plus rentable d'exploiter son prochain que de le manger.»
    [Lytle W. Robinson]

  • Laurence Piette - Inscrit 17 octobre 2011 20 h 46

    @ JFB...

    Quel âge avez-vous?



    Avez-vous des petits enfants?
    Ne voyez-vous pas à quel point nous nous auto-détruisons?
    Laissez la jeune génération tenter de changer les choses, vous faites partie de ceux qui veulent que rien ne bouge? Oui dans l'humanité il y a toujours eu des riches et des pauvres, mais si on regarde à l'échelle du globe, je crois que bien des gens sont conscients de l'abondance que nous avons, mais justement, nous voulons faire en sorte que ces richesses soient mieux gérées et regardez les choses évoluer.. nous allons à notre propre perte et il faudrait rester là les bras croisés??? La vie est peut-être un cycle, et bien nous sommes à la fin d'un cycle et ce mouvement sert de protestation pour réveiller les gens, et faire en sorte qu'ils se réintéressent à la politique... et oui il peut y avoir des changements si les gens se regroupent pour faire front et traverser cette crise qui est imminente et nous devons nous y préparer pour ne pas tous tomber... nous devons nous défendre.. peut-être vous n'avez pas l'énergie pour le faire, mais la génération dans laquelle je suis veulent un meilleur monde et nous devons nous battre pour ça et c'est en s'unissant que nous le feront, car derrière toutes les revendications il y a un point commun qui est le système économique actuel et son influence dans la distribution des richesse par le gouvernement auquel vous donnez beaucoup d'argent en travaillant......C'est avec tristesse que je constate que des gens informés refusent que les gens se mobilisent afin de trouver des solutions au lieu d'attendre patiemment en sachant que ceux qui nous gouvernent présentement sont des pourris et que de meilleurs pourraient les remplacer!!! J'en aurait tant à dire d'autre mais je dois travailler sur ma maîtrise afin d'aider au mieux être de notre société. Nous commes confrontés à un fait très simple, soit nous fonçons dans un mur ou nous construisons une échelle afin de tenter de l'escalader s