Les procureurs de la Couronne ratifient l'entente de principe

Les membres de l'Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales ont voté en faveur de l'entente dans une proportion de 99,4 %.Photo prise en février dernier.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les membres de l'Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales ont voté en faveur de l'entente dans une proportion de 99,4 %.Photo prise en février dernier.

Les procureurs aux poursuites criminelles et pénales ont entériné aujourd’hui l'entente de principe conclue par leur syndicat avec le gouvernement du Québec.

Les membres de l'Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales (APPCP) ont voté en faveur de l'entente, conclue mercredi dernier, dans une proportion de 99,4 %.

Les parties étaient retournées à la table de négociations à la fin du mois d'août après des mois de silence. Les procureurs de la Couronne avaient brièvement fait la grève l'hiver dernier avant qu'une loi spéciale ne force leur retour au travail.

Le président de l'APPCP, Christian Leblanc, s'est dit très satisfait de l'entente qui fournit, selon lui, les outils nécessaires pour régler les principaux problèmes auxquels font face les procureurs, soit les salaires et le recrutement.

L'entente contient notamment un nouveau mode de détermination des salaires. Un comité indépendant sera chargé de produire un rapport sur la question, lequel sera ensuite déposé à l'Assemblée nationale. Ainsi, les procureurs renoncent à leur droit de grève.

M. Leblanc estime que cette méthode permettra de rattraper les retards salariaux et d'ainsi «rendre la profession plus attrayante», ce qui aura un impact sur le recrutement.

Toutefois, cette partie de l'entente implique des changements législatifs. La loi à ce sujet devra être déposée puis adoptée à l'Assemblée nationale avant que l'entente n'entre en vigueur.

 
5 commentaires
  • tohi1938 - Inscrit 1 octobre 2011 18 h 41

    Pas étonnant...

    Comme tous les autres membres des professions juridiques, ce qui les intéresse c'est... l'argent, et certainement pas notre droit à des impôts équitables.
    Comme les juges qui ont eu 30 % d'augmentation récemment, par l'entremise d'un jugement de l'un des leurs, évidemment.
    Si on s'imagine que c'est le genre de personnage qui va régler la corruption, on se met le doigt et tout le reste dans l'œil.
    Et vive les procès clés en main!

  • jocelync - Inscrit 2 octobre 2011 02 h 29

    Comme ils paraissent solennels pour passer à la caisse 1

    La commission bastarache nous a démontré assez clairement que des sans-scrupules comme J. Charest pouvaient s'approprier avec l'accord de Bachand, $ 6 millions dans le trésor public dans le but de les distribuer à nos togistes afin d'obtenir leur soutien pour éteindre le feu allumé par Marc Bellemare qui prétendait à la corruption judiciaire par le biais des nominations partisanes des juges.
    Dans un contexte de grande noblesse, Bellemare y fût décrit sans la moindre opposition comme un simplet voire un pauvre ti-coune par qui le scandale ne pouvait arriver.
    On a donc ci-haut, une photo de ceux et celles qui servent sans discernement les petits intérêts de nos J. Charest puisque l'argent est au rendez-vous.

  • François Dugal - Inscrit 2 octobre 2011 07 h 58

    La justice

    Les criminels sont protégés.
    Les victimes sont victimisées.
    Les juges sont sur-payés.
    La justice appartient aux riches.

  • Denis Miron - Inscrit 2 octobre 2011 09 h 55

    Les radio-poubelles...

    seraient certainement en accord avec les commentaires précédents

  • jocelync - Inscrit 2 octobre 2011 12 h 24

    @ Denis Morin

    Vous auriez intérêt à publier un commentaire un peu plus élaboré dans une des radio-chasteté pour mieux faire comprendre votre frustration.
    Jocelyn Cloutier